Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 20:08

L'Algérie en 50 mots-clés De A à Z (1/8)

Aujourd’hui A, B,C

 

Algérie 

 

Vous trouverez énormément de choses sur www.algeriepyrennes.com

 undefined

 

Belle étoile

 

S'il y a un pays où faire l'expérience de dormir sous les étoiles - dans une chambre 1 000 étoiles comme on vous dira ! -, c'est bien en Algérie. Que vous soyez dans le désert, chez des amis, dans un hôtel ou un campement saharien, les nuits y sont inoubliables et souvent bien plus confortable que dans une chambre etouffante.   Rien de mieux en effet que de s’endormir sous le dais de la voie lactée, bercé par  les sons étouffés du campement ou du village. Toutes les maisons et les hôtels, sauf les hôtels de « standing », sont dotés d'une terrasse et dans le desert on aura l’embarras du choix pour dérouler son sac de couchage, de préférence à l'abri du vent. Se méfier également des moustiques, nombreux dès qu'il y a un point d'eau. A noter que le basilic est connu pour ses vertus répulsives antimoustiques.

undefined
 

Bled

 
Bladi, le "pays". Celui où l'on vit ou celui qu'on a quitté, y revenant si possible au moins une fois par an. Au sens étymologique, le mot désigne l'intérieur des terres par rapport à la mer.

Cafés et bars

 
S'il est devenu facile de trouver des bars où l'on sert de l'alcool à Alger, il en va autrement dans d'autres villes et à fortiori à l'intérieur du pays. Les bars (les bars d'hôtels surtout, ndlr) sont certes des lieux de convivialité mais aussi et surtout des lieux où les clients viennent pour s'enivrer ou pour oublier (alors que bien souvent les Algériens ont le vin triste) et il n'est pas rare d'y croiser quelques femmes.

En revanche, dans les cafés arabes, aucune femme et les clients consomment uniquement du café et du jus de fruit.

Cartes postales

Si la sélection de vues est encore mince sur les présentoirs, c'est vers les collections de cartes anciennes et de photos que se porte notre préférence. Que ce soit sur Internet, sur les sites "pieds-noirs", sur des sites d'enchères ou sur des sites plus institution­nels (gallica.bnf.fr ou www.el-djazair.info par exemple), ou sur les marchés aux puces et les vide-greniers, le choix nostalgique est immense tant il semble que ce pays ait inspiré le regard...

Sur michel.megnin.free. fr/tp.htm, des photos étonnantes, quelque­fois indécentes.

Casbah

Centre le plus ancien des villes, dans la majorité des cas citadelle (casbah en turc) d'origine ottomane. Celle d'Alger est classée au patrimoine mondial de l'Unesco des monu­ments historiques depuis 1992. Pourtant, elle a bien failli disparaître. Du moins, est-ce ce qu'on a cru jusqu'à il y a peu tant la vétusté l'avait abîmée... Elle tombait littéralement en ruine, comme le montraient les nombreux titres de journaux concernant des effondre­ments d'immeubles. Grâce aux associations de défense de la Casbah, au retour - même timide - des touristes ou peut-être grâce à l’organisation de réunions internationales qui  demandaient qu'Alger montre meilleure figure, des travaux ont enfin commencé début 2005. Des bâtisses sont consolidées, in mure chaulés, les ferronneries repeintes et les ruelles repavées... Malgré tout, les maisons continuent de s'effondrer après chaque orage ou tout simplement de fatigue.

Chameau

undefined


 

A l’école, vous avez appris que le vaisseau du désert s'appelle "dromadaire" quand il a une bosse, "chameau" quand il en a deux.

Et bien il vous faudra oublier tout ça.

En Algérie, tout le monde parle de chameau à propos de bestiaux qui n'ont qu'une bosse.

Le chameau, donc, est l'animal embléma­tique de la survie dans le Sahara et du commerce des grandes caravanes nomades arabes, maures ou touarègues jusqu'à son remplacement par les véhicules 4x4. Il est élevé autant pour le transport des marchan­dises (historiquement dattes, sel, or. . .) et du nécessaire du campement, que pour le lait de chamelle qui fournit l'essentiel des protéines do l'alimentation des nomades. Pour les il grandes occasions, on égorge un chameau pour sa viande. S'ils sont de moins en moins nombreux, il existe encore quelques éleveurs nomades. Les méharées (de l'arabe mehari "chameau de monte") peuvent être un moyen pour le voyageur de les rencontrer et fort utile et pour eux de se procurer un revenu d'appoint tort utile à la perpétuation de leur mode de vie. Mais n'envisagez pas de périple trop long à dos de chameau ou d'âne : nos fessiers n'ont pas l'habitude et souffrent terriblement dans cette situation. Quant au mal de mer dont on souffrirait, il serait dû à de mauvaises habitudes cavalières. (Voir aussi le chapitre "Faune et flore")

Circulation

Comme dans toutes les villes du Sud, c'est inutile de vouloir con­duire. Faites-vous conduire, d'autant plus si vous êtes timide et respectueux du code de la route. En tant que piéton, vous ne disposez d'aucun droit, y compris sur les passages protégés, à moins d'être âgé ou handicapé. Sur les routes de campagne, on assiste souvent à des accidents très graves dûs essentiellement au non-respect du code de la route, au mauvais état de la chaussée et également à la vétusté du parc automobile.

Couchers de soleil


undefined

Toujours magiques, surtout quand ils s'ac­compagnent de l'appel à la quatrième prière (maghrib), à l'heure où la première étoile apparaît dans le ciel violet... C'est un instant qu'il faut savoir apprécier, d'une grande quié­tude, môme dans le centre d'une grande ville, à condition cependant que les haut-parleurs de la mosquée la plus proche ne soient pas réglés au maximum !

Couscous

Une étude menée en France en aout 2004 par la TNS Sofres fait ressortir que le couscous est le plat « dit exotique » préféré de 54% des Français. Mais il faut reconnaître que pour des raisons historiques, c’est le plat le plus connu ! Comment ne pas aimer ce plat qui, avec ou sans viande, prend tous les goûts du salé, vore très relevé, au sucré       ….Il en existe des dizaines de sortes, un par famille pourrait-on c’est un plat très sain (voir aussi le chapitre « Gastronomie)

A suivre……Demain D,F,G

 

Source : Le Petit Futé

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires