Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 00:38
L'Algérie en 50 mots-clés De A à Z (5/8)

 

Aujourd’hui M, N

 

 

Mauvais œil et Talismans

 

Pour combattre le maz'ra ("mauvais œil") ou la scoumoune ("malchance") et pour attirer la baraka ("chance"), chacun a sa méthode : rites, gri-gri, fumigations odo­rantes, bénédictions, prières au marabout du coin, henné et khôl, invocation de dieu (Bismillah, "au nom d'Allah"), etc. Dans ce domaine, les chiffres 5 et 7 sont chargés d'une symbolique particulière dans le monde arabo-musulman.
Sur les portes, le heurtoir était tradition­nellement en forme de main, la main du bonheur qu'on retrouve avec la main de Fatima (khemsa). Si les cinq doigts de la main évoquent les cinq prières quotidiennes de l'islam et les cinq piliers de l'islam (les cinq obligations auxquelles le croyant est tenu d'obéir), le symbole n'est pourtant pas religieux et a touché toutes les communau­tés qui ont vécu en Algérie. Le 5 se retrouve également dans la forme circulaire, l'œil ou le CD orné de versets du Coran pendu au rétroviseur de la voiture.
Le chiffre 7, sebba, est porteur d'une grande symbolique dans nombre de cultures et on le retrouve aussi souvent dans la Bible que dans le Coran qui évoque les sept cieux, les sept terres ou les sept parties de l'enfer, etc. Sept est également le nombre des versets de la sourate liminaire du Coran, al-Fâtiha, que tous les musulmans connaissent par cœur. Les exemples peuvent être multipliés au moins par sept. Ainsi, il y a sept façons de lire le Coran et sept interprétations pos­sibles ; on tue un mouton sept jours après la naissance d'un enfant qui reçoit en même temps son prénom ; les remparts des villes anciennes étaient souvent percés de sept portes et on dit qu'après la fin du monde sept villes du Maghreb (Tunis, Ténès, Tiaret, Tlemcen, Taza, Tetouan et Taroudant) reste­ront debout...

 
Marchandage

 
Cette pratique, finalement bien moins répandue en Algérie que dans les souks de Marrakech, possède de bons côtés car elle pousse au contact et à la discussion. Le but étant d'arriver à un bon prix qui fasse autant plaisir au marchand qu'à vous-même, il ne faut jamais raisonner en termes de béné­fices. De toute façon, si le marchand vous vend un produit, c'est qu'il y gagne aussi quelque chose. Ne vous demandez pas si vous auriez pu descendre plus bas. Essayez tout de même de vous renseigner avant, pour connaître la fourchette de prix du produit que vous souhaitez acheter. Enfin, règle d'or, si vous proposez un prix et que le marchand l'accepte vous devez payer. Encore une fois, c'est l'honneur qui est en jeu. Sinon vous n'êtes jamais obligé de payer, même sous la menace du marchand. Ne vous laissez pas influencer, soyez fier d'acheter.

Medersa

Les medersas sont les écoles coraniques autrefois chargées de l'éducation des étu­diants en théologie, en histoire ou en sciences. Ces "universités coraniques" furent implan­tées dès le XIIe siècle, souvent situées près des mosquées et leur architecture repose tra­ditionnellement sur une vaste cour rectangu­laire à ciel ouvert, pourvue d'un large bassin à ablutions et d'un déambulatoire. A l'extrémité de cette cour, la salle de prière (haram) est souvent un joyau de décoration. Les murs sont généralement très hauts et coiffés d'un toit de tuiles vertes en forme de pyramide. A l'étage, les chambres sont de petites cellules où s'entassaient les étudiants.     

 

Mosquée

undefined

 

 

Mosquée (djemâa ou djamâa, en arabe) signifie le "rassemblement". C'est donc l'endroit où l'on se rassemble pour une prière collective. Chaque quartier possède la sienne, plus ou moins récente, plus ou moins bien décorée. En dehors des prières, la visite des mosquées est en principe auto­risée aux non-musulmans mais par mesure de précaution demandez toujours si vous pouvez entrer. Dans tous les cas, une tenue correcte est impérativement exigée et ôtez vos chaussures à l'entrée. Chaque mosquée est composée d'une cour intérieure au centre de laquelle se trouve le bassin à ablutions.

Face au mur de prière (qibla), orienté vers l'orient, les fidèles s'alignent pour prier ensemble devant le mihrab, niche creusée dans la qibla et indiquant la direction de La Mecque. Le minbar, la chaire à prêcher où officie l'imam, peut être excentré ou situé devant le mihrab. L'Algérie compte de nom­breuses belles mosquées (Tlemcen, Alger, etc.), la plus grande étant celle de l'Université Abdelkader des sciences islamiques édifiée «j début des années 1980 à Constantine.

 

Muezzin

 

Un enfant à qui l'on demandait "Alors c'était bien l'Algérie ?" répondit "Oui, à part le monsieur qui criait la nuit !" Eh oui, le muezzin ou de nos jours sa voix enregistrée crie, ou plutôt appelle les fidèles à la prière cinq fois par jour (adhan). Il commence très tôt le matin, et il y a ceux qui l'entendent et ceux qui dorment encore trop profondément...

 

Mirage

 

Dans les zones désertiques, aux heures les plus chaudes de la journée, on peut être grugé par l'apparence trompeuse d'une nappe d'eau située dans le lointain, alors qu'il ne s'agit en fait que d'un phénomène optique proche de la perfection. Celui qui n'a pas eu la chance d'être confronté directement à un mirage, en a certainement entendu parler, sans aller jusqu'à certaines représentations caricaturales de ce phénomène, vues i.ims des films ou des bandes dessinées, pas toujours conformes à la réalité. Contrairement à une idée reçue, les mirages mi sont pas une exclusivité des déserts, ils peuvent également se produire sur la banquise ou en mer. La cause en est la superposition de couches d'air de températures différentes. L'illusion d'optique est entretenue par une densité inégale à l'in­térieur de ces couches d'air, et par une reflexion intégrale des rayons lumineux. La conséquence visuelle se traduit par le fait que des objets éloignés vont avoir plusieurs nuages inversées ou superposées et plus ou moins tremblantes.

Nif

 
Le mot désigne le nez, siège de l'honneur, île la fierté, de l'orgueil qui frise souvent la grande susceptibilité... Il faut juste le savoir ! La prochaine fois, nous vous parlerons de la redjla ("virilité" jusqu'au machisme)...

Nomades

undefined

 

La vie nomade a été le mode de vie tradition­nel d'une bonne partie de l'Algérie, depuis les temps les plus reculés jusqu'aux débuts de la sédentarisation dans les années 1960. Les gravures rupestres du Tassili N'Ajjer témoignent du mode de vie pastoral et nomade d'un peuple qui serait l'ancêtre des peuls du Sahel. Ceux-ci se seraient réfugiés plus au sud lors de la désertification des savanes. De nos jours, il n'y a plus beaucoup de nomades "à temps plein". Les Chaambas sont devenus sédentaires, les Touaregs aussi mais c'est peut-être la nostalgie d'une vie organisée autour de la caravane des cha­meaux, des troupeaux de chèvres et de la kheima (tente) qu'on démontait quand il n'y avait plus d'herbe qui fait choisir à certains de travailler avec des touristes.

 
A suivre……Demain O, P, R

 
Source : Le Petit Futé

 
Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires