Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 06:52

L’Algérie attend le contenu opérationnel de l’union pour la Méditerranée

undefined

Le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, a estimé, avant-hier à Bruxelles, que le projet français d’«union pour la Méditerranée» est une «proposition d’ouverture» à laquelle l’Algérie «adhère, mais elle (l’Algérie, NDLR) est obligée de constater qu’il n’y a pas encore de contenu tout à fait opérationnel à cette proposition».


Cette «observation» de M. Medelci intervient au moment où Sarkozy devra tenter demain, lors du sommet de l’UE, de rallier le reste des pays européens à son projet toujours controversé d’union pour la Méditerranée. L’Algérie se donne apparemment le temps jusqu’au premier sommet de cette union, prévu le 13 juillet prochain à Paris, pour «préciser» sa réaction et sa contribution à cette nouvelle entité. «Dans les prochaines semaines, en tout cas lors du sommet de juillet prochain, les choses vont se clarifier», prévoit M. Medelci qui s’exprimait au cours d’une conférence de presse tenue avant-hier soir à Bruxelles, au terme du troisième conseil d’association UE-Algérie.
Le chef de la diplomatie algérienne qui s’est félicité que l’UE se soit saisie de ce projet dit, toutefois, attendre que «les choses se clarifient du point de vue du nord de la Méditerranée». Dès lors que ces clarifications seront apportées, «les pays de la rive Sud, dont l’Algérie en tant que pays méditerranéen mais aussi en tant que membre de l’UMA (Union du Maghreb arabe), préciseront leur réaction et leur contribution».
Le ministre des Affaires étrangères voit dans l’initiative chère à Sarkozy deux valeurs ajoutées par rapport au processus de Barcelone. Si ce processus gère des accords bilatéraux, le projet d’union pour la Méditerranée «donnera plus de poids à des projets communs à plusieurs pays des deux rives de la Méditerranée», a-t-il argué.
Quant au second avantage, il concerne, selon Medelci, les flux financiers de soutien à ces projets. Le volume des financements de ces projets seront plus importants, «pas obligatoirement grâce aux fonds européens, mais grâce aussi à l’association du secteur privé, des banques et du système financier international ainsi que des capitaux qui cherchent à être employés», a expliqué l’ex-ministre des Finances.
Un projet qui perd le nord
Mais il se trouve que beaucoup d’Etats européens s’interrogent, justement, sur le financement de ces projets. En effet, si le processus de Barcelone, lancé en 1995, bute en particulier contre l’opposition entre Israël et les pays arabes, les Européens estiment que celle-ci pourrait peut-être dépassée par une union méditerranéenne faite de projets concrets, comme la dépollution de la Méditerranée. Toutefois, sans l’accord unanime des Etats membres, aucun fonds européen ne pourra être utilisé. C’est ce à quoi s’attellera, dès demain, le président Sarkozy. Cependant, «c’est (le financement des projets) la pomme de discorde, et je pense que Sarkozy n’arrivera pas à persuader ses partenaires sur ce point», prédit Rosa Balfour, analyste à l’European Policy Center, un centre de réflexion bruxellois, citée par l’AFP.
Après avoir dû réviser ses ambitions à la baisse pour contenter l’Allemagne, Nicolas Sarkozy devra faire, lors du sommet de demain – première discussion à 27 sur ce projet –, d’autres concessions pour espérer rallier le reste des pays de l’UE à son projet.
La Grande-Bretagne et les pays nordiques «ne sont pas très contents du projet», selon Rosa Balfour, alors que la Grèce, la Slovaquie ou la Slovénie, qui préside l’UE jusqu’en juin, sont réservées. Ces pays s’opposent à une structure semblant exclure les pays européens non riverains de la Méditerranée. La semaine dernière, un accord franco-allemand a été trouvé au sujet de ce projet.
«On a trouvé un compromis autour de
cette union pour la Méditerranée que nous voulons tous les deux et qui n’exclura personne», avait assuré le président français, alors que la chancelière allemande, Angela Merkel, avait tenu à souligner que l’Allemagne est «d’accord pour que ce soit un projet de l’Union européenne».

Source el Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Beau travail frère... Je suis de Bône ...Kol touvhttp://voline.over-blog.com/
Répondre
L
Salut Jean Marc,figure toi que je ne suis jamais allé à Bone.....il me faut le faire l'un de ces quatreBon je ne sais pas de façon détaillée si cela sera une bonne chose...mais la situation est telle ces temps ci que cela ne peut qu'aller dans le sens d'un rapprochement entre l'Algérie et la FranceL'avenir à court terme on verra ...mais à moyen terme cela ne peut être qu'un plusCelast pas un raisonnement parfait ....mais ......C'est pour cela que je prêche....j'espère pas que ce soit pas uniquement dans le desert...Je préfère un chouia à rien du tout...Je te remercie pour l'intérêt que tu portes à mon blogAmicalementLe Pèlerin