Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 février 2008 3 06 /02 /février /2008 00:28

Peter Mandelson, Commissaire européen au commerce

« L’Algérie est trop en retard »

« C’est à l’Algérie de se mettre au boulot », a déclaré le commissaire européen au commerce. L’Europe se montre inflexible sur les dossiers de l’énergie et des services.

En visite pour deux jours à Alger, le commissaire européen au commerce, Peter Mandelson, estime que « l’Algérie est trop en retard pour se permettre une attitude timorée » concernant l’avancement des réformes dans le domaine commercial, avant d’ajouter : « Le moment est venu maintenant pour ne pas manquer de courage. » En présence du ministre du Commerce, El Hachemi Djaâboub, M. Mandelson a soutenu qu’il était du « devoir de l’Algérie d’avancer ». Dans le même temps, avoue-t-il, « l’UE doit accroître son soutien ». A l’occasion d’un point de presse tenu hier à la résidence El Mithak, le représentant de l’Union européenne (UE), tout en louant les étapes franchies, a incité les autorités algériennes à « aller plus profondément et plus vite dans ses réformes ». Il s’agit principalement des questions relatives aux politiques commerciales. L’UE veut réviser l’accord d’association entré en vigueur en septembre 2005 avant l’échéance officielle de cinq ans. En effet, M. Mandelson a exprimé son insatisfaction quant à l’application actuelle de l’accord. « Je ne crois pas qu’à l’heure actuelle, cet accord fonctionne suffisamment bien », a-t-il jugé. Pour l’émissaire européen, « il faudra se revoir pour renouveler l’accord de partenariat avant 2010 pour approfondir les conditions commerciales ». Il s’agit, poursuit le même responsable, de voir comment l’Algérie peut tirer plus d’opportunités et d’avantages de cet accord. Considéré par le conférencier comme « une bonne base », ledit accord doit être amélioré pour constituer « une base plus solide pour plus d’ouverture à même de permettre le développement du secteur privé en Algérie ». Tout en soulignant que « l’Algérie a profité des programmes de réformes économiques initiés par le président Bouteflika et son gouvernement », il ne manquera pas de dire combien il est primordial de « maintenir cette dynamique pour que véritablement le progrès apporte ses fruits ». De son avis, l’Algérie a besoin d’une croissance économique. Abordant l’adhésion de l’Algérie à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), M. Mandelson a considéré que « l’étape à venir est essentielle et conditionne tous les progrès accomplis à ce jour ». Il refusera par ailleurs de lier la lenteur qu’enregistre le processus d’adhésion aux exigences que pose l’UE. « C’est une erreur de penser qu’aujourd’hui l’adhésion à l’OMC achoppe sur un contentieux entre l’Algérie et l’UE. Pas du tout. A l’OMC, il y a 151 membres et chacun a son calendrier », se défend-il. Pour ce haut fonctionnaire européen, « il y a des problèmes qui n’ont pas été réglés. On ne peut pas se contenter de les balayer. C’est à l’Algérie de se mettre au boulot. C’est un travail laborieux et difficile avant de pouvoir conclure ». Plus précisément, l’Europe se montre inflexible sur les dossiers de l’énergie et des services. Des volets sur lesquels elle invite l’Algérie à faire des progrès. La question de l’énergie se pose en termes de transport et de la double tarification du prix de l’énergie. « Des progrès ont été réalisés sur ce volet et nous sommes maintenant en phase de clarifications finales », a tenu à préciser M. Mandelson. Par contre, sur la libéralisation des services, aucune avancée n’a été signalée. La délégation européenne est venue dire aux responsables algériens que le vieux continent aspirait à plus d’ouverture dans le secteur des services pour permettre des investissements étrangers en Algérie.

Source El Watan

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires