Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 00:00

Une balade à travers la forêt qui offre un beau point de vue sur le village médiéval et sa cathédrale, et passe par le gouffre de Lespugne.

Rando. Autour de Saint-Bertrand

randostbertrand.jpg

Cette balade familiale d'une dizaine de kilomètres (compter 3 heures) passe par Saint-Martin et la forêt. Elle permet de découvrir le gouffre de Lespugne et offre surtout un point de vue unique sur Saint-Bertrand de Comminges.

Cette petite agglomération rurale s'est d'abord dénommée Lugdunum Convenarum (Lyon des Convènes). Il s'agit en effet d'une ancienne capitale romaine qui compta plusieurs dizaines de milliers d'habitants. Des fouilles ont révélé qu'elle possédait des thermes, une basilique chrétienne, un temple consacré à Auguste, un forum. Elle était particulièrement bien située à la sortie de la vallée pyrénéenne de la Garonne (les vallées de Luchon et d'Aran se rejoignent un peu plus au Sud).

Mais si son histoire a commencé bien avant la conquête de la Gaule par Jules César, les invasions vandales ont eu raison du village originel, détruit au moins en partie aux Ve et VIe siècle. La vie recommença sous la houlette de saint Bertrand, évêque de Comminges (1083-1123), qui fit construire la cathédrale et le cloître (il entreprit également la construction de la Basilique Saint Just de Valcabrère). Un autre Bertrand, qui allait devenir pape sous le nom de Clément V, en 1305, donna à la cathédrale son visage actuel. Il y transporta les reliques de Saint Bertrand et fit ainsi de son tombeau le centre d'un grand pèlerinage.

Du haut de son rocher, Sainte-Marie domine l'entrée de la haute vallée de la Garonne. Elle abrite un trésor et des orgues du XVIe siècle.

La Révolution française avec la suppression du diocèse du Comminges en 1793 fit que la ville amorça alors son déclin, devenant simple chef-lieu de canton dans le district de Saint-Gaudens, puis commune en 1887. Mais la ville haute actuelle révèle encore aujourd'hui la splendeur passée dans ses nombreux vestiges : remparts, portes, maisons anciennes, rues étroites.

Rando pratique

Situation : Saint-Bertrand-de-Comminges, à 16 km au Sud-Ouest de Saint-Gaudens par les D 8, N 125 et D 26.

Parking: à l'entrée du bourg.

Balisage: 1 à 2 jaune, bleu jaune; 2 à 4, blanc , rouge; 4 à 8, jaune, bleu, jaune; 8 à 2, blanc, rouge; 2 à 1 jaune, bleu, rouge.

Difficulté particulière: Terrain parfois boueux et gué entre 2 et 3.

1. Du parking, partir à droite et prendre à gauche l'étroite route pour s'engager sur un chemin caillouteux qui monte au lieu-dit Le Mont.

2. Tourner à droite sur un large chemin. Il conduit au-dessus de Saint-Martin.

3. À hauteur du village, obliquer à gauche sur un sentier en lisière du bois de Ruère et atteindre une fourche.

4. Bifurquer sur le chemin à gauche, pour rester en lisière. Franchir le ruisseau. S'orienter vers l'Ouest en longeant la bordure des champs. Couper la piste forestière et descendre à la route. La suivre à gauche. Elle franchit un pont de fer et se poursuit sur 300 m. Continuer le chemin sur 30 m.

5. S'engager à droite sur un sentier qui rejoint la forêt. Au premier croisement, emprunter le chemin d'exploitation à droite sur 400 m.

6. Tourner à gauche sur le large chemin qui entre dans la forêt. Il oblique plein Nord en restant à niveau et gagne une intersection. Le chemin, à gauche, conduit au gouffre de Lespugue.

7. Continuer sur le chemin. Au croisement, suivre le sentier à droite qui passe un collet et descend dans la forêt. Il vire à droite en lisière. Prendre la route à gauche.

8. Franchir le pont à droite et monter à Labat. Traverser le hameau, poursuivre sur la route. Au carrefour, emprunter la route à droite sur 100 m. S'engager sur le chemin à gauche.

9. Partir à gauche et, par l'itinéraire utilisé à l'aller, retrouver le parking.

Carte IGN 1847 07 Extrait du topguide Midi-pyrénées à pied par la FFR.

Source la Dépêche du midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires