Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 06:50

Sidi Saïd détaille la nouvelle grille des salaires

Des augmentations allant de 1 000 à 24 000 dinars

 

Rassurer les travailleurs, c’est là le premier objectif de Abdelmadjid Sidi Saïd, le secrétaire général de l’UGTA, dernièrement réélu à la tête de cette organisation pour un deuxième mandat. Dans une conférence de presse, animée hier au siège de la Centrale, le secrétaire général de l’UGTA a dit : «Les promesses sont honorées et ce n’est pas de l’autosatisfaction. Au cours de ce mois, les travailleurs percevront leur augmentation, prévue dans la nouvelle grille des salaires. Les statuts sont en cours et le régime indemnitaire va également suivre.» Il ajoutera : «Les résultats sont modestes, je ne le conteste pas aux travailleurs, mais quand on réussit à arracher un 10, on peut revenir pour demander un 11.»
Une façon de dire à tous ceux qui se sont impatientés de percevoir des augmentations salariales, annoncées en grande pompe depuis 2005, que leur patience a porté ses fruits. Mais le nouveau patron de la Centrale vise surtout à apaiser les esprits et à désamorcer la «bombe» sociale.
Pour ce faire, il annonce l’augmentation des salaires pour tous les travailleurs (titulaires, vacataires et contractuels), avec cette précision de taille : «Nous n’avons jamais recouru à la pression pour obtenir des résultats. Nous avons de tout temps privilégié le dialogue et le consensus. C’est d’ailleurs le moyen le plus laborieux.»
Une allusion faite aux syndicats autonomes qui annoncent des grèves dans différents secteurs comme moyen de protestation.
Et pour mieux étayer ses dires, il ajoute que l’administration est à l’écoute : «Je tiens à dire solennellement que nous n’avons rencontré aucune difficulté et encore moins de résistance de la part de l’administration.»
Cette lutte de longue haleine que mène l’UGTA pour améliorer le pouvoir d’achat du travailleur depuis 1990 «a commencé à porter ses fruits depuis 2005 avec la mise en chantier de la loi sur la fonction publique, la nouvelle grille des salaires et les statuts particuliers», explique Sidi Saïd, en rappelant que la Centrale a décidé d’aller vers l’application de la grille des salaires en raison du prolongement dans le temps de la finalisation des 44 statuts particuliers. «11 statuts sont en cours de finalisation. Les 33 autres sont à l’étude au niveau de la fonction publique. Je ne peux pas me prononcer sur le temps que cela prendra car il y a une certaine technicité à maîtriser. Je peux annoncer tout de même que nous n’allons pas attendre la fin de toute l’opération pour mettre en application ces statuts. Chacun sera mis en application dès sa finalisation», a déclaré le patron de l’UGTA. C’est là justement toute la différence entre les résultats annoncés par l’UGTA et les revendications des syndicats autonomes. Ces derniers se battent pour une augmentation de salaire avec un nouveau régime indemnitaire basé sur le statut particulier. Abdelmadjid Sidi Saïd a rappelé, par ailleurs, que cette augmentation de salaire constitue l’avant-dernière étape dans la mise en application de la nouvelle grille des salaires : «Il restera à étudier enfin le régime indemnitaire. Avec la finalisation de ce régime, un plus sera également enregistré dans les salaires.» Questionné sur le pouvoir d’achat du citoyen, qui reste bas malgré les augmentations annoncées, le secrétaire général de l’UGTA soutient que «la Centrale prépare des mécanismes qu’elle va proposer au gouvernement afin de protéger le pouvoir d’achat du citoyen. Mais cette affaire ne concerne pas seulement l’UGTA ou l’Etat, mais également la société civile et les commerçants. Ces derniers doivent respecter les lois de la République». Enfin, sur le pacte social, Sidi Saïd affirme que «le pacte social avance et les résultats, vous les ressentirez au fur et à mesure».

Source la Tribune

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires