Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 00:29
La mesure est exigée par des membres de l’OMC

 

L’Algérie refuse d’augmenter les prix du gaz

 

La partie algérienne n’a reçu, en revanche, aucune requête de ses principaux partenaires exigeant la hausse des prix des carburants, a affirmé Chakib Khelil, le ministre de l’Énergie et des Mines.

Le secteur de l’énergie semble paradoxalement plus tenace s’agissant de transposer dans la législation nationale les exigences de membres de l’Organisation mondiale du commerce à l’adhésion de l’Algérie à l’OMC.
En marge de la conférence de presse donnée, hier, sur le lancement de l’Afrec, le ministre de l’Énergie et des Mines a laissé entendre, à propos de la question de la suppression de la double tarification des produits énergétiques demandée, notamment, par l’Union européenne, que cette requête est injustifiée. “L’OMC demande l’abandon des subventions. Or, l’Algérie ne subventionne pas les prix du gaz commercialisé sur le marché local. Les prix à la consommation  appliqués en Algérie reflètent les coûts réels. Ils couvrent largement les frais de production, de transport et incluent même les marges bénéficiaires. Nous avons montré à cette organisation les textes législatifs qui prouvent que les prix du gaz distribué en Algérie ne sont pas subventionnés. Nous n’avons pas reçu de requête sur les carburants. Ces produits ne sont pas également subventionnés”.
En clair, si l’Algérie décidait de suivre l’OMC, les prix du gaz appliqués aux ménages et aux industriels augmenteront très fortement sur le marché local. La réponse de Chakib Khelil suggère que l’Algérie ne compte pas céder sur ce point, d’autant que les prix bas du gaz constituent pour le pays un avantage concurrentiel, à même de contribuer en particulier au développement de la pétrochimie nationale à travers cette incitation à l’investissement de partenaires nationaux et étrangers via, en un mot, une énergie et une matière première cédées à des coûts inférieurs. Elle a déjà cédé sur le capital minimum exigé pour les importateurs spécialisés dans la revente en état, et à en croire les affirmations officielles sur l’interdiction de l’importation de véhicules de moins de trois ans.


L’Algérie semble, autrement dit, exclure l’alignement des prix du gaz sur le marché intérieur sur ceux de l’exportation.


“C’est aux pays européens de diminuer les taxes sur les produits pétroliers, notamment sur les carburants s’ils veulent une baisse des prix. Les taxes sur les carburants en Europe représentent 80% des prix contre 30% aux États-Unis”, a soutenu Chakib Khelil.
En guise de rappel, on entend par double tarification le système de prix appliqués en Algérie : des prix du gaz bas appliqués sur le marché local et des prix du gaz plus importants à l’exportation. À noter que ce sont ces prix bas du gaz, entre autres facteurs importants, qui ont poussé de grandes compagnies comme Total et la japonaise Mitsui à entrer en partenariat avec Sonatrach dans des mégaprojets pétrochimiques. D’autres grandes compagnies et des investisseurs du Golfe manifestent un vif intérêt pour le reste des projets. 
Sur la position de l’OPEP qui sera arrêtée lors de la réunion ministérielle prévue en mars à Vienne, il a écarté toute hausse du plafond de production. “Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’on ne va pas augmenter la production. Je ne peux pas vous dire ce que la réunion de l’OPEP prendra comme décision, mais dans tous les cas de figure, elle va tenir compte de tous les éléments du marché”. Chakib Khelil a souligné que plusieurs facteurs incitent à la prudence.

La chute de la demande pourrait baisser les prix du brut le 2e trimestre 2008


La demande sur le pétrole va baisser le 2e trimestre, suggère t-il. Primo : la probabilité que l’économie américaine entre en récession, l’activité économique ayant baissé dans ce pays gros consommateur de pétrole de 40 à 49%.
Secundo : la hausse des stocks de brut américains, en raison des travaux de maintenance dans les raffineries américaines. Tertio : l’Agence internationale de l’énergie a prévu une baisse de la demande de pétrole de 1,8 million de barils/jour contre une prévision initiale de 1,3 million de barils/jour auparavant.
“L’OPEP étudiera tous ces facteurs avant de prendre sa décision en mars à Vienne”, a conclu le ministre, président actuel de cette organisation. Chakib Khelil a rappelé que les prix du brut pourraient se situer entre 80 et 90 dollars le 2e trimestre.
Ils pourraient baisser ainsi de 10 dollars. Le Brent est coté aujourd’hui à 93 dollars le baril. Il a annoncé du reste, une réunion des ministres des Finances des pays membres de l’OPEP, à la demande du Venezuela, sur la question de la facturation en euros ou en dollars des exportations de pétrole, tout en affichant un point de vue favorable au dollar américain, même si un pays membre de l’OPEP comme l’Iran a déjà choisi l’euro. “Les transactions sur le brut sur les marchés internationaux restent fondamentalement en dollars. Tant que les États-Unis conservent leur puissance politique et économique, le dollar américain restera la monnaie de facturation des ventes de pétrole”, a-t-il argué
.

Source El Moudjahid

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires