Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 11:50

Rencontre entre l’association des femmes entrepreneuses et les responsables
de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Des échanges de partenariats en perspective
-
Les statistiques sur les femmes chefs d’entreprise sont inexistantes et même si beaucoup figurent dans le registre du commerce, il n’en demeure pas moins que la majorité sont des prête-noms.
En tout cas, c’est ce que nous a fait savoir la présidente de l’Association des algériennes managers et entrepreneuses (AME) Mme Khedidja Belhadi, à l’occasion de la rencontre organisée hier à la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI). Une rencontre qui a regroupé les femmes managers et entrepreneuses algériennes et les responsables de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) et qui a pour objectif de débattre des opportunités de partenariat. Après un exposé détaillé sur cette région économique, qui vient en 3ème position en France et en 8ème au plan des exportations, les intervenants français ont énuméré les besoins des entreprises de cette région de France et mis en avant les secteurs clés qui peuvent faire l’objet de partenariats entre les femmes entrepreneuses algériennes et françaises. Selon M. Denis Bergé, conseiller en coopération au pôle d’affaires internationales de la Chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence, «les secteurs d’activité dans lesquels on peut nouer des partenariats sont les transports et la logistique, l’agroalimentaire, l’innovation et les nouvelles technologies». Interrogé pour savoir sous quelle forme se présenteront ces partenariats, notre interlocuteur a souligné que l’une des recommandations adoptées à l’issue de la réunion, «c’est de mettre en place une plate-forme Internet pour nouer le contact entre les femmes d’Alger et celles de la région PACA». Pour l’échange d’expériences, AME «sera mise aussi en contact avec une association de la région. Des rencontres physiques en Algérie ou en France seront programmées dans l’objectif majeur de fructifier les échanges».
M. Denis, à propos des femmes entrepreneuses algériennes qu’il a eues à rencontrer lors de cette journée, a précisé qu’«elles sont très dynamiques et surtout volontaires». Lui emboîtant le pas, M. Jean-Claude Le Gall, responsable du pôle d’affaires internationales de la même Chambre de commerce sus-mentionnée, considère que les femmes chefs d’entreprise ont un rôle important à jouer dans l’économie. Aussi, affirme-t-il, «nous avons donné des informations sur les opportunités offertes par notre région, de même que les possibilités de partenariat». Notre interlocuteur tient à préciser, quand même, que «nous ne sommes pas dans une relation d’aide, mais plutôt dans une dynamique d’échanges». Réponse donnée ici aux femmes chefs d’entreprise qui ont sollicité de l’aide lors de leurs interventions. «Nous effectuerons un travail complémentaire entre les entreprises de ces deux régions de la Méditerranée». M. Le Gall a tenu à faire savoir que «l’objectif de cette réunion a été atteint, puisque nous avons réussi à définir un certain nombre d’axes pour renforcer et créer des liens d’affaires à travers des actions et un programme d’affaires à mener sur le terrain».
Mme Khedidja Belhadi, la présidente d’AME, quant à elle, nous a déclaré que «l’Algérie est un vaste chantier où beaucoup de choses restent à faire dans différents domaines d’activité. Ceci sans compter la richesse de la ressource humaine».
A la question de savoir quelles sont les difficultés rencontrées par les femmes entrepreneuses, notre interlocutrice dira qu’elles «sont énormes et ont trait principalement au système bancaire et au foncier industriel, lesquels doivent trouver des solutions». Elle n’a pas manqué de relever une autre difficulté relative à l’attribution des marchés, notamment de l’Etat.
Source La Tribune
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires