Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 10:13

Peter Mandelson à L’expression
«Le manque de transparence freine l’investissement»

L’Expression: L’adhésion de l’Algérie à l’OMC repose-t-elle sur une offre suffisante?
M.Peter Mandelson: Pour le moment, je ne constate aucun obstacle épineux. Il n’y a pas de problème profond de nature à empêcher l’Algérie d’adhérer à l’OMC. Il reste quelques petits problèmes d’ordre technique qu’il faut rapidement régler et d’une manière professionnelle. Je dirai donc que l’offre de l’Algérie est suffisante pour adhérer à l’OMC.

Des problèmes d’ordre technique. Par exemple?
Je ne peux pas vous établir toute une liste sur les mécanismes qu’il faut revoir, ni sur ce qu’il faut faire. Je ne suis pas chargé de cette mission. Mais, j’insiste, notamment, sur deux volets importants.
Il s’agit des domaines de l’énergie et des services. Pour ce dernier, l’Algérie doit profiter de cette conjoncture propice pour promouvoir son économie. Ces deux points pourraient jouer un grand rôle dans les négociations avec l’OMC.

Vous avez déclaré, lors de votre point de presse, que l’Accord d’association «ne fonctionne pas suffisamment bien». Que faut-il revoir?
Je faisais allusion à quelques petits détails que je qualifierais de légers. Sur le plan économique, il y a eu beaucoup de choses qui ont été faites. Là aussi, je parle de quelques problèmes d’ordre technique. Mais, le plus important, c’est la politique commerciale. Il est plus qu’impératif de promouvoir la stratégie commerciale bilatérale facilitant les échanges commerciaux. Quelques éléments d’ordre structurel qui manquent pour enrichir davantage les accords bilatéraux.

Vous avez insisté, aussi, sur l’importance de faciliter les investissements étrangers en Algérie. De quoi se plaignent les investisseurs étrangers en Algérie?
Il faut mettre en place une politique permettant à l’Algérie d’attirer les investisseurs étrangers. Votre pays doit assurer les conditions propices aux investisseurs étrangers. Ces derniers sont préoccupés par plusieurs choses. Il y a le manque de transparence dans les dispositions juridiques, le manque de prévisibilité ou tout simplement le manque de stratégie.
Le plus important et l’essentiel, il faut qu’il n’y ait aucune discrimination dans les dispositions gouvernementales, ni dans les procédures permettant aux investisseurs de s’installer en Algérie. Autrement dit, il ne doit pas y avoir une ségrégation entre l’investisseur européen ou autre par rapport à l’Algérien.

 

Source L’Expression

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires