Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 00:47

Nouvelles de Tipasa - Hygiène inquiétante

undefined

Si en 1998, la wilaya de Tipaza avait enregistré 63 cas de maladies à transmission hydrique (MTH) et des cas de fièvre typhoïde, en 2007 ce nombre a chuté pour n’atteindre que 4 cas. Une enveloppe financière d’un montant de plus de 16 milliards de dinars a été allouée pour le secteur de l’hydraulique au courant de l’année 2007, afin de les investir dans des travaux d’assainissement et d’alimentation en eau potable, et éliminer les points à risque MTH. En matière de déchets urbains, les localités importantes de la wilaya semblent être dépassées et impuissantes. Elles croulent sous les ordures. Cette prolifération des décharges sauvages a pris tellement d’ampleur que cela en devient très inquiétant, principalement dû à l’incivisme des citoyens et de l’inconscience des opérateurs, y compris les entreprises étrangères qui sont implantées dans la wilaya. Les projets de réalisation des centres d’enfouissement technique (CET), notamment à Attatba, Cherchell et à Tipaza, ne semblent pas emballer les responsables locaux. La construction des CET au niveau des sites déjà localisés, permettra sans aucun doute d’inspirer les jeunes en quête d’emplois, mais surtout de préserver l’environnement. Quant aux responsables et les élus locaux, ils se plaignent de l’absence de moyens matériels et humains dans le chapitre de l’élimination des décharges sauvages des ordures et des gravats.

Une zone d’activité à Sidi Amar

Contrairement à celle du chef-lieu de la wilaya, qui devait être consacrée aux investissements dans les secteurs des services et de l’artisanat, la zone d’activité de Sidi Amar abritera les investissements uniquement du secteur de l’agroalimentaire, notamment le froid. Ce nouvel acquis aura un rôle vital, après la réalisation des marchés de gros des fruits et légumes de Damous et de Cherchell. Cette zone d’activité, qui s’étend sur une superficie globale de 50 000 m2, qui se trouve à tout près de l’axe de la RN 11, reliant Cherchell à Sidi Amar, sera consacrée essentiellement pour les unités de froid. Elle se compose de 33 lots de terrains, dont la superficie des lots varie entre 475 m2 et 1912 m2. La reprise des travaux d’aménagement de ce projet inscrit en 1992, n’a été entamée que récemment. Les besoins pour l’achèvement du reste des travaux de voies d’accès au sein de la zone d’activité à réaliser, de la réfection de la voirie, de l’assainissement, de l’éclairage public, de l’alimentation en eau potable (AEP) et du mur de soutènement sont estimés à 73 millions de dinars.

 

Source el Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Tipaza,Marengo, leChenoua...
Répondre
L
Ajoutez Cherchell et vous aurez le triangle magiqueMerci pour l'interêt que vous portez à mon blogCordialementLe Pèlerin