Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 23:08

Bêtisier des rapports de Police.

undefined

- Dans ce conflit, le rôle des forces de l'ordure a été déterminant...

- C'est alors que le suspect a eu l'audace de s'endormir pendant que nous l'interrogions.

- Interrogé par nos soins, l'homme a alors menacé de nous répondre si on continuait à l'interroger...

- L'homme sortit de son pantalon un engin avec lequel il frappa violemment l'inspecteur à la bouche.

- Le garçon de café était une femme...

- L'homme nous raconta toute la vérité qui n'était qu'un tissu de mensonges.

- L'homme a refusé de reconnaître qu'il nous avait menti en affirmant qu'il était mort.

- Le prévenu a attendu d'avoir fini son repas pour commencer une grève de la faim.

- L'homme attendait l'autobus d'un œil suspect...

- Les trois africains soupçonnés d'avoir trempé dans l'affaire ont tous été blanchis par l'enquête qui a suivi.

- Face à face avec son adversaire, l'homme le prit en traître par derrière...

- Le suspect nous a alors menacés en fronçant les sourcils...

-  Le cadavre de l'homme qui nous a été présenté correspondait bien à la description de la femme qui avait été vue par les différents témoins.

- L'homme avait tenté de forcer toutes les issues de la femme sans parvenir à s'y introduire

- Seule l'autopsie pourra dire si l'homme est encore vivant...

- Non seulement la mère n'est pas morte comme le prétendent ses enfants, mais il a même été prouvé qu'elle est en vie

- La femme resta ouverte jusqu'à l'arrivée de son mari...

- Son alibi ayant pu être vérifié, nous avons été obligé de constater que le suspect ne pouvait être présent à l'heure dite sur les lieux du vol qu'il avait commis

- L'homme s'est pendu après s'être tranché la gorge

- Dès que l'homme fut abattu, nous avons pu procéder à son interrogatoire

- Il est probable que la suicidée a été lâchement assassinée

- Le défunt confirma que son meurtrier avait bien agi seul

- Malgré son mariage et ses quatre enfants, l'homme vivait comme un veuf éploré...

- Grièvement blessé, la vitrine s'effondra en morceaux...

- La mer était sa terre natale...

- Le trio des voleurs était composé de quatre hommes d'origine africaine...

- Le suspect étant sans domicile fixe, les policiers purent le cueillir quand il sortit enfin de chez lui

- L'homme qui avait dérobé les miches s'en prit ensuite à celles de la boulangère...

- La femme a vraisemblablement été étranglée par son assassin...

- L'assassinat avait donc bien le crime pour seule et unique raison

- On ignore les raisons qui ont poussé le désespéré à se faire assassiner...

- Après avoir déjà enfilé deux sens interdits, l'homme s'en est pris à la conductrice...

- Le défunt a formellement reconnu son agresseur

- Cinq des trois suspects ont été relâchés.

- La femme ayant été décapitée, il nous a été impossible jusqu'à présent de mettre un nom sur son visage

- Aucun dégât n'est à déplorer à l'exception de la seule et unique victime

- Selon ses dires, l'homme est mort vers 16h30

- L'homme a déposé sa plainte sur le bureau avant de s'envoler devant nos yeux qui n'ont rien compris

- Le choc fut sans gravité même s'il fallut déplorer deux morts...

- Seuls quelques dégâts matériels furent notés sur le cadavre...

- Le policier put frapper son agresseur à la tête sans difficulté, son arme étant parfaitement réglementaire

- L'homme ne semblait pas avoir prévu son meurtre avec préméditation...

- Un violent coup sur la tête semblait indiquer une mort naturelle...

- Après identification, le corps fut rendu à sa famille dont personne n'a pu retrouver la trace.

- J'ai entendu un coup de feu et j'ai vu un type qui sortait comme une balle...




 De la part d’une Correspondante

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires