Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 00:32

  La révision constitutionnelle: fin du suspense ?

 undefined

 

Conforté par le soutien massif de la société civile, le Président va finalement rompre le silence autour de la révision constitutionnelle.

Le chef de l’Etat prononcera un discours dans lequel il annoncera officiellement la révision de la Constitution. C’est ce qu’a appris L’Expression d’une source crédible. Avec cette sortie médiatique, le chef de l’Etat mettra fin au suspense qui aura duré plus de deux années. Selon la même source, le choix du 24 février par le chef de l’Etat n’est pas fortuit.

En effet, il s’agit de la célébration du 37e anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures. Une date qui a marqué les esprits durant les années 70 sous la férule de feu Boumediene.

Par ailleurs, l’annonce de la révision de la loi fondamentale du pays est un événement éminemment important pour la jeune République, qui mérite d’être gravé dans les annales. C’est pourquoi, dit-on, le premier magistrat du pays veut faire d’une pierre deux coups.

Tout en célébrant l’anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures, il se prononcera sur le sujet -phare qui occupe le devant de la scène politique nationale. La même source précise qu’au niveau du Palais d’El Mouradia tout est fin prêt. Le mot d’ordre a été donné pour préparer l’événement. Notre source ajoute que seul l’endroit où sera donné le discours n’est pas encore arrêté et ce, par mesure de sécurité.

«Le Président peut faire sa déclaration ici à Alger comme il peut se déplacer au sud du pays», précise-ton encore. Une chose est certaine, affirme-t-on, le Président va briser le silence autour de cette question. Conforté par le soutien massif de la société civile, le chef de l’Etat semble être déterminé à entamer le chantier de l’amendement de la Constitution.

Une autre source proche de la direction du FLN, initiateur de la démarche, le confirme: «Maintenant que la société s’est fortement mobilisée, le président de la République va s’exprimer ouvertement», indique notre interlocuteur. Selon ce dernier, tout est aménagé pour aborder en toute sérénité ce projet décisif.

Un autre élément important confirme la sortie pressentie du locataire d’El Mouradia: la révision de la Constitution serait annoncée pour le mois de mars prochain. Actuellement, tous les indices de la scène politique confortent en effet cette échéance. Le troisième homme de l’Etat l’avait clairement déclaré: «La question de la Constitution sera clarifiée au courant du mois de mars», avait affirmé le président de l’APN, M.Abdelaziz Ziari, lors de son passage au forum de la Chaîne II.

Or, la question lancinante est celle de savoir par quelle voie le texte fondamental sera-t-il amendé? Selon nos sources, le texte sera vraisemblablement soumis au Parlement durant la session de printemps, qui débutera le 2 mars prochain.

La voie parlementaire semblant être la plus plausible. Même si le recours à un référendum n’est pas exclu, il n’en demeure pas moins que les spéculations des observateurs s’orientent davantage vers la seconde option, c’est-à-dire le Parlement. Les présidents des deux chambres parlementaires ayant déjà émis un fort signal confortant cette fin. MM.Ziari et Bensalah, respectivement président de l’APN et du Sénat, ont invité le président de la République à présenter son projet au Parlement.

M.Ziari, particulièrement, a souhaité que cette révision de la Constitution soit inscrite à la session prochaine de l’APN en mars prochain. Il a même soutenu que le Président peut faire l’économie d’un référendum si les amendements ne touchent pas les équilibres politiques du pays. De l’avis des observateurs de la scène politique, trois consultations électorales en l’espace de quelques mois seulement pourraient nuire à l’aura de l’Etat.

La forte mobilisation de la société civile est un facteur qui pourrait encourager les décideurs à ne pas recourir au référendum. Il faut reconnaître que ce projet a mis en branle toute la société civile. Des partis politiques, des organisations syndicales et des mouvements associatifs ont appelé à la révision de la Constitution.

La formation majoritaire qui a fait le premier pas a pu grossir ses rangs. Au niveau de la classe politique, les partis influents sont déjà partants. A l’exception du MSP qui ne se prononce pas, d’autres ont déjà mis le pied à l’étrier. Après le RND, le PT, le FNA, ce sont les indépendants qui ont exprimé, jeudi dernier, leur soutien inconditionnel à l’amendement de la Constitution.



Source L'Expression

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires