Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 22:03

Open sky: Le nombre de passagers passe de 5 à 10 millions

 

«Les compagnies low cost sont pour le Maroc ce que les autoroutes ont été pour l’Espagne».

 

C’est avec cette phrase que Jawad Ziat, PDG de la low cost Jet4you, a ouvert la conférence-débat organisée jeudi dernier à Casablanca, par l’Association des ingénieurs de l’Ecole nationale supérieure de l’informatique et d’analyse des systèmes. Avec comme thème «Évolution du transport aérien et perspectives de l’open sky».
En effet, avec l’open sky signé avec l’UE, l’aérien a connu un véritable décollage. Cette ouverture du ciel accompagnée de l’avènement des low cost, proposant des prix «choc», a permis de faire passer le nombre de passagers de 5 millions en 2001 à 10 millions en 2007.

Par ailleurs, plusieurs lignes ont connu une croissance exponentielle. Par exemple, la ligne Casablanca-Bruxelles, qui connaissait des taux de croissance de l’ordre de 2 à 3% l’an, a enregistré en 2007 un taux de croissance de 50% par rapport à 2006. Aussi, de nouvelles villes commencent à grignoter des parts du trafic.

La capitale économique qui en accaparait 70% en 2001, a vu sa part chuter à 50% actuellement, au profit de Marrakech, Agadir et Fès. Les nouvelles destinations phares du Royaume. Mais il faut tout de même souligner que le grand effort de promotion du pays (120 millions de DH déboursés par l’Etat) à l’étranger a beaucoup contribué à ce changement. La Vision 2010, le renforcement des infrastructures et le plan Azur ont également joué un grand rôle dans la dynamisation du secteur.

Cette tendance devrait sans doute se développer à l’avenir. Le nombre de touristes dans le monde ne cesse de grimper (en 2007 un record de 900 millions de touristes a été enregistré) et d’autres compagnies low cost verront sûrement le jour. Un projet est d’ores et déjà en cours.
La compagnie émiratie Air Arabia a conclu un accord avec Régional Air Lines pour créer une low cost. Ceci augmentera bien sûr la concurrence sur le marché, pour le grand bonheur des voyageurs, mais intensifiera aussi la pression sur la première compagnie nationale. Cette dernière n’a eu d’autre choix que d’adapter son offre à la concurrence. Sa marge bénéficiaire sur les billets a été largement compressée. «RAM dispose d’un grand potentiel pour affronter la concurrence. Son seul talon d’Achille, c’est le style de gestion publique dont elle a hérité», affirme Ziyat. «Le développement des low cost au Maroc devrait en principe accompagner le propre développement de RAM», ajoute-t-il. Toutefois la compagnie a trouvé son échappatoire.

En 2004, elle a créé sa propre low cost, Atlas Blue. Elle a aussi intensifié la fréquence de ses vols sur l’Afrique. D’un autre côté, elle continue de monopoliser les dessertes internes, sur lesquelles elle pratique des prix très élevés (avec des horaires jugés «impossibles» par certains passagers).

Par rapport à d’autres pays, le marché du transport aérien au Maroc a beaucoup gagné en maturité durant les dernières années. Il est passé de 20 compagnies à 50 en seulement quelques années. Cela dit, la flotte disponible reste modeste. Les compagnies nationales, réunies, ne possèdent que près de 50 appareils.Les low cost

Contrairement aux compagnies aériennes traditionnelles, les low cost sous-traitent la plupart des activités parallèles (maintenance, handeling, catering, gestion des ressources humaines, etc.) au transport aérien. Ceci leur permet de réaliser des économies sur les coûts et d’offrir des prix pratiquement imbattables. Elles simplifient également les procédures, pratiquent la même grille tarifaire sur toutes les destinations, et recourent aux réservations par Internet. Leur stratégie: baisser les recettes sur les sièges de 30 à 40% par rapport aux autres compagnies, puis miser sur les volumes. À l’instar de Jet4you, qui depuis sa création en 2005, a transporté près de 500.000 passagers et réalisé quelque 4.000 vols, avec 4 avions. Sa clientèle cible: les touristes à destination de Fès, Marrakech et Agadir, les MRE et les nationaux qui voyagent en Europe. À côté du B to C, elle opère aussi le B to B, en vendant une partie de ses sièges à des tour opérateurs, en vue de lancer des packages. Actuellement, la low cost travaille sur un nouveau concept qui dopera ses revenus, la réservation d’espaces publicitaires dans ses avions. Elle compte en outre lancer de nouveaux services de réservation de voitures et d’hôtel, «Cars4you» et «Hotels4you».



Source: L'Economiste

 

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires