Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 23:09

Témoignage d’Elisabeth

Descendante, 39 ans, secrétaire, née à Paris, vit en Allemagne. Deux parents pieds-noirs, d'Alger.
Identité pieds-noirs? Non, fille de Pieds-Noirs, j'ai une autre identité.
Je dirais que mon identité est construite sur une base de souvenirs géographiques, familiaux et his­toriques très riches, en grande partie non palpables. Affinée par des périodes (enfance et adolescence) très calmes. Complétée par le choix de mon départ de France. Un Pied-Noir dans votre famille, et ça vous secoue votre identité...Imaginez mon rôle de mère, rôle qui se veut transmetteur…

undefined

 

Fragment d'affiche. Le bateau : symbole fort de l'exil pied-noir, il laisse son sillage dans les mémoires transgénérationnelles, consciemment, ou pas.
En effet, dans Le Petit Larousse, je lis que l'identité sociale, c'est la conviction d'un individu d'appartenir à un groupe social, reposant sur le sentiment d'une communauté géographique, linguistique, culturelle, et entraînant certains comportements spécifiques. Alors, si on laisse de côté la géographie, je suis un sacré morceau pied-noir! Cette origine a énormé­ment d'importance : le sentiment d'être le « produit » d'une époque heureuse, mais brisée d'un coup.

Oui, mes amis allemands savent mon origine. Cela se perçoit-il ? Oui. Peut-être par mon ouverture aux autres. Bien sûr que mes parents m'en parlent (mes grands-parents sont décédés). Ma tante m'apprend beaucoup de choses. Je cherche de plus en plus à m'informer, grâce à l'Internet!

 L'influence de mon origine ?
Grande, en bien : quelle richesse !
Souffrance?

Il manque la présence sur les lieux (la mienne).
Mes références?
Des comiques: Robert Castel et Lucette Sahuquet. Jean Brua, pour ses parodies.
J'ai quitté la France sans peine, sans mal de pays, pour m'installer en Allemagne, pour des raisons privées, de cœur. Le contact est resté avec ma famille en France.
Sinon, rien ! Mes parents avaient 35-40 ans quand ils sont arrivés en région parisienne en 1962, et ils n'ont jamais eu d'amis français. J'ai finalement fait comme eux.
En Allemagne, je suis très heureuse, et j'ai des amis formidables. Parmi eux, une Française de Bretagne installée en Allemagne depuis 12 ans et une Belge qui n'a fait qu'y passer 3 ans pour partir vivre aux États-Unis. La personne que je pourrais appeler « ma meilleure amie » a 35 ans, et elle a été rapatriée, à 9 ans environ, de Pologne, d'un ancien territoire d'Allemagne. Cela me fait réfléchir...
J'ai un problème avec le mot «communauté». Car qu'est-ce qu'une communauté ? Si je prends les membres de ma famille. Ils ont tous une sensibilité différente par rapport à ce qu'ils ont vécu et ce qu'ils en ont gardé. Mes parents ne se sont jamais lamentés, ils étaient très forts.

Je voulais dire que je trouve le terme « pied-noir » bien mignon, mais il ne colle pas avec mes parents, ils avaient perdu presque toute leur joie de vivre à leur arrivée sur le continent européen. De l'autre côté, le terme « rapatrié » est ridicule parce que faux: ce n'était pas un retour vers la patrie ; le mot « exilé » est meilleur. Il ne me concerne pas personnellement, car j'ai quitté volontairement la région parisienne où je suis née. Peut-être que dans cet acte, j'ai remis les pendules à l'heure pour les parents? Cela me plaît d'y croire.

Le Lycée Bugeaud

undefined

J’ai deux enfants : un garçon de 3 ans, une fille de 9 ans. À elle, j'ai expliqué, avec des mots simples, l’image que j'ai de la vie qu'avaient mes parents à Alger (la famille, les voisins), une vision un peu multicolore, car plusieurs cultures se mélangeaient, s’appréciaient, se respectaient. Puis je lui ai parlé de leurs pertes à leur départ (ils n'avaient ni terre ni argent mais tout le reste qu'il faut pour être heureux), et je crois qu'à son âge, c'est ce qu'on comprend le mieux: perdre ses amis, sa ville, pour partir pour toujours. Elle m'a demandé pourquoi on avait laissé partir les gens puisque, étant nés en Algérie, ils étaient Algériens, donc dans leur pays! Mes enfants sont bilingues (allemand, français), je ne leur parle qu'en français, le français est ma langue émotionnelle pour eux. De temps en temps, il m'é­chappe un mot « pied-noir ».Je ne me corrige pas : les petits parisiens apprennent aussi l'argot !
A suivre……
Nota 
: Ce texte tiré de l’œuvre ci-dessus indiquée est diffusé à des fins de vulgarisation de la culture Pied-Noir.
Que les auteurs en soient remerciés.

Votre serviteur un Pied-Noir d’Hussein-Dey se retrouve dans les propos de ce document.
Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires