Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 00:47

Constructions illicites
Les fraudeurs rattrapés par la loi

«Le malheur des uns fait le bonheur des autres », dit-on. Les années 1990 marquées par le terrorisme et l’insécurité ont été mises à profit par des auto-constructeurs qui se sont crus encouragés par l’état de déliquescence et de paralysie des institutions locales et des organismes de contrôle. 

Ils ont érigé des constructions en violation de la loi de décembre 1990 qui fixe les règles de construction et en violation de la réglementation qui en découle. Mais on dit aussi que «force doit revenir à la loi». L’Assemblée populaire nationale (APN) votera prochainement une loi d’exception destinée à rattraper toute cette faune de fraudeurs et mettre un terme à l’injustice et l’impunité flagrantes dont ont bénéficié les fraudeurs et dont on souffert beaucoup de citoyens voisins de ces constructions illicites. L’Algérie a vécu une sorte de catastrophe urbanistique que tout un chacun peut constater et évaluer à l’oeil nu.
Pour remédier à cette situation, le conseil des ministres a approuvé un avant-projet de loi d’une validité de cinq ans, relative aux règles de mise en conformité des constructions en vue de leur achèvement. M. Noureddine Moussa, ministre de l’Habitat, a expliqué le sens de ce texte dans un entretien accordé à la chaîne 3 de la radio nationale dont il était l’invité de la rédaction. Quand elle sera promulguée, cette loi obligera les constructeurs à achever  leur construction. Elle devrait permettre de sortir des situations de contentieux qui opposent les fraudeurs à l’Etat ou à des particuliers. Il faut noter que l’achèvement des constructions est soumise à l’obtention d’un permis qui comporte une série de mesures techniques, notamment la délivrance d’un certificat de viabilité. Un certificat de conformité, institué par la loi, fixera les conditions d’occupation et d’exploitation, notamment des commerces. Le certificat de conformité devient une pièce maîtresse, souligne le ministre de l’Habitat. Pas d’accès aux utilités publiques sans ce certificat, précise-t-il.
M. Moussa rappelle qu’aucune loi n’a d’effet rétroactif et que cette loi d’exception ne régularisera que ce qui est régularisable. Il n’est donc pas question qu’elle encourage l’anarchie et l’impunité, les fraudeurs qui voudraient se lancer dans une construction illicite durant les cinq prochaines années pour profiter de la régularisation par cette loi sont avertis, elle ne les concerne pas. Ils ne devraient pas crier victoire comme s’ils avaient gagné la partie, puisque la loi les exclut de son champ d’application comme elle exclut les constructeurs illégaux qui ont porté atteinte à un site à préserver ou qui ont construit en violation des règles urbanistiques ou sur un passage de servitudes ou dans un espace soumis au risques naturels et technologiques ou des domaines spécifiques, comme le ferroviaire et le maritime et, sans doute, même ceux qui ont porté atteinte aux droits de leurs voisins. La loi prévoit les instruments de son application.


Source La Nouvelle république
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires