Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 03:31

8 mars – Journée de la Femme

Sexe - Les Femmes sans tabou
 

L’homme n'est plus une bête assoiffée de sexe et la femme une douce colombe en recherche permanente de bon sentiment amoureux. L'image est sans doute caricaturale mais elle résume assez bien la passionnante « Enquête sur la sexualité en France » réalisée par des chercheurs de l'Ined et de l'Inserm.

Car ce que révèle cette étude - troisième du genre après celles menées en 1970 et 1 992 - c'est que les femmes se rattrapent pour ne pas dire s'émancipent de la toute puissance du désir masculin. Longtemps soumises au désir de l'homme, elles ont aujourd'hui des pratiques - toutes générations confondues - qui se rapprochent singulièrement de celles des hommes en matière de précocité des rapports, de nombre de partenaires, de pratiques récréatives mais aussi de longévité sexuelle.

Les filles (17,6 ans) rattrapent les garçons (17,2) pour l'âge du premier rapport sexuel. En un demi-siècle, l'entrée dans la vie sexuelle des hommes s'est abaissée d'un an et demi et celle des femmes de trois ans. Les femmes de plus de 50 ans vivant en couple sont plus actives sexuellement : en 1970, une sur deux avait des rapports sexuels avec son mari (compagnon) aujourd'hui c'est neuf sur dix.

Les femmes déclarent plus de partenaires qu'autrefois (en moyenne 4,4 en 2006), mais toujours moins que les hommes (11,6, chiffre stable depuis 1970). Elles sont aussi plus nombreuses qu'avant à déclarer avoir eu des rapports homosexuels au cours de leur vie (4 % contre 2,6 % en 1992) alors que la proportion reste similaire chez les hommes (4,1 %). « On est aujourd'hui dans une sexualité sans tabou », confirme André Corman, sexologue toulousain (lire ci-dessous). Héritage de mai 1968 dont on s'apprête à célébrer le 40e anniversaire ? Les auteurs de cette étude conduite sur quelque 12 000 Français de 18 à 80 ans ne l'excluent pas. Mais ils insistent surtout sur la révolution apportée par la contraception qui en libérant les ventres de l'angoisse d'une grossesse non désirée a permis aussi une large déculpabilisation des pratiques sexuelles.

90% sont satisfaits!

Petit résumé de ce que révèle cette étude sur les pratiques sexuelles des Français.

Masturbation : 90% des hommes s'y adonnent, 60% des femmes.

Fellation : Entrée dans les mœurs sexuelles lors de la dernière décennie , 2/3 des femmes la pratiquent, 85% des hommes le cunnilingus, tandis que 37% des femmes et 45% des hommes ont déjà fait l'expérience de la pénétration anale.

Internet : 10% des femmes et13% des hommes s'y rencontrent.

Nombre de rapports : les femmes comme les hommes déclarent neuf rapports par mois. Et s'en disent satisfait à ...90%.

«En plein désordre amoureux»

Installé à Toulouse, André Corman est président du syndicat national des médecins sexologues.

Est-ce qu'il y a un décalage entre les conclusions de cette enquête et ce que vous entendez dans l'intimité de votre cabinet ?

Non, cette étude confirme une évolution lente amorcée il y a une trentaine d'années mais qui constitue aujourd'hui un changement lourd dans les pratiques sexuelles des Français : les femmes abordent désormais la sexualité plus dans la recherche du plaisir que dans l'engagement, n'hésitent pas à s'offrir des sex-toys et se montrent même plus ouvertes que les hommes à l'expérience homosexuelle.

Voit-on de nouvelles pratiques sexuelles apparaître ?

Le point positif, c'est une sexualité de moins en moins diabolisée, plus libérée dans ses pratiques, avec au bout pas, forcément une « figure imposée » : une femme sur cinq et un homme sur trois confient aujourd'hui des rapports sans pénétration. C'est la rançon du safe sex et des années Sida mais aussi la consécration des préliminaires.

Et les hommes dans tout cela ?

Pour résumer, avant, c'était toujours l'homme qui avait envie et la femme mal à la tête. Aujourd'hui un homme sollicité crûment par sa partenaire a toutes les chances de ne pas y arriver, parce qu'il va se sentir enfermé dans l'angoisse de la panne sexuelle. Au fond, le revers de cette nouvelle exigence d'une vie sexuelle épanouie, c'est un nouveau désordre amoureux avec des hommes en recherche de nouveaux repères et des femmes qui rêvent toujours de conjuguer le sexe et les sentiments.
Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires