Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 février 2008 1 04 /02 /février /2008 10:06

Carla Bruni enfonce Nicolas Sarkozy en France

 undefined

 

Nicolas Sarkozy subit une chute de 13 points de sa cote de confiance avec, pour la première fois, une majorité de 55% d'opinions négatives, selon un sondage LH2-Libération réalisé avant et après l'annonce de son mariage avec Carla Bruni.
Ce sondage confirme la nette baisse de la cote du président dans les sondages, depuis plusieurs semaines. Dans ce sondage à paraître lundi, 55% des personnes interrogées ont une opinion négative et 41% une opinion positive. Début janvier, la cote de confiance du président était positive pour 54% des Français.
L'érosion progressive de cette cote de confiance de M. Sarkozy depuis son arrivée à l'Elysée, de 67% en juillet 2007 à 54% en janvier, s'est subitement accélérée entre janvier et février.
En baisse de trois points avec 47% d'opinions positives, le Premier ministre François Fillon, devance le chef de l'Exécutif de 6 points.
C'est un "effondrement d'une rare ampleur", juge François Miquet-Marty, directeur des études politiques de LH2 pour lequel "il existe peu d'exemples de défections aussi massives, si ce n'est le cas de Jacques Chirac en 1995".
Selon l'institut de sondage, "le discrédit émane de la plupart des catégories sociales et politiques".
En effet, le président de la République "subit des revers majeurs auprès des hommes (40 % d'opinions positives -14 points par rapport à janvier) comme auprès des femmes (41 %, -13), auprès des 18-24 ans (38 %, -15) comme auprès des 50-64 ans (37 %, -16), auprès des cadres 41 % (-13) comme des ouvriers (38 %, -16), auprès des sympathisants de gauche (19 %, -11) comme des personnes sans proximité partisane déclarée (43 %, -16).
Premier facteur explicatif de cette forte baisse de la popularité, selon l'institut, le "discrédit qui le touche en matière économique": 84 % des Français ne sont pas satisfaits de la politique concernant le pouvoir d'achat, 75 % sont insatisfaits de "la croissance économique", 68 % du problème de l'emploi.
68% des Français ne font pas confiance au chef de l'Etat et au gouvernement pour améliorer le pouvoir d'achat et 60% ne leur font pas confiance pour améliorer la situation économique.
Deuxième cause de la chute de popularité du président, la désapprobation de son style personnel. "L'affichage de la vie privée" est désapprouvé par 76 % des interviewés.
Par ailleurs, interrogés sur la crise de la Société générale, 44% des personnes interrogées en désapprouvent "la gestion" présidentielle.
Signe de cette défiance envers le président de la République: une majorité de 64% approuve la décision de M. Sarkozy de ne pas "s'impliquer dans les élections municipales".
Mercredi, un sondage Sofres avait déjà confirmé la spirale descendante du chef de l'Etat: 55% des Français contre 48% un mois auparavant ne lui faisant pas confiance. 41% émettent un jugement inverse, en baisse de huit points en un mois. Depuis la mi-janvier, la cote du président de la République s'inscrit en négatif, avec une majorité de mécontents.
Ce sondage a été réalisé par l'institut LH2 les 1er et 2 février 2008, par téléphone, selon la méthode des quotas, sur un échantillon de 1003 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.


Source : AFP

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires