Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 08:17

Algérie - Gouvernement - Le remaniement serait imminent

undefined

Le chef de l’Etat aurait accédé au souhait de M.Belkhadem.

L’équipe gouvernementale va subir, dans les tout prochains jours, un léger lifting. C’est ce que nous venons d’apprendre de sources crédibles et bien informées. Les départements ministériels concernés sont ceux de l’Agriculture, du Commerce, de l’Enseignement supérieur, des Affaires étrangères et de la Culture.
A travers cette opération, M.Abdelaziz Belkhadem, qui est à la tête de l’Exécutif depuis le mois d’avril 2005, souhaite donner plus de tonus à son équipe. Une équipe qui semblait être à bout de souffle, tant elle ne semblait plus pouvoir répondre aux préoccupations quotidiennes des Algériens. Selon toute vraisemblance, le chef du gouvernement a fini par être entendu par le chef de l’Etat. En effet, M.Abdelaziz Belkhadem avait appelé de tous ses voeux un remaniement ministériel qui restait du ressort exclusif du président de la République, M.Abdelaziz Bouteflika. Le chef de l’Etat, dont le pragmatisme n’est plus à démontrer, a longtemps entretenu le suspense autour de la question. Estimait-il que l’heure n’était pas encore venue? Sans aucun doute. Les priorités ne manquaient guère. L’Algérie est en chantier. Certains projets ont pris du retard. Il fallait battre à nouveau le pavé pour donner le coup de pouce nécessaire à la concrétisation de projets d’une priorité absolue pour M.Abdelaziz Bouteflika. Gagner la bataille de l’eau, celle du logement, la santé, l’éducation, la culture et celle de l’amélioration du pouvoir d’achat des salariés. Tous ces projets se bousculent et s’entrechoquent, alors que l’on se retrouve à pratiquement 12 mois de l’expiration du second mandat du chef de l’Etat. Nul n’ignore que dès son arrivée à la chefferie du gouvernement, M.Abdelaziz Belkhadem n’a cessé de réclamer à cor et à cri la révision de la Constitution et, par là même, la possibilité à M.Abdelaziz Bouteflika de briguer un troisième mandat. Le chef du gouvernement sait très bien qu’il a une étape décisive à franchir à une encablure de l’élection présidentielle de 2009.
Tout cela porte à croire que le timing pour un remaniement ministériel semble avoir été soigneusement choisi. Il ne s’agit point de courir, il faut partir à point. C’est la stratégie que semble avoir privilégié le chef de l’Etat. Il veut donner toutes ses chances à ce nouveau staff qui doit mener à bon port l’expédition. M.Abdelaziz Belkhadem aura comme lourde tâche de dégoupiller une crise sociale qui est essentiellement liée à l’amélioration du pouvoir d’achat, mais qui est aussi imbriquée dans des augmentations historiques des produits de consommation.
La levée de boucliers des syndicats autonomes qui sont farouchement opposés à la nouvelle grille des salaires de la Fonction publique connaîtra-t-elle une baisse de tension?
M.Abdelaziz Belkhadem, soutenu par l’Union générale des travailleurs algériens, a pris des mesures exceptionnelles pour mettre en application les augmentations de salaires qui devaient entrer en vigueur le 1er janvier 2008.
Les départements de l’agriculture et du commerce sont en première ligne: ils ont exhibé leur impuissance devant la hausse des prix et la pénurie de certains produits tels que le lait ou la pomme de terre. Selon toute vraisemblance, ces deux ministères seront parmi les premiers à faire les frais d’un remaniement ministériel qui n’aura que trop tardé. Le chef de l’Etat a apparemment tranché, les résultats enregistrés par l’actuelle équipe gouvernementale ne répondent pas aux attentes ainsi qu’aux objectifs de son programme. 2009 c’est déjà demain.

Source l’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires