Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 23:26

Citations


undefined 
  Vue d'Alger, AFN collections. 

Citations recueillies sur www.pieds-noirs.org, avec l'autorisation des auteurs.

Les citations ont été choisies surtout dans la rubrique souvenirs/histoiresalger3.htm du site pieds-noirs.org... 
«Dans le quartier de Belcourt à Alger... une petite boutique aux merveilles attirait irrésistiblement grands et petits. Il faut dire qu'elle offrait aux regards des passants le spectacle toujours magique des trains électriques miniatures [...]. Nous restions là, sans voir le temps passer, oubliant les devoirs, le nez collé contre la vitrine... [...] Un jour, ma mère m'a appris avec une espèce de douceur paisible que le fils de la boutique aux petits trains avait été tué dans sa rue. Nous fréquentions la même école, pourtant je ne me souviens pas avoir ressenti de chagrin, sans doute parce que la mort est un monde inconcevable lorsqu'on a quatorze ans [...] »
Luc Demarchi 
« Quel beau quartier que celui de la rue Duc des Cars, j'ai fréquenté son école de 1947 à 7952, ce parapet qui surplombait la place du Forum et qui me permettait d'apercevoir la mer. Je pensais alors que cette image ne pourrait plus s'effacer de ma mémoire. Le club de basket-ball que nous avions formé avec les copains se nommait l'AERDC. »

Jean-Paul Wurtz (qui a vécu les terribles événements de mars 1962 à Alger, l'armée de France tirant sur une foule où il se trouvait, et qui en portera par ailleurs témoignage).

À quelqu'un qui, du Canada, demande si le lycée Delacroix existe toujours à Alger (avec sa cour et ses arbres), quelqu'un répond, Algérienne dans un autre ex européen...

« Le lycée Delacroix d'Alger existe toujours….Son nom est le lycée des Frères Barberousse »

Ghania Derouiche
« Et même si j'ai fait une carrière hono­rable de médecin de campagne, je ne suis pas devenu Béarnais, car ici, il me manque mes racines. »
«J'étais à Alger du 28 septembre au 2 oct­obre 2001. J'ai descendu la rue Michelet du musée Stéphane Gsell à la Grande Poste et je me suis arrêté à la librairie d'occa­sion «L'Étoile d'Or». Le vieil employé en blouse grise n'est plus là, et la machine à calculer mécanique et à stylet qui nous impressionnait tous a disparu. Mais le patron avec sa drôle de moumoute est toujours au poste. »
Alexandre Faulx-Briole (qui insiste sur l'idée d'un pays natal qui n'a pas disparu en 1962: le statut a changé, mais le pays existe toujours, vivant).
Sur la page de Bône/Hyppone/Annaba, quelqu'un parle d'un message d'un com­patriote algérien (pas pied-noir, mais com­patriote). Parole sur des villes algériennes, dont la « Ouaran de l'est », Bône/Annaba. L'amour pour les villes relie les rives et les gens plus qu'il n'apparaît.

A suivre…….
Nota 
: Ce texte tiré de l’œuvre ci-dessus indiquée est diffusé à des fins de vulgarisation de la culture Pied-Noir.
Que les auteurs en soient remerciés.
Votre serviteur un Pied-Noir d’Hussein-Dey se retrouve dans les propos de ce document.
Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires