Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 février 2008 2 19 /02 /février /2008 00:00

Société. Les pédophiles du net

Les affaires de téléchargement d'images pédophiles se multiplient.

undefined

Un ingénieur de 33 ans, un photographe de 49 ans, un intervenant en milieu scolaire de 26 ans… Trois habitants de la Haute-Garonne. Des personnalités différentes qui partagent au moins un point commun : leurs ordinateurs contenaient des milliers de fichiers pédo-pornographiques. Des jeunes enfants, parfois même des bébés, dans des positions explicites quand ils n'ont pas un sexe d'adulte dans les mains ou la bouche… Insupportable pour la majorité, excitant pour quelques autres recherchés de manières serrées par les services de la police et de la gendarmerie.

Depuis deux ans, la cyber-pédophilie a envahi le décor judiciaire toulousain. En comparution immédiate, les affaires défilent et les peines tombent. Parfois comme mercredi, le parquet décide d'ouvrir une information judiciaire pour tenter d'identifier les personnes qui se trouvaient en relation avec un homme de 33 ans. Un ingénieur, à l'homosexualité mal assumée selon un expert psychiatre, et chez qui la police judiciaire a découvert entre 80 000 et 100 000 fichiers pédo-pornographiques. Dans l'entreprise où il travaillait « à la satisfaction générale », son patron n'en revient toujours pas. Le nom de ce nouveau suspect est arrivé jusque sur les bureaux de la police toulousaine après un signalement des autorités allemandes. À l'automne, la gendarmerie a lancé l'opération « Arc-en-ciel » après un signalement des autorités italiennes. Huit suspects avaient été arrêtés en Haute-Garonne.

« Internet facilite les transmissions des donnés, même les plus abjectes. Aujourd'hui, nous avons les techniques, et les capacités, pour suivre les téléchargements. C'est pour cela que les arrestations se multiplient », indique un enquêteur. Ce n'est pas encore la science-fiction mais cela y ressemble. La gendarmerie ne cache plus qu'elle dispose de spécialistes qui vont « au contact ». Ces cyber-patrouilleurs « échangent » avec des internautes branchés X. « Pas de provocation, la loi française l'interdit… Mais si on nous propose des photos ou des vidéos, alors… » confie un officier d'unité de recherche. Sans parler des logiciels qui veillent automatiquement lors d'échanges à distance sur les sites « sensibles ». Quant aux mémoires des ordinateurs, les policiers ou gendarmes spécialisés le font « parler » aussi vite qu'une empreinte ou un profil génétique. La traque est donc loin d'être terminée. D'ailleurs, plusieurs dossiers sont en instance de traitement à Toulouse…

 

Pour ces pervers, « le crime virtuel n'existe pas »

La psychanalyste et historienne, Élisabeth Roudinesco, était à Toulouse samedi, à l'invitation de la librairie Ombres Blanches, pour présenter son livre « La Part obscure de nous-mêmes - Une histoire des pervers » (Albin Michel) au cours d'une conférence débat.

De quoi traite votre livre ?

Il s'agit d'un un essai historique sur les pervers. Ils sont une part de nous-mêmes, car ils exhibent ce que nous en cessons de dissimuler : « la part obscure de nous-mêmes ». Le pervers est celui qui jouit du mal et de la destruction de soi ou de l'autre.

Justement, que dire aujourd'hui des pédophiles ?

Aujourd'hui, dans notre société, la pédophilie est devenue la figure dominante du pervers sexuel, à la place de ce qu'a pu être pendant des siècles l'homosexuel.

Les internautes qui se nourrissent d'images ou de films pédophiles sont-ils des pervers dangereux, des pédophiles en puissance ?

La définition de la pédophilie c'est la consommation d'actes sexuels commis par des adultes avec des enfants en bas âge ou prépubères. Par définition, l'enfant n'est pas consentant. On le traite comme un objet. Ce qu'il faut combattre, ce n'est pas tant les gens qui regardent ces films sur Internet, ce sont ceux qui font passer ces images sur Internet. Il n'y a qu'à se battre et condamner ceux qui diffusent.

Mais ce voyeurisme n'est-il pas la porte ouverte au passage à l'acte ?

Combattons la diffusion des sites pédophiles. La justice doit juger sur des actes, ce n'est pas la même chose de regarder et de passer à l'acte. Ceux qui regardent ces sites sont des pervers sexuels mais pas forcement des criminels. Le délit virtuel, le crime virtuel n'existe pas. Le voyeurisme est considéré comme une perversion sexuelle qui n'est pas condamnée par la loi, car il faut des actes, même s'il s'agit d'un voyeurisme compulsif.

Selon vous, y a-t-il un profil social du voyeur pédophile ?

Je ne me prononcerai pas là-dessus. C'est un sujet trop brûlant.

 

Source: La Dépêche du Midi

Le  Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires