Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 08:53

  Il menace le président français

Les divagations de Benhadj sur Sarkozy

Le président français, Nicolas Sarkozy, a tenu des propos insultants et provocateurs à l’égard des islamistes algériens. Ali Benhadj n’a pas apprécié le président français lorsqu’il a déclaré que l’Algérie menaçait d’être dirigée par les talibans…………….

argument par lequel il a justifié son soutien au gouvernement. Dans un entretien au journal Le Monde, l’ancien numéro 2 du FIS dissous considère que cette déclaration est une ingérence dans les affaires intérieures du pays et qu’il ignore la réalité du FIS dont les élus étaient des intellectuels et “pas des talibans”. L’avenir pourtant démontrera le contraire, et aujourd’hui encore, ceux qui commettent les attentats au nom du parti dissous pour l’instauration d’une république islamique ne sont pas très éloignés de l’image des talibans.
Quand le régime des mollahs parrainait ouvertement le FIS dissous, ce n’était pas de l’ingérence ! C’est vrai aussi que la France de Chirac, de Sarkozy est loin d’être complaisante et laxiste avec les islamistes comme le fut celle de Mitterrand. Cette réaction de Benhadj  pourrait bien suggérer son soutien et sa caution aux menaces du GSPC (Al-Qaïda Maghreb) de frapper les intérêts français. Ce n’est pas tant l’alignement de Sarkozy sur les Américains qui dérange les islamistes algériens, dont Benhadj se veut le porte-parole, mais le durcissement à leur égard qui leur limite le mouvement et la liberté d’action. Bien plus, puisque Sarkozy a proposé son aide à l’Algérie dans son combat contre le terrorisme.
Toutefois, l’ancien dirigeant islamiste voudrait expurger le GSPC de son étiquette Al-Qaïda, organisation à laquelle le groupe terroriste a prêté allégeance et label sous lequel il revendique désormais ses attentats, pour on ne sait quelle raison. À moins que se cache derrière une volonté d’en faire un partenaire pour sa prétendue conférence nationale “sans exclusive” pour une issue politique à la crise du pays. Al-Qaïda, pour Ali Benhadj , n’a pas d’existence sur le terrain, donc réelle, elle n’existe que dans les médias algériens.
Comprendre les journaux. D’ailleurs à aucun moment, il ne condamne les attentats puisque, selon lui, la nébuleuse d’Oussama Ben Laden est surdimensionnée et opère pour les intérêts du régime. Ce même régime qu’il accuse de pousser les jeunes à prendre le maquis. Un autre argument pour dédouaner son fils, Abdelkahar, qui a rejoint le maquis en octobre 2006, dont il dit ignorer le sort alors qu’il est montré dans une vidéo au maquis. Pourtant, récemment, il a été lui-même aperçu à Azazga (Tizi Ouzou) lors du grand ratissage de Yakourène. Faisait-il du tourisme ?
Des informations ont fait état d’une tentative de savoir si son fils terroriste n’est pas parmi ceux abattus par les forces de sécurité. Comment s’aventurer dans cette région quand on met en doute l’authenticité de la vidéo ? Tout est douteux, selon lui, hormis ce qu’il propose. Et ce qu’il propose est une conférence nationale, quitte à ce qu’il ne participe pas lui-même, laissant la place à Aït Ahmed, Mehri, Hamrouche, Ahmed Taleb, Ali Yahia qui ont pour point commun l’appel à une solution politique et sont de véritables démocrates. En fait, c’est un remake de Sant’Egidio dont le contrat préconisait l’instauration de “la loi légitime”, la chari’a, base de la république islamique que Benhadj continue de revendiquer. Pas moins que le retour vers le passé et la récréation du FIS dissous dont il est presque le seul à revendiquer sa réhabilitation comme au jour de sa création.

Source Liberté

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

BIMAN 11/03/2008 11:09

Bonjour,l Algerie est un ramassis de corrompus et despotes qui dirige le pays sous les ordres des puissances etrangeres.La seul personne resté propre est bien Mr Benhadj.

Le Pèlerin 11/03/2008 21:00

Bonsoir,Ce blog a vocation a ête consensuel et donc toute querelle à caractère excessif y est bani...En fait j'ai rapporté une information du Quotidien "Liberté" sans connaitre l'identité du proptagoniste algérien, Ali Belhadj en l'occurence.Je suis allé donc sur Wikipédia pour m'en faire une idée.....Il semble que même là il y ait quelques difficultés à cerner une réalité. Je me refuse de polémiquer avec qui que ce soit sur le sujet.....me déclarant incompétent en la matière et ne pourrai en débattre en toute objectivité.Si cet article vous gène, je me propose de le supprimer.Si tel n'est pas le cas je le laisserai ainsi avec votre commentaire comme je le fais d'habitudeCordialementLe Pèlerin