Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 00:00

Semaine tunisienne en Algérie

Les saveurs du Maghreb

saveursmaghreb.jpg

Toutes les grandes destinations font la promotion de l’art culinaire, particulièrement dans le bassin méditerranéen. La Semaine tunisienne en Algérie a planté son décor à l’hôtel El Riadh de Sidi Fredj, depuis samedi dernier et se poursuivra jusqu’au 21 février.

Au programme, figurent un dîner spectacle, une troupe musicale avec des chanteurs tunisiens, un défilé de mode d’habits traditionnels qui a des similitudes avec l’habit traditionnel algérien et une exposition de l’artisanat. Lors de l’inauguration, des étoiles montantes se sont exprimées. Le chanteur Mohsen Chérif a régalé le public par un ensemble de chansons tunisiennes tirées du patrimoine. Une voix de l’authenticité qui suscite l’émotion. Une danseuse du ventre accroche le regard. Quand ses mouvements s’emballent, son corps semble livré à ses pulsions. Le bonheur est dans ses gestes. La gastronomie tunisienne est le résultat d’une combinaison ingénieuse qui fait largement appel à l’huile d’olive et aux épices. Elle influence le tourisme et favorise son développement. D’ailleurs, on ne peut concevoir de tourisme sans restauration. Le touriste cherche une autre façon d’être et de manger. Toutes les grandes destinations font la promotion de l’art culinaire, particulièrement dans le bassin méditerranéen. En co-organisant cette Semaine, Smail Salhi, directeur de l’hôtel El Riadh, un vieux routier du tourisme, veut faire revivre les traditions qui ont contribué à la gloire du tourisme algérien dans les années 1970. C’est aussi une manière de sortir de la gestion hôtelière qui privilégie seulement la nuitée sans la moindre animation. Aujourd’hui, le touriste a besoin de mieux connaître l’environnement qui l’accueille, et c’est l’une des façons de donner une âme à la destination Algérie. Hédi Ahmed Métahni, directeur général Abou Nawas Tunis, connaît bien l’Algérie depuis le temps d’Altour (Algérie Tourisme). « Je venais de commencer mes études universitaires. Je voulais faire un troisième cycle à El Aurassi où j’étais venu en stage (les années 1980) », confit-il avec une pointe d’émotion. Il ajoute : « Nous sommes venus pour faire connaître une nouvelle marque la Laico hôtels et consorts. Il faut savoir que l’hôtel Abou Nawas Tunis a été acheté par Laico qui a créé une société de gestion avec un des pionniers du tourisme tunisien. Elle gère 5 hôtels répartis en Afrique : Abou Nawas Tunis, Bamako, Brazzaville, Libreville et Ouganda. Laico possède plus de 20 unités à travers toute l‘Afrique et peut-être un jour en Algérie. Nous sommes à notre troisième édition et à fin avril, nous organiserons une semaine algérienne en Tunisie en collaboration avec l’hôtel El Riadh. » Il faut savoir que l’Algérien représente la troisième nationalité en nombre de touristes en Tunisie. La clientèle affaires fréquente plus Abou Nawas Tunis, avec quelques familles en juillet/août. La Tunisie veut dépasser le nombre de 1 million de vacanciers algériens. Hédi Ahmed Métahni est optimiste : « Le futur est un tourisme nord-africain, puisque l’Europe impose un visa aux ressortissants algériens et tunisiens et il n’est accordé qu’avec beaucoup de difficultés. Il y a plus de voyageurs par voitures que par avion. La route va faciliter les choses. » Il conseille aux Algériens de faire leurs réservations très tôt et de passer par une agence de voyages qui achète un nombre de lits pour toute l’année. Cela leur permettra « d’éviter les mauvaises surprises. Les hôtels ont des engagements et en haute saison, il n’est pas facile de trouver une chambre à 3 ou 4 jours de l’arrivée ». En effet, les agences sont tenues de mettre en place un dispositif d’accueil. Il y a un représentant qui s’occupera de leur bien-être tout au long du séjour. Les vacanciers sont au moins assurés dans ce cas de trouver une chambre qu’ils auront au préalable achetée sur brochure.

Source : El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires