Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 00:02

L'Algérie en 50 mots-clés De A à Z (8/8)

Aujourd'hui T,V,Y

 
Tchipa

Comprendre "pot-de-vin" ou bakchich... Plutôt moins pratiqué qu’ailleurs, ilsemble se populariserr rapidement. Tous les moyens sont bons pour améliorer le quotidien, surtout dans les administrations... 

Touriste

undefined

 

L’espèce a failli disparaître - on signale  pourtant quelques groupes d'individus dans le Sud – suite à plusieurs conflits, à des actes terroristes, des enlèvements et à la crainte d’être mal accueilli…d'être mal accueilli... Leur retour semble trés attendu par les Algériens qui en dehors de la manne reçue en période de migration, espèrent beaucoup des échanges qui ne manqueront pas de suivre.

Trabendo et "import/import" 

Trabendo est le terme "francarabe" pour la "contrebande, endémique en Algérie comme le piratage (télévision, téléphone, etc.) et plus ou moins tolérée par les autorités puisqu'elle fait en quelque sorte que pallier certaines carences de l'économie formelle sur laquelle pèsent de lourdes contraintes administratives et un contrôle des changes très strict, cigarettes et produits de toutes sortes, électroménager, pièces détachées pour voitures, vêtements et même alimentation ou produits d’hygiène, garnissent ainsi "tabliers", épiceries et même supérettes et construisent de " nouvelles fortunes alors qu'un grand nombre de personnes n'ont pas les moyens de s'offrir ces marchandises. On appelle aussi ces nou­veaux riches les barons de "l'import/import", une expression du cru, puisqu'avec 95% des rentrées de devises dues aux produits pétroliers l'activité d'exportation de produits algériens est minime, voire inexistante. Il est à noter que les islamistes sont devenus les rois du commerce algérien... Mais depuis l’adhésion de l'Algérie à l'OMC, le pays
est contraint de lutter contre le commerce informel, la fuite des capitaux, le travail au noir et la contrefaçon. De nouvelles lois comme celle obligeant les importateurs à se constituer en sociétés dotées d'un capital minimum de 20 millions de dinars (environ 20 000 euros) ou la limitation des paiements cash à 500 euros à compter du 1er septembre 2006 proposent de limiter les ravages de l'économie parallèle.

Travaux et Constructions 

undefined

 

De 8 millions en 1962, la population algérienne est passée à 34 millions en 2004. C'est dire le nombre de logements, d'équipements et d'infrastructures dont le pays a besoin. Alors, c'est vrai, on a construit, mais bien souvent sans vision d'ensemble des programmes, sans calendrier de réalisation, sans respect des règles administratives et parfois, faits plus graves, sans respect des normes techniques (comme on l'a constaté lors du tremblement de terre de Boumerdes en 2003, ndlr). Avec des prévisions de réalisa­tion de 1 million de logements sur 4 ans, n'im­porte qui s'improvise entrepreneur, encaisse des acomptes et disparaît. Les chantiers sont alors arrêtés ou bien livrés en l'état à leurs occupants. Les entreprises étrangères, chinoises en particulier, semblent mieux réussir, dans la mesure cependant où leur contrat n'est pas remis en cause en cours de chantier.

Visa 

J'avais décidé de rejoindre ma bien-aimée Honte à vous, vous m'avez peiné – Vous avez été jusqu'à me priver du visa – Vous voulez ma mort ou quoi? - Je vais me saouler et tout casser - Pourquoi cette injustice - Alors que mon passeport est valide - Et que je ne tiens pas à faire des histoires -Au nom de Dieu, je veux juste voir ma bien-aimée - Ne serait-ce que pour une heure et je reviens - Donnez-moi ce visa, elle me manque trop - Je vous le demande
gentiment - Je ne cherche pas d'esclandre Mon Dieu, même ici "je n'ai pas de chance" Il me reste cet obstacle à franchir – Pour retrouver mon amour en France (traduction Rabah Mezouane) chantait Cheb Hasni en 1993 dans la chanson le Visa.

Jusque dans les années 1980, les Algériens étaient des citoyens du monde comme les autres qui pouvaient circuler, visiter ou faire leurs études dans d'autres pays sans trop di! prnhirmi". '.ouinis ,i iiru; forte suspicion de la part de la communauté internationale depuis les années 1990 et le début du terro­risme, renforcée lorsque celui-ci a touché la France, l'obtention d'un visa est devenue un véritable parcours du combattant dont il faut connaître les règles qui changent de jour en jour, sauf celle de la longueur de la file d'at­tente devant le consulat qui est immuable. Reste que s'il est toujours très difficile pour un Algérien d'organiser un voyage qu'il soit pour affaires ou d'ordre privé parce qu'en général il n'obtient une réponse que quelques jours avant la date prévue de son départ, et que beaucoup attendent longtemps, le nom­bre de demandeurs de visa et de nationalité française ne cesse d'augmenter...

Youyou 

undefined

Semblant venir de la nuit des temps, les youyous (zerarit en tamazight) des femmes voilées ont excité l'imagination du voyageur occidental parcourant le nord de l'Afrique. Ces stridulations vocales qui signalent les réjouissances (fêtes familiales, mariages, naissances, fêtes religieuses, célébra­tions...) accompagnent aussi de nos jours les chants folkloriques berbères et arabes. En cas de risque de youyou, mieux vaut éloigner ses oreilles de la bouche qui va le lancer.

Fin 

Source : Le Petit Futé

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires