Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 08:00
La Ville rose plus fêtarde que chaude ce dimanche

Erotica2.jpg
 
Le  sexe ne satisferait-il jamais pleinement ses amateurs ? Le constat de professionnels et de visiteurs du salon Érotisa est étonnant. Toulouse ne serait pas une ville particulièrement hot. En tous les cas, moins que ses voisines du sud-est, Bordeaux, Montpellier, ou ses consœurs plus lointaines, Paris ou Belfort. « Toulouse semble un peu timorée, notent Jason, 28 ans et Jordan, 30 ans, stripteaseurs masculins depuis douze ans. Pour sillonner la France, on a constaté que Toulouse, c'est surtout une ville de fêtards et de rugby, plus que de passionnés du sexe ».

Pour ces deux jeunes professionnels, outre Paris, Marseille ou Perpignan sont bien plus intéressées par la question. Elles auraient, selon eux, des leçons à donner à la cité rose.

Pour eux, les Toulousaines seraient timides et auraient un peu de mal à assumer leur sexualité, surtout entre 2 5 et 35 ans. Une période où elles sont souvent « casées » dans une vie de famille. Sow est stipteaseuse. Elle effectue des tournées dans le monde entier, elle remarque : « Bien sûr le public est là durant les shows, il regarde, mais il ne se manifeste pas. On a du mal à le faire participer vraiment au spectacle. Il reste loin de la scène ».

belfort plus chaud

Même avis chez Kris, jeune stripteaseur de 29 ans : « Le public toulousain est très sympa, les femmes sont réceptives, mais sans plus. C'est très différent dans les villes du nord où les spectateurs montrent beaucoup plus d'enthousiasme. A Belfort, le dernier show que j'ai fait a été un délire ! ».

Côté exposants, le ton est identique. Bernard propose des sex toys et des huiles aphrodisiaques, très à la mode : « Lorsqu'une femme est derrière le stand, les clientes s'approchent plus facilement. Elles se lâchent moins quand c'est un homme. Il est vrai qu'on en parle tellement que le fantasme tombe un peu ».

Au fil des allées, beaucoup de couples. Pourquoi sont-ils là ? Par curiosité ou réel intérêt ? « Par curiosité, avouent Danièle et Nicolas, trentenaires. On nous parle de ce salon depuis longtemps. Mais on achète pas, on regarde, cela nous suffit ». Michel est responsable du club échangiste toulousain, Taboo. Il admet : « Toulouse a été une ville du sexe, il ya une dizaine d'années, mais c'est désormais fini. Avant les couples venaient au club pour réellement « échanger », aujourd'hui, ils matent surtout ». Pour lui, la raison majeure est lasurmédiatisation de la sexualité et du libertinage, qui ne cachent plus rien. Il ajoute : « L'autre cause : les soirées privées que beaucoup de couples se concoctent, en dehors du milieu. Cela tue le métier ».

ll n'y a vraiment que Gérard Le Gay, organisateur du salon Erotica pour défendre la cause érotique de la Ville rose : « Toulouse est non seulement une ville chaude mais respectueuse. C'est pour cette raison qu'Eve Angeli adore venir chez nous ». Sauvé !

Source l’Expression

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires