Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 23:14
Témoignage Joyaux et Pierre Joux auteurs de BD

Racines arrières...

undefined
undefined

La BD d'Evelyne Joyaux et Pierre Joux, en cinq volumes, de 1832 à 1962, est une grande fresque sur plusieurs générations : des personnages pour permettre aux êtres de chair de lutter contre l'abstraction. C'est l'histoire de Guillaume et de ses descendants: « La famille Dieudonné » en est le titre général. «N'empêche pas la musique » (non impedïas musicam) est un leitmotiv qui donne sens : sagesse et espoir malgré tout... C'est l'héritage spirituel de Guillaume.
La BD est un vecteur de mémoire qui nous parle particulièrement aujourd'hui, émotionnellement et visuellement. Plusieurs regards sur cette mémoire sont présentés avec ces deux ouvrages et l'œuvre de Jacques Ferrandez, à voir plus loin.

BD algérianiste, textes d'Evelyne Joyaux, dessins de Pierre Joux, une fresque en cinq volumes, La Famille Dieudonné, volume 1 «Alger» 1832, EditionCercle algérianiste d’Aix.
A  propos des descendants des Français d'Afrique du Nord.

  « Le besoin d'informer se double, vis-à-vis 1 eux, du désir légitime de transmettre, toujours rendu impérieux par toutes les ?es de l'exil. » (vol, 1)

« Cette bande dessinée ne prétend à rien d’autre qu'à faire douter les lecteurs. » (vol. 4)
« Ainsi, contre l'apparence, l'image participe de la difficile rencontre entre la réalité et l'idée, particulièrement en France où le système de pensée prend généralement le pas sur les faits. » (vol. 5)
« J'ai mis mes images sur tes mots. » 
La deuxième œuvre dessinée est une BD d'auteur (pour le texte). Reprenant le récit d'Anne Sibran, Bleu Figuier, et intitulée Là-bas, terme désignant la terre natale, elle dit le déracinement et les blessures d'un homme, son père. Elle s'adresse ainsi à lui, dont elle a compris la souffrance, et confronte passé et présent, pays rêvé et pays réel. Parlant à ce père pied-noir, elle le raconte: son exil, ses traumatismes. Il devient alors le représentant de tout un peuple coupé de ses racines.
«Tu disais: ''Là-bas c'est tellement beau. C'est impossible à dire. Faut y avoir été." Mais moi je n'étais pas encore née. »
Des mots pour dire l'homme que personne n'a vu, en mêlant le visible et l'invisible, ce qu'il aurait pu être et ce qu'il a été. » 
A suivre……
Nota 
: Ce texte tiré de l’œuvre ci-dessus indiquée est diffusé à des fins de vulgarisation de la culture Pied-Noir.
Que les auteurs en soient remerciés.
Votre serviteur un Pied-Noir d’Hussein-Dey se retrouve dans les propos de ce document.
Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires