Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 23:00

Il était une fois, dans la ville de Foix….

 undefined

1. Histoire de Foix - La cité comtale entre passé et présent

 

Foix, la  préfecture de l'Ariège, dresse sa fierté sur un roc majestueux où, depuis des siè­cles, trône son château. Pièce maîtresse de la ville, il propose un bond dans le temps, de 987 à la révolution où il était encore utilisé comme siège de garnison. Depuis 1930, il abrite les collec­tions du musée départemental de l'Ariège. Point de départ, la forteresse vous mènera tout na­turellement vers les ruelles alen­tours. Et les promenades ne manquent pas.

Situé au cœur même de la na­ture, Foix se découvre dans les ruelles de la cité avec un itiné­raire historique et des sites pit­toresques. Au gré des balades, à voir la place Saint-Vincent et sa fontaine en fonte à tête de lion et la place du Mercadal, place du marché actuel.

 undefined

 

Enfin, la place de Labistour et sa fontaine de l'Oie méritent également toute votre attention, et pourquoi pas quelques photos souve­nirs.

 

N'oublions pas un détour du côté du square de 1'Arget, décoré de sa fontaine de pierre, en grès, du XVIIème siècle.

 

L'en­droit offre un lieu de détente fort ap­précié des visiteurs. Si l'histoire est pré­sente un peu par­tout dans la ville de Foix, ce n'est pas son seul atout. En effet, une pro­grammation, riche au cours de l'été, mais aussi tout au long de l'année, avec la proximité d'autres lieux incontournables comme les forges de Pyrène et la rivière de Labouiche.

 undefined

 

Pour finir, n'oubliez pas d'aller vous asseoir au théâtre dé verdure pour assister au spectacle « II était une fois l'Ariège », où sont mis en scène les principaux faits historiques du départe­ment  

 

2. Visitons Foix…..  

Parmi les circuits de prome­nade qu'offre la ville de Foix, il en existe un à ne pas manquer.

Direction les hauteurs avec une balade du côté de la croix de Saint Sauveur. Au départ du parking, rue du chemin de Saint-Sauveur, comptez 1 h 30 pour vous hissez à 600 mètres d'altitude et profi­ter d'une vue magnifique de la ville. Une autre promenade, en­core en hauteur, permet de con­templer la cité fuxéenne. Une pe­tite demi-heure de marche de plus, le prix à payer pour se re­trouver alors à 859 mètres d'al­titude avec un joli bonus, celui d'un superbe point de vue.

Retour sur terre et découverte d'une ville qui n'a toujours pas levé le voile sur tous ses secrets.

Au départ de la place Parmentier, le chaland empruntera la rue des Grands Ducs et tournera rue des Chapeliers. Au numéro 23, vivait le sieur de Tréville, ami du célè­bre D’artagnan. Un peu plus loin, la rue du Palais de Justice se trouve la plus ancienne partie de la ville avec une belle fontaine du XVIIème siècle. En passant par le square de l'Arget et la rue de la Préfecture, voici apparaître l'ab­baye du monastère de Saint-Volusien.

L'abbatiale et sa crypte médié­vale comportent un magnifique portail du Xllème siècle soutenu par quatre chapiteaux.

Il ne vous res­tera donc plus qu'à flâner dans la rue du Rival avant de vous enga­ger dans celle des Marchands puis de déboucher sur la fontaine aux Oies, qui n'est en réalité qu'un cygne.

Autour de la place, des maisons en bois, dont cer­taines demeurent intactes, avec colombages et panneaux d'échoppes.

En fin de promena­des, direction les allées de Villote, récemment ré agencées et qui fu­rent célèbres en leur temps pour les exécutions capitales qui s'y sont déroulées.

Après ce voyage dans le temps, une halte sera bien méritée sur une des nombreuses terrasses de la cité comtale où chacun pourra se détendre en toute quiétude. Au cours de l'été, l'empreinte du passé médiéval procure un tourbillon de fêtes avec spectacles, marchés, ani­mations et concerts de rue.  

3. Nombreuses Balades En Ville  

De nombreuses balades en pers­pective dans la ville de Foix qui, par sa tranquillité, fait souvent oublier que c'est la préfecture de l'Ariège.

 undefined

Grâce à des structures adaptées et à la présence de personnels qualifiés, vous pourrez égale­ment vous livrer à vos passions ou tout simplement découvrir à proximité de nombreux loisirs.

A l'honneur, des activités de loi­sirs comme le VTT, le canoë-kayak, la pêche, la randonnée et même le parapente pourront être pratiqués.

Côté hébergement, aucune inquiétude car la ville et ses alentours sont richement do­tés.

Foix compte plus de 2 053 places avec hôtels, fermes, au­berges, chambres d'hôtes et cam­pings.

 

N'oublions pas non plus de citer l'existence de 23 établissements de restauration, gastronomique ou rapide.

La cité comtale est un bonheur pour les promeneurs et un point de départ pour la dé­couverte du département et de ses trésors.  

3. Une visite au Château

 undefined

Le château féodal qui domine Foix a probablement été cons­truit dans le courant du Xème siè­cle. Cette situation, accroché à son rocher lui a valu des ja­lousies et des sièges redouta­bles. Trois tours se découpent dans le ciel : la plus petite car­rée, est la plus ancienne. La tour du milieu également car­rée est la plus vaste et a été re­construite du temps de Gas­ton Phébus. La tour ronde est la plus récente et la plus belle.

Après avoir été un dépôt d'ar­chives puis une prison jusqu'en 1862, le château de Foix abrite désormais les col­lections médiévales du mu­sée de l'Ariège consacré à la préhistoire, à l'art gallo-ro­main et médiéval.

En été comme en hiver, au so­leil couchant, le château garde toujours une part de mystère.

 

Source : «  La Dépêche du Midi »  

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires