Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 février 2008 1 04 /02 /février /2008 01:05

D’ici à la fin de l’année
L’alimentation de la capitale en eau potable assurée H24

 

Le barrage de Taksebt sera livré vers la fin du mois en cours. C’est la confirmation apportée, samedi dernier, par M. Abdelmalek Sellal, ministre des Ressources en eaux, lors de son passage au forum de l’ENTV.

D’une capacité totale estimée à 650 millions de mètres cubes, ce barrage irriguera les wilayas de Tizi Ouzou, de Boumerdès et d’Alger.
Cette dernière profitera d’un apport fixé, en premier temps, à 180.000 m3 par jour. «Ce projet sera livré trois mois avant les délais impartis aux sociétés de réalisation», dira le ministre. Avec la mise en service prochainement de Koudiet Acerdoune (640 millions de mètres cubes) dans la région de Bouira, ces réalisations vont influer sur les ressources de la capitale qui, de ce fait, atteindra, dans les délais, une distribution quotidienne en H 24. 
Le ministre des Ressources en eau a, dans ce contexte, rappelé que l’Algérie a réalisé un saut qualitatif en matière de stockage et de mobilisation du précieux liquide, «l’Algérie a investi des fonds colossaux pour mettre l’eau à la disposition des citoyens», dira-t-il. L’Algérie ne disposait, explique-t-il, que de 14 barrages en 1962, contre un total de 58 barrages en 2007, «ce chiffre sera revu à la hausse d’ici à 2009». Les capacités de stockage ont en effet atteint la barre des 7,5milliards de mètres cubes pour un taux de remplissage qui dépasse les 48%. «Nous enregistrons cette année un taux de remplissage plus important que celui de l’année dernière», dira M. Sellal pour souligner l’impact de la pluviométrie sur la disponibilité de la ressource.
Il ne niera cependant pas qu’il reste encore du chemin à faire pour arriver à mobiliser les 17 milliards d’eau pluviale enregistrés annuellement par les services des ressources en eau,  «pas moins de 7 millions se perdent dans la nature et on est arrivé à stocker une moyenne de 5 milliards de mètres cubes à travers les barrages du pays», explique-t-il.    
S’agissant du mégaprojet de transfert entre In Salah et Tamenrasset qui, non seulement garantira un apport de 100.000 m3 aux villes existantes, permettra la création de nouveaux pôles urbains tout autour des 6 stations de pompage qui émailleront le tracée du réseau. M. Sellal dira que son inscription s’inspire du souci de l’Etat à garantir le principe de la justice sociale. «Il serait injuste de focaliser sur la capitale, alors qu’il existe des régions qui attendent, elles aussi, des solutions au problème de la non-disponibilité de la ressource.» Ce projet qui coûtera à l’Etat plus de 1 milliard de dollars est confié à sept groupements. Un groupement chinois (China petrolium) a pris en main le forage de 24 puits. Les autres sont chargées notamment de l’implantation des conduites et de la réalisation des stations de pompage. «Ce projet couvrira les besoins de la région à l’horizon 2040», explique encore le premier responsable du secteur. Sa livraison totale est prévue avant les délais, soit la fin de l’année 2009. 
Le dossier des eaux minérales et eaux de sources ayant fait l’objet d’une classification en application d’un décret spécifique à l’exploitation et à la commercialisation des eaux minérales est loin d’être définitivement clos.
Le ministre des Ressources en eau a annoncé que le problème de la qualité ne se pose plus, «mais il faudrait renforcer le contrôle sur l’authenticité des affichages publicitaires», avertira-t-il. Un total de 40 opérateurs exercent l’activité, «ce secteur a été ouvert pour influer sur le prix de l’eau minérale et la rendre plus accessible aux Algériens». 

“Le barrage de Beni Haroun  ne présente aucun risque”
Convié à donner de plus amples précisions sur la sécurisation des installations du fameux barrage de Beni Haroune, M. Abdelmalek Sellal, qui ne fut point surpris par la question, explique que cet ouvrage a été réalisé suivant les normes les plus modernes dans la réalisation de barrages. «Le barrage ne présente aucun risque, si ce n’est les deux fuites décelées par nos services.». Avec ces fuites, l’infrastructure reste sûre et répondra aux besoins de toute la région avec, en première phase, 600 millions de mètres cubes et 940 millions de mètres cubes d’ici à la saison hivernale. Plusieurs bureaux d’études étrangers ont effectué une série d’expertises, «pour les fuites, elles sont prises en main par des experts nationaux et étrangers et seront traitées dans les quelques semaines à venir».
A. F.

A retenir...

  • S’agissant du problème de l’envasement des barrages en raison de l’érosion  du sol provoquée par les pluies diluviennes, portant préjudice au rendement  des terres agricoles bordant ces infrastructures, le ministre  a annoncé la récente installation d’une cellule au niveau de l’Agence  nationale des barrages et transferts (ANBT) pour la prise en charge de cette  question, tout en préconisant le lancement de campagnes intensives de boisement  pour éradiquer le problème.
  • Par ailleurs, M. Sellal a déclaré que les services de son département  lanceront, prochainement, un programme d’épuration de l’oued El-Harrach, en  collaboration avec le groupe français "Suez". Les premiers testes effectués  sur place étant très satisfaisants.          Evoquant le prix de l’eau, M. Sellal a tenu à assurer, une fois de plus,  qu’il demeurait subventionné par l’Etat. "Les prix ne changeront pas", a martelé  le ministre qui a mis l’accent sur la nécessité d’une consommation rationnelle  et économique de l’eau, avant d’appeler les citoyens à signaler tous problèmes  au niveau des canalisations, notamment les filtrations.
  • 35 % des communes ne payent pas leurs factures d’eau, pourtant forfaitaires,  voire au prix symbolique, s’est étonné le ministre.         
    Abordant le projet de transfert d’eau Ain Salah-Tamanrasset sur une  distance dépassant 700 km,
    M. Sellal a précisé que ce méga-projet sera d’un  apport de près de 100.000 m3/j d’eau potable pour la ville de Tamanrasset et  les localités avoisinantes, sur une durée prévisionnelle allant jusqu’à l’an  2040.          
  • Rappelant que les nappes phréatiques de In  Salah relèvent de l’intégrité  territoriale de l’Algérie, le premier responsable du secteur a indiqué, dans  cet ordre d’idées, que des projets de transferts des eaux souterraines des régions  du nord du Sahara (Laghouat,
    El-Goléa, InSafra...) vers les Hauts-plateaux  seront lancés à partir de 2009.          
  • La sécurité hydrique de notre pays est, désormais,
    à la portée, s’est-t-il  félicité, précisant que cela a été rendu possible grâce à l’orientation vers  la diversification des sources d’approvisionnement (barrages, nappes phréatiques,  dessalement ...).           
  • C’est dans cette optique que des projets de réalisation de 13 barrages  seront lancés début 2009.

 

Source El Moudjahid

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires