Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 06:59

Le lancement de l'ATV ouvre une nouvelle porte sur l'espace pour l'Europe

lacement_-ATV.jpg

Le lancement du ravitailleur européen ATV dimanche vers la Station spatiale internationale (ISS) à l'aide d'une fusée Ariane 5, un mois après l'amarrage à l'ISS de son laboratoire Columbus, ouvre une nouvelle ère dans l'accès de l'Europe à l'espace.

"Une page totalement nouvelle s'ouvre dans l'histoire de l'Agence spatiale européenne" (Esa), a souligné son directeur général, Jean-Jacques Dordain, au centre spatial guyanais de Kourou, désormais troisième "port" pour des liaisons avec l'ISS, après Cap Canaveral aux Etats-Unis et Baïkonour au Khazakstan.

Avec Columbus, les chercheurs européens disposaient d'un laboratoire spatial leur permettant des expérimentations de longue durée en microgravité. Avec le lancement de l'ATV dimanche, l'Europe a fait la preuve qu'elle possédait également un accès tout européen - lanceur et véhicule - à la Station.

L'ATV (Automated Transfer Vehicle), dont le premier exemplaire a été baptisé Jules Verne, est un véhicule de 20 tonnes destiné à ravitailler l'ISS en eau, ergols, vivres et matériel scientifique, et à rehausser son orbite. Chargé ensuite des déchets de la Station, il sera à la fin de sa mission de six mois précipité dans l'atmosphère, où il se désintégrera.

Il s'agit, a rappelé le président du Centre national d'études spatiales (Cnes), Yannick d'Escatha, du "plus important et du plus complexe des programmes réalisés par l'Esa".

Ce "camion de l'espace", construit par Astrium Space Transportation, est un cylindre de 10,3 m de long et 4,5 m de diamètre capable d'emporter neuf tonnes de cargaison, soit trois fois plus que les actuels ravitailleurs russes Progress.

Mais aussi, il va permettre à l'Europe d'effectuer pour la première fois un rendez-vous spatial automatisé, avec un amarrage à l'ISS le 3 avril sans intervention humaine : un banc d'essai "pour de futurs vols spatiaux humains et pour des missions de retour d'échantillons" de Mars, s'est félicité Jean-Jacques Dordain.

L'ATV, participation de l'Europe à l'ISS en contrepartie de son droit à un laboratoire spatial installé à demeure, Columbus, "contribue directement à l'aventure des vols spatiaux habités", a insisté pour sa part Jean-Yves Le Gall, président d'Arianespace.

L'avenir des vols habités européens est en effet désormais conforté jusqu'à la fin de l'exploitation de l'ISS, avant 2020. Le spationaute français Léopold Eyharts installe actuellement le laboratoire Columbus, où commenceront les expérimentations dans les mois qui viennent. Et "10 ans de recherches en microgravité apporteront un progrès scientifique", a assuré M. Dordain.

Déjà, les succès de Columbus et du lancement de l'ATV projettent les regards vers l'avenir, l'après-ISS. Pour François Auque, PDG d'Astrium, "il faut trouver des motivations pour relancer les dépenses en faveur de l'espace, et une des meilleures, ce sont les vols habités".

Le directeur général de l'Esa se déclare de son côté sûr qu'il y aura un jour - "Je ne sais pas quand" - un système de transport d'équipages européen, car "l'Europe ne pourra pas toujours dépendre des autres pour son accès à l'espace". "Nous devons garder la capacité industrielle" pour le réaliser, affirme-t-il.

Pour Yannick d'Escatha, l'avenir des vols habités ne fait aucun doute : "L'Homme a exploré, explore, et explorera le milieu qui est le sien, et aujourd'hui, l'espace est son milieu".

EADS: salue le lancement réussi de l'ATV d'Astrium.

Astrium Space Transportation, groupe EADS, salue le lancement de l'ATV (Automated Transfer Vehicle) depuis le Centre Spatial Guyanais, à Kourou, dont la mission est de ravitailler la station spatiale internationale (ISS).

Comme le rappelle Nicolas Chamussy, Chef de programme chez Astrium : ' nous n'en sommes qu'à la première des cinq grandes phases que compte la mission ATV '.

' A l'issue des premières opérations en orbite, l'ATV rejoindra l'orbite de l'ISS et effectuera les manœuvres nécessaires pour s'approcher de la station. Viendront ensuite les phases très délicates du rendez-vous et de l'arrimage, puis la période pendant laquelle l'ATV, arrimé, deviendra un module à part entière de l'ISS. La mission du Jules Verne se terminera avec son désarrimage, sa désorbitation et sa destruction dans les couches denses de l'atmosphère. ' ajoute-t-il.

Source L’Internaute er Cercle Finance

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires