Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 février 2008 7 17 /02 /février /2008 08:18

En participant à la mise en place d’une politique nationale pour la jeunesse     

Le président Bouteflika invite les jeunes
à «prendre en main leur avenir»

Le gouvernement algérien exprime son engagement à mettre à exécution les instructions du président Bouteflika, données lors de la dernière rencontre gouvernement-walis des 21, 22 et 23 octobre à Alger, en ce qui concerne la prise en charge des problèmes des jeunes. Une première conférence nationale sur la politique sectorielle de prise en charge de la jeunesse est organisée depuis hier –pour une durée de trois jours- par le ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels. Une autre est prévue pour les jours à venir par le ministère de la Jeunesse et des Sports. «L’Etat accorde un grand intérêt aux problèmes des jeunes. Nous vous invitons à faire part, en toute franchise, de toutes vos préoccupations et aussi de vos aspirations. Nous vous assurons que nous allons prendre en charge toutes vos doléances», a affirmé le chef du gouvernement, M. Abdelaziz Belkhadem, à l’ouverture des travaux de la conférence d’hier. Le chef du gouvernement était accompagné d’un grand nombre de ministres dont ceux de l’Education, de l’Emploi et de la Solidarité nationale, du Commerce. Une présence qui «dénote de l’intérêt porté par tout le gouvernement à ce dossier sensible», fait remarquer le chef du gouvernement. Pour sa part, le président Bouteflika a exprimé sa confiance dans les capacités des jeunes Algériens et les a appellés à «prendre en main leur avenir», en participant efficacement à la mise en place d’une politique nationale pour la jeunesse. «L’avenir de notre jeunesse est entre les mains des jeunes eux-mêmes qui devront s’impliquer et participer activement à la préparation de cet avenir…Ils représentent une force de propositions qui nous sera indispensable pour orienter notre action. Qu’ils s’expriment donc en toute liberté ! Leurs propositions refléteront leurs préoccupations et leurs aspirations pour ouvrir de véritables perspectives d’avenir», a-t-il déclaré, dans un discours lu par son conseiller M. Ali Boughazi, à l’ouverture des travaux. Le chef de l’Etat profitera de cette occasion pour rappeler aux jeunes la nécessité de s’armer de qualification et de compétence pour relever les défis imposés par la mondialisation : «Il vous appartient également de vous préparer à relever les défis que nous impose la mondialisation, en vous armant de qualification et de compétence qui répondent aux standards internationaux, tant au plan du savoir et du savoir-faire qu’à celui du savoir-être.» Par ailleurs, rappellera le président Bouteflika : «C’est la jeunesse qui a été la plus exposée et qui a payé un lourd tribut durant la période de la décennie noire», mais «elle a pu retrouver espoir en son avenir grâce à la politique de réconciliation nationale».
Un espace est donc offert aux jeunes pour s’exprimer sur leurs problèmes et leurs difficultés, tout en ayant l’assurance d’avoir de l’écoute et de la considération de la part des plus grandes autorités de l’Etat. «Je m’engage à prendre en charge tous les problèmes qui me concernent. Le reste, je vais le soumettre aux secteurs concernés», a affirmé, pour sa part, le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, M. El Hadi Khaldi. Remerciant les représentants du gouvernement pour leur soutien, un stagiaire de Ghardaïa, Khaled Chamkha, a invité, au nom de tous les stagiaires présents à la rencontre, le président Bouteflika à se porter candidat pour un troisième mandat : «Nous demandons au président Bouteflika de compléter notre joie en se présentant pour un troisième mandat.»

Source La Tribune

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires