Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 16:19

Ghardaïa et la vallée du Mzab (Algérie) : Atouts touristiques infinis  

ghardaia-ghardaia-palmeraie-ateuf-img.jpg

 

GHARDAIA : La visite de la cité est pédestre, elle s’effectue à pieds, compte tenu de l’étroitesse des rues montant en escaliers. De la vieille place du marché (Souk), spécialisée dans la vente des produits de l’art traditionnel, on y accède à la grande mosquée datant de plusieurs siècles. Le visiteur pourra se diriger vers l’emplacement de la grotte légendaire refuge de Daya, femme mythique qui aurait donné son nom à la ville (Ghar = grotte en Arabe Daya le nom de la femme ) d’où le nom de la ville ’’Ghardaïa’’.
Le musée, situé au centre de la ville, abrite diverses pièces antiques, plus au Nord le long de l’oued M’Zab, se trouve le cimetière AMI SAID et sa mosquée à semi- souterraine.
La palmeraie de Ghardaïa nous fait découvrir son système traditionnel de partage des eaux pour l’irrigation des parcelles cultivées ainsi que le système de lutte contre les crues et les digues construites sur le lit de l’oued M’Zab. Les belvédères surplombant la vallée du M’Zab offre une vue panoramique imprenable sur l’ensemble de la pentapole.

undefined

BENI IZGUEN : La cité dotée d’un rempart entièrement sauvegardé et classé comme patrimoine mondial, renforcé de tours, s’ouvre par deux grandes voies d’accès. Des guides sont à la disposition des touristes pour la visite de la place du marché et sa vente à la criée , la mosquée et le Bordj ( tour ) CHEIKH BELHADJ dit " Bordj BOULILA "... MELIKA : Cité bâtie sur un piton et proche de GHARDAIA. A partir du cimetière Sidi Aissa abritant son célèbre mausolée, une superbe vue panoramique en direction de la ville de GHARDAIA s’offre au visiteur.
BOUNOURA : Bâtie sur un rocher qui surplombe l’Oued M’ZAB, elle est à longueur noyée par un coucher de soleil exceptionnel visible à partir d’une colline environnante. L’architecture de BOUNOURA recèle quelques spécimens intéressants de la construction locale dont une sorte de maisons remparts aux lignes arrondies.
EL-ATTEUF : Cité appelée " TAJNINT " en berbère et tient son nom arabe de sa situation sur les contours d’un méandre de l’oued M’ZAB. C’est la plus ancienne ville de la pentapole. La place du marché et la mosquée de SIDI BRAHIM dont se serait inspiré l’architecte, le CORBUSIER dans l’édification de la chapelle de RONCHAMPS mérite un détour. L’Oasis de Metlili, qui se trouve à 40 Km au Sud de GHARDAIA , constitue une attraction touristique par ses nombreux tombeaux de saints et par son cimetière tout à fait différente de celle du M’ZAB. L’architecture de la mosquée et des maisons contraste avec les villes mozabites. Le vieux Ksar de METLILI est classé monument historique.

 

Le  commentaire d’un lecteur Jean-Paul Gabano

Bonjour

C'est tout a fait par hasard que je suis tombé sur cet article...J'ai moi même en tant qu'appelé du contingent séjourné au bordj de Ghardaia...Je suis arrivé au tout début de juin 1960 en tant que sous lieutenant et dans un premier temps nommé adjoint au lieutenant Barjeaud qui commandait le commando de chasse. Je dois dire que les conditions de vie étaient particulièrement dures. sorties de jour et de nuit s'enchainaient sans relâche.

Je me souviendrai toujours de cette terrible journée du 18 juin 1960...La veille une voiture de civils avait été mitraillée dans les virages de la route de Berriane au lieu dit l'escargot et toute la compagnie était sur le qui vive. Donc le 18 juin vers 11 heures du matin le lieutenant Xavier de Premare qui patrouillait avec nous dans la palmeraie en fouillant une maison isolée tombe nez a nez avec une bande de fellaghas...panique générale ça tire dans tous les coins, juste le temps de se mettre a l'abri derrière un petit muret pour éviter les balles qui sifflent a nos oreilles...le combat va durer plus d'une heure...l'adjudant chef Zhenardi,un ancien d'Indochine, qui avait connu les camps de déportation en Allemagne (il avait son numéro matricule tatoué sur le bras) va réussir a neutraliser les 2 tireurs postés dans une cave de la maison qui nous flinguaient pour protéger la retraite des autres, a l'aide d'une grenade offensive; les 2 fells sortiront les bras en l'air le sang pissant par les oreilles et seront conduits a l'hôpital de Ghardaia...triste spectacle que la guerre mais tout ceci reste bien vivant dans ma mémoire presque 50 ans âpres les fait.

Au début juillet je quitterai le peloton commando et je prendrai le commandement du peloton "Rouge" avec comme adjoint le maréchal des logis chef Gillium et j'irais m'installer dans la palmeraie El-Ateuf et continuerai les patrouilles de jour comme de nuit

Pour moi le séjour se terminera vers la fin aout en raison d'une forte jaunisse et je me retrouverai à l'hôpital Maillot d'Alger avant d'être rapatrié en France vers l'hôpital Villemin a la fin du mois de septembre

En conclusion je ne peux pas garder un souvenir idyllique de cette période. Parmi les officiers que je n'ai pas encore cités et qui ont partagé avec moi cette période de vie je citerai: le sous lieutenant Tuffery qui commandait le peloton des 2 AMM8 assigné a la base, c'était un officier d'active. Je m'étais fait un ami: l'aspirant Deleau qui était attaché a l'hôpital de Ghardaïa comme pharmacien militaire et qui comme moi était un appelé, je serais très heureux de pouvoir le retrouver.

Enfin je dispose d'une petite collection de diapos que j'ai récemment numérisées de bonne qualité de cette époque du bordj et que je pourrais envoyer a Mr Serge Molinés qui semble être intéressé par ces lieux.

J'espère que mes commentaires en appelleront d'autres aussi bien d'un coté comme de l'autre, de ceux qui ont été mêlés a cette terrible tragédie de la guerre d'Algérie

Vous pouvez accéder à ces photos en  cliquant ici

La suite..... 

ZELFANA : Oasis de verdure située à L’Est de GHARDAIA et de METLILI en bordure de l’Oued M’ZAB se caractérise par l’existence d’une source thermale renommée dans la région.
La ville d’El Meneaa (ex El Goléa), importante Oasis située à plus de 270 Km de la vallée du M’Zab sur la route nationale N°Une reliant Alger a l’extrême sud du pays via Tamanrasset. Elle est fréquentée aussi bien par les touristes individuels que par les touristes en circuits organisés.
Elle est considérée par les touristes, comme une étape très importante vers le grand Sud. Les ruines du vieux Ksar sont classés monument historique.
A travers les dunes de sable, dans les environs du lac salé et pour la visite du village " Nebka " des promenades à cheval et à dos de chameaux peuvent être proposés aux touristes.
Dans les programmes de circuits touristiques sont prévus :

La visite de la ville dont le vieux Ksar berbère ;
La visite du tombeau du père de Foucault et l’église catholique ;
La visite du lac salé avec des promenades dans les dunes de sable ;
La visite du village " Nebka ".
Les autres formes de tourisme, qui offre plusieurs type des circuits touristique, dont le tourisme nomade qui serait l’occasion d’entrer en contact avec des populations au rythme de vie assez particulier.
Il permet en outre de suivre la plénitude du dénuement qui, dit - on aurait modulé le caractère calme et généreux de l’homme type du Sahara. Cette forme de tourisme implique des randonnées à dos de chameaux et des nuits dans les tentes nomades.
 
Source El Watan

Le Pèlerin

Jean-Paul Gabano

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Le Sud Algérien
commenter cet article

commentaires

Michel 30/11/2010 17:40



Nostalgie quand tu nous tiens


Ce qui restait de l'hotel " TRANSAT" déja désafectée dans les années 65-70



Le Pèlerin 01/12/2010 18:43



Salut Michel,


Quand je pense que je me suis loupé Ghardaïa parce que l'avion  ( Air Algérie au
départ d'Alger) n'en finissait pas de ne pas arriver....Je pense que je me suis loupé une perle....l'hôtel dont je discerne difficilement les contours, mis à part peut être..


Je te salue et  je salue un revenant


Bonne soirée


Henri


 


 



MOLINES Serge 22/04/2010 14:09


Bonjour jean Paul..Trés heureux grace à toi d'avoir fait un bon en arrière pour me situer dans la ville de Ghardaia que nous avons connue à la même époque ..Ton récit sur les évènements de 1960 est
touchant et rappelle malheureusement les atrocités de cette guerre d'algérie qu'elles viennent d'un côté comme de l'autre .J'ai essayé de voir les photos que tu as mis sur le site d'Henri mais je
me suis retrouvé sur une page Free..Bien à toi


Le Pèlerin 22/04/2010 23:26



Salut Serge, Salut Jean-Paul,


Vous avez en commun les souvenirs du Sud algérien...à des moments qui furent difficiles
pour tous et pour vous en particulier


Je suis très heureux de vous avoir permis d’approfondir vos relations par mon
intermédiaire


La fraternité, les souvenirs ne sont pas des vains mots…..à une époque où l’on parle avant
tout d’égo, de fric et de son nombril …devenu le  centre du monde…


Je vous souhaite le meilleur à tous deux


Cordialement,


Le Pèlerin


 



Jean-Paul Gabano 16/04/2010 19:09



Bonsoir Le Pelerin


Cette fois j'ai refait un dossier definitif de 11 photos qui remplace le precedent.Je vous le transmet au travers de free.


http://dl.free.fr/rHMdtjpCV


Je vais donc annuler l'ancien


J'espére que vous en serait satisfait.Par ailleurs j'aimerais bien rentrer en contact avec Serge Molinés qui aurait du se trouver a la CSPM (Compagnie Saharienne Portée de Metlili) en meme temps
que moi durant cet été 1960 au Bordj de Ghardaia.


Cordialement


Jean-Paul



Le Pèlerin 16/04/2010 22:09






Bonsoir Jean Paul


Je pense avoir fait le nécessaire


Amicalement,


henrithoa@free.fr


 



Jean-Paul Gabano 16/04/2010 11:43



Bonjour le Pelerin


Merci pour votre reponse,en fait comme je n'ai pas de site mes photos sont hebergées sur free par le lien que je vous ai fourni et elles ne resteront que 30 jours accessibles...J'ai verifié que
l'on pouvait y avoir acces a partir de votre blog en activant la commande "Vous pouvez accéder a ces photos en cliquant ici" mais c'est temporaire.Attention mon nom est Gabano et non Gaban.


Je vais completer les photos que je vous ai deja envoyées par une nouvelle serie prises il y a 50 ans avec ma retinette Kodak dans Ghardaia ,du bordj, une vue de Melika...ect


Cordialement


Jean-Paul



Le Pèlerin 16/04/2010 22:21



Bonsoir Jean Paul


J'ai corrigé le tout


Apres 30 jours nous aviserons


Mais si vous avez des difficultés et si vous avez des choses à dire et à montrer , pourquoi
n'ouvririez vous pas un blog gratuit


C'est hyper simple


Le seul hic c'est la visibilité sur Google quasi inexistante


Mais si dans ce cas vous insérez un lien sur un blog qui a une bonne carte de visite ( le
mien par exemple )...Je suis 62ème sur 1 815 000 blogs...ce n'est pas mal non....


Cela prend 5 mn max


Je vous aiderai si vous le désirez


Cordialement,


Le Pèlerin


 



Jean-Paul Gabano 15/04/2010 14:39



En fait je n'ai pas de site mais si vous m'envoyez une adresse mail je vous enverrai a cette adresse un lien qui vous permettra de telecharger ces photos,j'aimerais bien avoir vos impressions sur
leur qualité.Je pourrais meme plus simplement sans passer par un lien vous envoyer un dossier zippé.


Tenez moi au courant


Cordialement


Jean-Paul



Le Pèlerin 16/04/2010 00:14



Bonsoir Jean Paul


Ça n'a pas d'importance mais j'ai bien chargé une URL que j'ai chargée dans mon
blog...????


Je regrette de ne pas pouvoir le faire ce soir...J'ai eu de la famille ce soir...Mais je le
ferai sans faute sous 48 h max


Cordialement,


Le Pèlerin


 



Jean-Paul Gabano 15/04/2010 11:43



Tout a fait d'accord pour incorporer ces informations dans votre blog.Pour les photos en voici quelques unes que vous trouverez a partir du lien suivant:


http://dl.free.fr/dtjU7NDGm


J'espere qu'elles vous conviendront elles vont avoir bientot 50 ans! Si vous les trouvez utilisables je vous en enverrai quelques autres notamment celles prises sur le lieu de l'embuscade du 18
juin1960 dans la palmeraie au lieu dit Merméde.


Cordialement


Jean-Paul



Le Pèlerin 15/04/2010 12:02



Merci jean Paul,


Je suis allé le visiter votre site….Je n’ai pas pu extraire les photos, mais qu’à cela
ne tienne…


Je fais apparaitre votre commentaire en incluant un lien hypertexte qui donneront
accès à votre URL…Cela permettra aux lecteurs d’accéder à vos photos


Si vous en avez d’autres elles seront les bienvenues


S'il y a quelque chose qui cloche, faites moi signe, je le corrigerai


Le tout sera diffusé demain


Je vous en remercie


Le Pèlerin


 


 



Jean-Paul Gabano 14/04/2010 18:21



Bonjour


C'est tout a fait par hasard que je suis tombé sur cet article...J'ai moi meme en tant qu'appelé du contingent sejourné au bordj de Ghardaia...Je suis arrivé au tout debut de juin 1960 en tant
que sous lieutenant et dans un premier temps nommé adjoint au lieutenant Barjeaud qui commandait le commando de chasse.Je dois dire que les conditions de vie étaient particulierement
dures,sorties de jour et de nuit s'enchainaient sans relache.


Je me souviendrai toujours de cette terrible journée du 18 juin 1960...La veille une voiture de civils avait été mitraillée dans les virages de la route de Berriane au lieu dit l'escargot et
toute la compagnie etait sur le qui vive.Donc le 18 juin vers 11 heures du matin le lieutenant de Premart qui patrouillait avec nous dans la palmeraie en fouillant une maison isolée tombe nez a
nez avec une bande de fellaghas...panique generale ça tire dans tous les coins,juste le temps de se mettre a l'abri derriere un petit muret pour eviter les balles qui sifflent a nos oreilles...le
combat va durer plus d'une heure...l'adjudant chef Zhenardi,un ancien d'indochine,qui avait connu les camps de deportation en allemagne(il avait son numero matricule tatoué sur le bras) va
reussir a neutraliser les 2 tireurs postés dans une cave de la maison qui nous flinguaient pour proteger la retraite des autres, a l'aide d'une grenade offensive; les 2 fells sortiront les bras
en l'air le sang pissant par les oreilles et seront conduits a l'hopital de Ghardaia...triste spectacle que la guerre mais tout ceci reste bien vivant dans ma memoire presque 50 ans apres les
fait.


Au debut juillet je quitterai le peloton commando et je prendrai le commandement du peloton "Rouge" avec comme adjoint le marechal des logis chef Gillium et j'irais m'installer dans la palmeraie
El-Ateuf et continuerai les patrouilles de jour comme de nuit


Pour moi le sejour se terminera vers la fin aout en raison d'une forte jaunisse et je me retrouverai a l'hopital Maillot d'Alger avant d'etre rapatrié en France vers l'hopital villemin a la fin
du mois de septembre


En conclusion je ne peux pas garder un souvenir idyllique de cette periode.Parmi les officiers que je n'ai pas encore cité et qui ont partagé avec moi cette periode de vie je citerai: le sous
lieutenant Tuffery qui commandait le peloton des 2 AMM8 assignée a la base,c'etait un officier d'active.Je m'etais fait un ami: l'aspirant Deleau qui etait attaché a l'hopital de Ghardaia comme
pharmacien militaite et qui comme moi etait un appelé,je serais tres heureux de pouvoir le retrouver.


Enfin je dispose d'une petite collection de diapos que j'ai recemment numerisées de bonne qualité de cette epoque du bordj et que je pourrais envoyer a Mr Molinés qui semble etre interessé par
ces lieux.


J'espere que mes commentaires en appelleront d'autres aussi bien d'un coté comme de l'autre,de ceux qui ont été melé a cette terrible tragedie de la guerre d'Algerie


Jean-Paul Gabano



Le Pèlerin 14/04/2010 21:58



Bonjour
Jean-Paul,


Je
vous remercie pour votre témoignage….Si vous le désirez je l’incorpore dans le corps du blog pour accroitre sa visibilité


J’aurais
été intéressé de récupérer ces photos pour les intégrer dans ce blog et leur donner la visibilité qu’ils méritent


A
vous de le voir …et au plaisir de vous relire


Cordialement


Le
Pèlerin


Texte
repris pour corrections mineures


Bonjour


C'est
tout a fait par hasard que je suis tombé sur cet article...J'ai moi même en tant qu'appelé du contingent séjourné au bordj de Ghardaia...Je suis arrivé au tout début de juin 1960 en tant que sous
lieutenant et dans un premier temps nommé adjoint au lieutenant Barjeaud qui commandait le commando de chasse. Je dois dire que les conditions de vie étaient particulièrement dures. sorties de
jour et de nuit s'enchainaient sans relâche.


Je me
souviendrai toujours de cette terrible journée du 18 juin 1960...La veille une voiture de civils avait été mitraillée dans les virages de la route de Berriane au lieu dit l'escargot et toute la
compagnie était sur le qui vive. Donc le 18 juin vers 11 heures du matin le lieutenant de Premart qui patrouillait avec nous dans la palmeraie en fouillant une maison isolée tombe nez a nez avec
une bande de fellaghas...panique générale ça tire dans tous les coins, juste le temps de se mettre a l'abri derrière un petit muret pour éviter les balles qui sifflent a nos oreilles...le combat
va durer plus d'une heure...l'adjudant chef Zhenardi,un ancien d'Indochine, qui avait connu les camps de déportation en Allemagne (il avait son numéro matricule tatoué sur le bras) va réussir a
neutraliser les 2 tireurs postés dans une cave de la maison qui nous flinguaient pour protéger la retraite des autres, a l'aide d'une grenade offensive; les 2 fells sortiront les bras en l'air le
sang pissant par les oreilles et seront conduits a l'hôpital de Ghardaia...triste spectacle que la guerre mais tout ceci reste bien vivant dans ma mémoire presque 50 ans âpres les
fait.


Au
début juillet je quitterai le peloton commando et je prendrai le commandement du peloton "Rouge" avec comme adjoint le maréchal des logis chef Gillium et j'irais m'installer dans la palmeraie
El-Ateuf et continuerai les patrouilles de jour comme de nuit


Pour
moi le séjour se terminera vers la fin aout en raison d'une forte jaunisse et je me retrouverai à l'hôpital Maillot d'Alger avant d'être rapatrié en France vers l'hôpital Villemin a la fin du
mois de septembre


En
conclusion je ne peux pas garder un souvenir idyllique de cette période. Parmi les officiers que je n'ai pas encore cité et qui ont partagé avec moi cette période de vie je citerai: le sous
lieutenant Tuffery qui commandait le peloton des 2 AMM8 assigné a la base, c'était un officier d'active. Je m'étais fait un ami: l'aspirant Deleau qui était attaché a l'hôpital de Ghardaïa comme
pharmacien militaire et qui comme moi était un appelé, je serais très heureux de pouvoir le retrouver.


Enfin
je dispose d'une petite collection de diapos que j'ai récemment numérisées de bonne qualité de cette époque du bordj et que je pourrais envoyer a Mr Molinés qui semble être intéressé par ces
lieux.


J'espère
que mes commentaires en appelleront d'autres aussi bien d'un coté comme de l'autre, de ceux qui ont été mêlés a cette terrible tragédie de la guerre d'Algérie


Jean-Paul
Gabano



serge molinès 15/11/2009 18:12


Monsieur Driss
J'ia bien lu votre message mais je vous avoue ne pas me souvenir de ce tribunal dont vous faites allusion.En Mai 1960 je venais juste d'arriver à Ghardaia comme appelé du contingent et je n'étais
au courant de rien, ni même pendant les deux ans ou je suis resté à ghardaia.Nous étions cantonnés dans le Bordj situé sur la coline au dessus de la ville. Ce bordj existe t-il toujours ? , je
regrette de ne pas avoir fait de photo afin d'avoir aujourd'hui un souvenir de ce lieu etde mon passage dans cette ville merveilleuse où les étoiles la nuit semblaient à portée de mains
..Croyez que si je savais quelque chose à propos de ce monsieur je vous le dirais mais je ne sais rien.Je comprends le  désespoir de
 votre cousine dautant que moi aussi j'ai été frappé par le malheur , en mai 1962 mon frère a été enlevé à Alger et on ne l'a jamais retrouvé..Je suis vraiment désoléde vous n'être d'aucune
utilité.Je garde de Ghardaia un excellent souvenir . Bien sûr j'aimerais bien retourné à ghardaia car vous savez que l'algérie reste pour toujours mon pays mais à 70 ans , les
déplacements deviennent problématiques , c'est si loin d'ici...recevez mes amitiés
serge   


Le Pèlerin 16/11/2009 08:04


Bonjour Driss, bonjour Serge,
Le contact est établi, il est bon que vous puissiez dialoguer ensemble
Si vous avez besoin d'une aide suplémentaire, je reste à votre disposition
Merci pour l'intérêt que vous portez à mes blogs
Cordialement,
Le Pèlerin


Driss 15/11/2009 12:45


Cher Monsieur Molinès,
   Je ne pensais pas que mon nom puisse évoquer pour vous quoique ce soit,étant donné que j'étais un gamin à l'époque.
   Je vous demande seulement,si pendant cette époque douloureuse vous avez entendu parler d'un certain Slimane Belmokhtar ,arr^té et jugé par le T.P.F.A Alger Nord siégeant à Ghardaia en
Mai 1960.On dit que c'était pratiquement l'inauguration du Tribunal de Ghardaia.
    Il s'agit ici d'un travail de mémoire que je fais pour le compte de son unique fille(une cousine).
      le réseau qu'il dirigeait comptait six personnes,toutes condamnées à mort.
   Je sais que parfois l'évocation de tels événements est douloureuse.
    Mais croyez moi,vous nous permettrez de terminer son deuil.
    En vous demandant de bien vouloir m'excuser pour toute indisposition.
 Et croyez moi,si unjour vous penserez venir à Ghardaia vous serez mon invité.
                                                                    
Driss
P.S:Je me mets bénévolement à votre disposition pour toute recherche de personne que vous auriez connue à Ghardaia.


Le Pèlerin 16/11/2009 08:04


Le contact est établi, il est bon que vous puissiez dialoguer ensemble
Si vous avez besoin d'une aide suplémentaire, je reste à votre disposition
Merci pour l'intérêt que vous portez à mes blogs
Cordialement,
Le Pèlerin


serge Molines 15/11/2009 11:36


Bonjour Driss
Je suis serge Molinès et je réponds à ta demande.Ton nom ne me dit rien mais on se connait peut -être , tu sais mon séjour à Ghardaia dont je garde un souvenir magnifique date des années 1960 à
1962, ça commence à compter mais si tu dis me connaître c'est possible mais il te faut me rafraîchir la mémoire .Alors à toi de me dire de quoi il s'agit.à bientôt de te lire Driss.Avec mes
amitiés
 


Le Pèlerin 16/11/2009 08:04


Le contact est établi, il est bon que vous puissiez dialoguer ensemble
Si vous avez besoin d'une aide suplémentaire, je reste à votre disposition
Merci pour l'intérêt que vous portez à mes blogs
Cordialement,
Le Pèlerin


Driss 13/11/2009 15:39


J'aimerais entrer en contact avec Mr Molines pour évoquer des faits ayant eu lieu à Ghardaia durant son séjour.


Le Pèlerin 13/11/2009 21:11



Bonsoir Driss,
Je lui ai adressé un message lui faisant pât de votre requête
Dès que j'ai une réponse de sa part, je vous écrirai une issue 2 de cette réponse pour vous faire part de sa réponse
Cordialement;
Le Pèlerin



MOLINES 29/04/2008 15:50

J'ai lu avec beaucoup d'intêret le long article sur GHARDAIA et le Mzab que j'ai bien connus.J'y suis resté de Mars 1960 à janvier 1962 durant mon service militaire.C'est effectivement une région magnifique avec de splendides palmeraies.La nuit quand nous montions la garde sur les terrasses ,j'avais toujours l'impression de pouvoir attraper les étoiles tant elles étaient nombreuses, brillantes, à portée de mains..et je ne vous parle des étoiles filantes qui illiminaient le ciel .C'était à la fois  magnifique et féérique , j'aimais laisser couler ce sable d'or brûlant entre mes mains et recommmencer maintes et maintes l'opération.Quelle inaltérable beauté.J'avais 20 ans..c'est à la fois prés et loin..je me souviendrais toujours de tous ces paysages algériens qui ont bercé ma jeunesse, encore merci mon doux pays de m'avoir offert toutes ces richesses que je garde jalousement dans mon coeur..   

Le Pèlerin 30/04/2008 17:33


oui vous avez de la chance
J'ai failli m'y rendre recemment mais Air Algérie avait tellement de retard que nous y avons renoncé pour revenir sur Cherchell
Tioutefois les billets sont valables un an et j'y retournerai

mais l'an prochain en fevrier ce sera Djanet

Ghardaïa ce sera pour une autre fois mais vous me mettez en appétit

Merci de l'interêt que vous portez à mon blog

Le Pèlerin