Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 mars 2008 7 09 /03 /mars /2008 00:04

Visite du wali de Tipasa dans la daïra de Hadjout

Tipasa.jpg

Les programmes d’habitat, l’alimentation en eau potable des centres ruraux, l’hygiène et la salubrité publique ainsi que les infrastructures culturelles sportives figurent en bonne place et constituent l’essentiel du programme de la visite d’inspection effectuée par M. Mohamed Ouchen, wali de Tipasa, dans la daïra de Hadjout et ce, dans le cadre de l’évaluation des actions engagées pour redynamiser le développement local dans toutes ses dimensions.
S’agissant du programme des 1.800 logements, toutes formules confondues en cours de réalisation dans cette daïra, dont une grande partie sera livrée durant l’année en cours, le wali a rappelé que l’implantation des 309 logements LSP à Hadjout et des 70 logements sociaux locatifs à Merad a pu se faire grâce à la restructuration des espaces urbains et à la suite des démolitions des cités précaires, datant de l’époque coloniale tout en préconisant de poursuivre ces efforts de densification et de multiplier les opérations tiroirs pour éradiquer l’habitat précaire et insalubre. A cet effet, le chef de l’exécutif s’est déclaré intransigeant sur le respect des délais de livraison, la réorganisation des chantiers pour une gestion rationnelle et optimale des projets en vue de livrer ce programme d’habitat dans les délais requis. La délégation s’est enquis de l’état d’avancement de deux infrastructures à caractère social en chantier qui accueilleront les enfants en difficulté ; il s’agit du centre régional du SAMU social pour l’enfance, unique en son genre sur le territoire national, ainsi que d’une Agence régionale de développement social (ADS) pour lesquels une enveloppe budgétaire de 32,5 millions de dinars a été dégagée.
Pour prendre en charge les jeunes en déperdition scolaire, 2 projets de CFPA de 300 places pédagogiques ont été supervisés respectivement dans les communes de Hadjout et Merad et ouvriront leurs portes à la prochaine rentrée scolaire, en plus du lancement des travaux d’un nouveau CEM au chef-lieu de daïra. Les jeunes chômeurs porteurs de projets ont pu bénéficié de 169 locaux à usage professionnel.
Dans le cadre de la couverture sanitaire d’une zone d’habitation très dense nouvellement créée, le wali a donné le coup d’envoi pour la réalisation d’une polyclinique, dont le coût est évalué à 80 millions de dinars.
En ce qui concerne l’hygiène et la salubrité publique, une opération de réhabilitation du collecteur des eaux usées de la ville de Hadjout-est a été réalisée pour réparer l’ancien très vétuste et sous-dimenssionné qui débordait sur la RN 42.
Ce nouveau collecteur se déversera sur la station d’épuration de Hadjout et récupérera 3/000 m3/j, soit la prise en charge de 18.000 habitants, de même qu’il permet de rétablir l’écoulement naturel de l’oued et de remédier au problème d’assainissement du douar Maâmar Belaïd. Le coût de ce projet est de 45 millions de dinars.
En matière d’alimentation en eau potable, les 3.250 habitants de la localité de Sidi Ghiath, qui ont longtemps pâti de l’absence de ce précieux liquide bien qu’ils l’aient exprimé en termes de besoin pressant comme l’une des premières priorités, ont pu enfin recevoir l’eau dans leur robinet pour étancher leur soif, grâce à la réalisation d’une station de pompage et d’un réservoir d’eau de 250 m3 pour une enveloppe budgétaire de 56,2 millions de dinars.
Dans la même optique, 18 établissements humains dans les zones rurales des communes de Hadjout et Merad ont été alimentés en eau potable pour un coût de 42,2 millions de dinars.

 Source el Moudjahid

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

H
ça pourrai etre encore mieux dans notre Daira . Accepter mes salutations
Répondre
L
<br /> Salut Hadjout,<br /> <br /> Je n'en doute pas mais soyez rassuré cela pourrait être pire<br /> Pour que cela soit mieux il faut que les individus militent dans leurs partis et leurs associations<br /> On n'a rien sans rien.....Aujourd'hui 5 octobre cela devrait vousrappeler quelquechose<br /> <br /> Cordialement<br /> <br /> Le Pèlerin<br /> <br /> <br />