Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 10:39
Les défenseurs du parc d'El-Kala reviennent à la charge

undefined

L'heure est plus que jamais à la mobilisation pour les défenseurs du parc national d'El-Kala où les engins de travaux publics sont, depuis un mois, à l'œuvre, et en dépit des promesses faites par le gouvernement, que le tracé de l'autoroute Est-Ouest allait être modifié. Le Comité pour la sauvegarde du parc national d'El-Kala (CSPNK) conforté par une pétition de plus de 12.000 signataires, estime, dans un nouveau communiqué daté du 15 février, que la réalisation, dans la partie centrale du parc, d'un tronçon de 20 km pour les besoins de l'autoroute Est-Ouest annonce, tout simplement, «un génocide écologique» pour plus de 2.000 espèces végétales et animales, dont certaines sont uniques dans toute la région méditerranéenne.

En décidant de créer un parc national à El-Kala, en 1983, l'Etat algérien a pris l'engagement d'y laisser l'avantage à la nature et à son épanouissement au titre de part d'héritage aux générations futures. C'est le statut de l'aire protégée. L'article 4 du décret présidentiel n°83-458 du 23/07/83 est, on ne peut plus clair: il interdit formellement le passage d'une route importante. «A l'avenir, ce décret présidentiel ne pourra plus être mis en avant pour sauvegarder ce qui peut l'être encore. C'est la voie ouverte à toutes les dérives», estime le CSPNK. Par cette violation de la loi et des engagements internationaux l'Algérie risque de tout compromettre en portant un coup fatal à la seule protection juridique du parc: son statut. Certes, au fil des ans, le parc national d'El-Kala a eu à subir des dégradations dont certaines sont extrêmement graves et probablement irréversibles, mais elles ne causeront pas, mêmes toutes réunies, autant de tort que le tronçon. «Nous citoyennes, citoyens, associations, scientifiques, étudiants, Algériens, nous nous élevons contre le massacre de ce fleuron de la nature de notre pays et celui de la biodiversité en Méditerranée», écrit le comité dans le communiqué rendu public, en ce début de semaine.

«Dans la pétition (www. sauvonsleparc.org) que nous adressons au président de la République, garant de l'application de la loi, nous demandons l'arrêt immédiat des travaux et la recherche d'un autre itinéraire comme promis par le ministre des Travaux publics, le 04 juillet 2007, lors de sa rencontre avec le collectif de scientifiques et des défenseurs de l'environnement», poursuit le CSPNK. Et d'ajouter: «nous ne sommes pas contre l'autoroute comme on cherche à le faire croire. Nous voulons, à la fois, l'autoroute et l'intégrité du parc. C'est possible. Il suffit de choisir parmi les tracés proposés, celui qui préserve le parc national en respectant la loi». Le comité pour la sauvegarde du parc national d'El-Kala estime, dans ce sens, qu'«une telle décision rehaussera le prestige du pays qui aura su allier la préservation d'une aire protégée et l'autoroute comme vecteur de développement». Le parc national d'El-Kala (PNEK) est, pour rappel, une aire protégée de 80.000 ha qui représente un des plus importants centres de biodiversité en Méditerranée. Il rassemble sur une superficie relativement peu étendue plusieurs écosystèmes typiques de cette région de la planète.

C'est le domaine du cerf de Barbarie, du lynx caracal, de l'hyène rayée, du renard roux ou doré, de la mangouste, de la genette, du chat sauvage, du porc-épic, du hérisson, de la loutre...

Autour des lacs et des cours d'eau qui les alimentent, dans les marécages et les sols détrempés, le chêne s'efface pour laisser la place à l'aulnaie, la forêt humide de nos contrées.

Le patrimoine du parc est impressionnant: 1.264 espèces végétales, le tiers de la flore d'Afrique du Nord, 878 espèces animales parmi lesquelles 37 mammifères dont 2 chiroptères et l'hypothétique phoque moine, en plus de 21 rapaces nicheurs dont l'aigle pêcheur et le faucon d'Eléonore, 70 espèces d'oiseaux d'eau dont le fuligule nyroca ou l'érismature à tête blanche, 9 oiseaux marins, une centaine de passereaux, des centaines de fleurs, d'orchidées, le nénuphar blanc, etc.

Tous ont besoin de ces habitats dans leur intégralité pour survivre et se reproduire naturellement.

Source: Le Quotidien d’Oran

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires