Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 février 2008 3 20 /02 /février /2008 08:36

Marché pétrolier - Les prix frôlent les 100 dollars

undefined

Le baril de pétrole qui avait reculé aux environs des 85 dollars, il y a quelques jours, semble reprendre pour aller vers la barre des 100 dollars.

Alors que les perspectives d’une baisse de la demande mondiale de pétrole ont été revues à la baisse aussi bien par l’Agence internationale de l’énergie que par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, les prix du brut ont repris leur ascension vers les 100 dollars le baril après avoir connu un recul à moins de 90 dollars ces dernières semaines. Le marché semble ignorer les données de la baisse de la demande rendues publiques la semaine passée sur fond de recul de la croissance économique dans le monde. Hier, le baril de brut à New York a ouvert à 98,36 dollars. Tandis qu’à Londres le brent était coté à 96,90 dollars le baril. Le baril de pétrole qui avait reculé aux environs de 85 dollars, il y a quelques jours, semble reprendre pour aller vers la barre des 100 dollars. Théoriquement, les données actuelles devraient faire reculer le prix du pétrole avec la perspective d’une récession de l’économie américaine et des effets sur d’autres parties du monde comme l’Europe ou l’Asie. De plus, l’approche de la fin de l’hiver entraînera un recul de la demande en pétrole évaluée entre 1,5 et 2 millions de barils par jour. Mais il semble que le marché pétrolier s’est déconnecté des fondamentaux que sont l’offre, la demande et les stocks. D’autres facteurs dirigent actuellement le marché. Le conflit entre le Venezuela et le géant pétrolier américain ExxonMobil et les menaces du président Hugo Chavez d’interrompre ses ventes de pétrole ont introduit un facteur d’incertitude non négligeable même si la menace n’a pas été prise au sérieux. La déclaration de « force majeure » par la compagnie Shell sur un gisement de pétrole après un sabotage sur un terminal pétrolier dans le delta du Niger au Nigeria a accentué la pression sur le marché. De plus, la force majeure est courante jusqu’à la fin du mois de mars. Les déclarations optimistes faites par le président de la Réserve fédérale qui aurait exclu une récession mais pas un recul de la croissance ont, semble-t-il, eu un effet sur le marché. La Réserve fédérale a déjà indiqué que les prévisions actualisées de croissance qu’elle doit rendre publiques seront plus faibles que celles du mois d’octobre dernier. Au mois d’octobre 2007, la Réserve misait sur une croissance comprise entre 1,8% et 2,5%. L’idée d’un recul de la croissance en évitant la récession a pu rassurer le marché pétrolier. De plus, l’explosion dans une raffinerie au Texas (environ 70 000 b/j) et la possibilité que l’arrêt de la production dure a dopé les prix. Le recul du dollar par rapport à l’euro hier a été l’autre facteur qui a favorisé les achats sur le marché. Un autre facteur important est le fait que l’Opep a exclu toute augmentation de sa production lors de sa prochaine réunion du 5 mars à Vienne.

 

Source el Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires