Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 08:36

Les droits de l’homme en Algérie selon l'Amérique

undefined 

Les critiques de Washington : le 3è mandat de Bouteflika, le harcèlement de la presse et… l’interdiction des « Geôles d’Alger »

Le rapport 2007 du département d’Etat américain sur les droits de l’homme en Algérie, rendu public hier, est tout aussi sévère que celui de l’année dernière. Il dénonce les atteintes à la liberté d’expression, le refus d’agrément de nouveaux partis politiques et le trucage des élections constituent les principaux feux rouges contenus dans le rapport 2007. Nouveautés du rapport 2007 : le 3è mandat de Bouteflika et … « Les geôles d’Alger » ! Le rapport a clairement attiré l’attention, dans le volet réservé à l’Algérie, sur ce qu’il a qualifié de « polémique autour de la révision de la Constitution, afin de permettre au président Bouteflika de se présenter à un troisième mandat ».


Le rapport reproche aux dirigeants du pays de « susciter une polémique au sujet d’un nouveau mandat, alors que Bouteflika n’a pas achevé son second mandat ». Le rapport, qui a été publié sur la Une du site internet du Département d’Etat américain aux Affaires étrangères, a qualifié ce que connaît l’Algérie, au sujet de ce dossier, de « précédent », depuis la fin du système de parti unique, et plus d’une décennie après ce qu’elle a qualifié de guerre civile. Le rapport s’attarde sur le cas du livre de Mohamed Benchicou, « Les geôles d’Alger », qui a été interdit au Salon du livre d’Alger, en octobre dernier, et y voit l’exemple le plus frappant « des représailles contre ceux qui ont critiqué des responsables dans le gouvernement ». Le document insiste sur le fait que « le gouvernement utilise des lois concernant la diffamation pour harceler et arrêter des journalistes et la presse et cite les 50 procès de Belhouchet et les affaires d’Echourouk et Al Bilad. Au-delà des refus essuyés par les ONG des droits de l’homme pour la tenue de meetings, Au chapitre politique, les élections locales pluralistes du 29 novembre ont été « minées d’irrégularités et d’accusations de fraude », estime le rapport. Et de souligner à l’appui qu’« aucune surveillance des opérations de dépouillement n’était permise au niveau des communes, des wilayas ou au plan national ». Au plan médiatique, le département d’Etat note que les antennes paraboliques « étaient très répandues et ont permis à environ 60% des ménages de suivre des chaînes européennes et arabes ». Mais il constate que le gouvernement « n’autorise pas la création de chaînes radio ou télévisées privées ». Le document du département d’Etat s’est félicité tout de même du fait qu’il n’y ait « pas eu de rapports faisant état de meurtres arbitraires ou illégaux par le gouvernement ou par ses agents ».


Source Le Matin DZ

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires