Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 mars 2008 4 13 /03 /mars /2008 07:23

Fonction publique L'Etat sonne le rappel des salaires

undefined

 

Qualifiée de «révolutionnaire» par le ministre de la Communication M. Abderrachid Boukerzaza, la nouvelle loi organique portant élaboration des lois de finances, présentée en conseil du gouvernement hier, comporte pas moins de 90 articles, a déclaré le ministre des Finances, Karim Djoudi.

Intervenant lors de la conférence de presse hebdomadaire qu'organise le département de la communication au CIP après chaque conseil du gouvernement, Karim Djoudi a affirmé que la nouvelle loi accorde plus de liberté aux gestionnaires des deniers publics (les ministres notamment), mais qu'en parallèle leur responsabilité est plus grande et plus accrue. «Les gestionnaires disposent d'une plus grande liberté mais aussi d'une plus grande responsabilité», a indiqué le ministre des Finances en soulignant que la loi, adoptée en conseil du gouvernement, oblige aussi les gestionnaires de l'argent public à des résultats probants. La nouveauté aussi dans le nouveau dispositif, c'est que les départements ministériels peuvent, avant l'élaboration de la loi de finances, faire des recommandations pour notamment la réalisation de tel ou tel projet, ce qui n'était pas le cas auparavant où l'on se contentait de «dispatcher» les budgets sur la base des bilans de fin d'année. Les départements ministériels ont ainsi toute latitude de présenter un programme pluriannuel avant l'élaboration de la loi de finances. Mais ce qui a été qualifié de «révolutionnaire» dans cette loi par le ministre de la Communication qui présentait, avant Karim Djoudi, ce qui a été discuté en conseil du gouvernement, c'est les larges prérogatives accordées aux députés pour le contrôle des finances du pays.

Sans trop donner de détails là-dessus, le ministre des Finances a déclaré que grâce au nouveau dispositif, le contrôle parlementaire sur les deniers publics se voit ainsi largement renforcé. «Ces mesures ont été revendiquées depuis plusieurs années par les parlementaires», a rappelé pour sa part Abderrachid Boukerzaza en annonçant que désormais des «mécanismes importants» sont prévus dans la loi pour le contrôle de l'argent public par les deux chambres parlementaires. Selon le premier argentier du pays, les nouvelles mesures adoptées en conseil du gouvernement entrent également dans le cadre de la modernisation du système financier algérien. Ceci étant, Karim Djoudi n'écarte pas cependant l'éventualité de la promulgation de lois de finances complémentaires, quand cela, dit-il, s'avèrera nécessaire. Interrogé par ailleurs sur la nouvelle grille des salaires, le ministre des Finances a indiqué que son entrée en vigueur commence ce mois de mars et se poursuivra durant le mois d'avril pour les catégories inférieures (de 1 à 6) qui ont bénéficié d'une prime forfaitaire complémentaire instaurée en application d'une instruction présidentielle visant à soutenir les salaires de ces catégories. Le montant prévisionnel de cette hausse des salaires de la fonction publique s'élève à 166 milliards de dinars, a annoncé M. Djoudi. Concernant le gel de la privatisation du CPA, le ministre des Finances explique que la décision fait suite à la crise de l'immobilier aux USA qui a, a-t-il déclaré, une influence directe sur l'économie mondiale. «Nous allons réfléchir à la stratégie à suivre», conclut-il.

A noter que le conseil du gouvernement a adopté également hier un projet de décret exécutif fixant les modalités de constatation de la propriété foncière, comme il a entendu en première lecture un projet de loi sur le mode d'exploitation des propriétés agricoles (EAC et EAI). Enfin, questionné sur le kidnapping des deux touristes autrichiens en Tunisie, le ministre de la Communication a souligné que les autorités sont en train d'enquêter sur cette affaire.

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires