Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 23:11

Cherchell : l’antique Caesarea met le cap sur le développement
undefined

Cherchell, antique Caesarea, berceau de la civilisation, ancienne capitale de la Maurétanie ville magnifique où s’allient mer et montagnes qui se drapent d’une verdure chatoyante et d’où se détache le bleu azur du ciel et de la Méditerranée, qui a connu durant  plusieurs  siècles  un brassage de cultures qui lui ont permis,  à cette époque, un essor considérable.
Très connue et prisée par un flux touristique qui ne cesse d’augmenter et cela  grâce à ses nombreux sites et monuments archéologiques et historiques qui font d’elle une destination de choix.
Cherchell, c’est aussi déambuler dans ses rues étroites qui gardent jusqu’à nos jour un cachet particulier, et ce, malgré l’usure du temps. Sa belle place ornée de colonnes de marbre et de Statues qui ornent la fontaine en plus de ses arbres centenaires qui épousent le décor en lui donnant ainsi une empreinte qui permet au visiteur de s’évader quelques instants dans l’histoire.
Cherchell, c’est aussi l’hospitalité légendaire de ses habitants qui sont fières de leur cite et s’apprêtent volontiers à vous faire connaître les sites et monuments ainsi que le musée qui abrite d’importantes mozaiques.  Durant les années 1970, cette ville jouissait d’une station balnéaire «mer et soleil» et d’un hôtel «le cesaré»  qui connaît, actuellement, des travaux d’aménagement.
Le chef-lieu de daïra est  dans une situation de vétusté avancée ce qui n’a pas permis à son évolution en plus d’un espace très réduit en l’absence d’un plan de restructuration qui n’a commencé à se dessiner que l’année passée. Cherchell, ville côtière par excellence, donne le dos à la montagne ce qui rend difficile son extension avec une population de  69 967 habitants et s’étale sur une superficie de 230,64 km. Elle compte trois communes à savoir : Sidi Ghiles, Hadjret Ennous et Sidi Semiane perchée sur un piton rocheux. A vocation essentiellement touristique et de pêche, l’agriculture, elle, se fait dans les montagnes et les lits d’oued.
C’est pour corriger et améliorer ces lacunes que M. Mohamed Ouchen, wali de Tipasa, a entamé une visite d’inspection et de travail en présence des membres de l’exécutif et bien sur les autorités locales pour s’enquérir de la situation et  de l’état d’avancement des 40 projets de développement local qui ont été lancés en ouvrage et inscrits au menu du wali. Certains programmes ont été introduits en dehors du périmètre citadin loin de tous réseaux  d’accessibilités ce qui a engendré une perte d’énergie et des surcoûts importants et grever ainsi le prix du m2.
Cette condition s’est amplement entrecoupée à l’équivoque des contraintes reliées à la protection des vestiges historiques et à une devanture maritime qui ne lui ont pas permis une expansion vers en le nord.
 A titre d’exemple, la construction du CFPA, inscrite depuis 1985, n’a pu être lancée qu’en 2005.
Il a fallu résoudre par l’autorité de wilaya le problème du manque de terrains à même de recevoir cette réalisation et pour remédier au  manque de sites qu’il y a eu une nouvelle recomposition  du tissu urbain, après cooptation du PDAU de la ville de Cherchell qui prend, en même temps, le plan de préservation de l’antique cité.  Ainsi, un nouveau bandeau  d’aménagement a été créé pour le futur tissu urbain, situé au niveau de l’ex-DAS Habbouche ce qui a autorisé le dégagement d’assiettes de terrains destinées à la réalisation du CFPA dont les sueurs ont été déclenchées en 2005 et ouvrira ces portes lors de la prochaine année scolaire. Sur le même site, il est prévu la réalisation de 803 logements toutes formules confondues en plus des 500 logements formule CNEP/IMMO dans le cadre de programme national des 65 000 logements location-vente. A ces programmes, viendront se greffer  386 logements LSP au lieudit cap Rouge et 116 logements sociaux locatifs à Sidi M’hamed-Lemghith. Cette nouvelle reconstitution urbaine a confirmé le déclenchement de plus de
1 841 logements en deux ans pour toutes les franges de la population. D’autres projets d’équipements sont pareillement attendus pour Cherchell avec la réhabilitation et le confortement de  l’hôtel cesarae pour protéger son empreinte architecturale et patrimoniale, la réalisation d’un stade semi-olympique sur une assiette de terrain de 5 ha et le projet d’aménagement du site cap rouge  qui constitue un nouveau  pôle de croissance à travers la création d’espaces  récréatifs de détente et de loisirs. En outre, il a été réalisé une démarche d’aménagement et d’agencement de l’ex-SAWEK au centre ville pour un montant de 14 millions de dinars en prévisions de stabiliser le négoce inorganisé et d’assainir les abords de l’ancien marché. La délégation s’est, par la suite, renseigné de l’état d’avancement des travaux d’extension du port de Cherchell afin d’augmenter la capacité de la flottille en vue d’améliorer la production halieutique qui passera de
5 000 tonnes/an à 12 000 tonnes/an dès que le bassin d’eau existant atteindra les 60 000m2 en surface et le doublement du quai qui est actuellement de 580 mètres linéaires. Cette opération  est menée par un grappe de trois entreprises pour une enveloppe financière de
1 600 000 DA. Par la même occasion, le wali a inspecté la réalisation d’une antenne de pêche et l’aménagement d’un nouveau cimetière.
La municipalité de Sidi Semiane, qui est une zone à promouvoir, a bénéficié d’un programme spécial après l’aménagement et le revêtement des pistes pour relier les bourgades de Oued Larbaâ, Chebli, Ikhider et Ghardous ainsi que la consolidation du maillage routier pour garantir aux utilisateurs la liaison directe de Sidi Semiane avec les villages de Menacer et Cherchell sur un tronçon de 22 km sans qu’ils aient à emprunter la RN11. Le plan d’occupation du sol (POS) de Sidi Semiane  vient d’être admis. ce dispositif d’urbanisme consentira à cette commune de jouir d’équipements publics à la faveur de la création de deux pôles secondaires à savoir : Gherdous et Tifas qui prendront en charge les zones disséminées. Ce POS est d’une grande nécessité  dans la mesure où les terrains fonciers dans cette zone escarpée sont très exceptionnels du fait que les terres sont dans l’indivision. A signaler qu’un programme de 236 logements ruraux est en cours de réalisation, ainsi qu’une salle de lecture et du revêtement d’un tronçon routier unifiant CW103 au douar Djoumer pour un montant de 5,1 millions de dinars. Durant cette tournée, le wali a également supervisé à Sidi Ghiles les travaux de réalisation d’un lycée de 800 places pédagogiques, une bibliothèque communale, du programme des 100 logements ruraux qui seront achevés en deux tranches et 527 logements sociaux urbains locatifs et sociaux participatifs. S’agissant de la protection des eaux pluviales en vue de la préserver un système de protection a été mis en place pour un coût de 32 millions de dinars. La commune de Hadjret Ennous, en bordure du littoral, dernière étape de la visite du chef de l’exécutif, a bénéficié de plusieurs projets une salle de lecture, 20 logements sociaux locatifs, une auberge de jeunes de 50 places, la réfection d’une salle de soins et la réalisation de 18 locaux commerciaux à usage professionnels
.
Source La Nouvelle république
Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires