Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 06:58

Boeing retarde une troisième fois les premières livraisons du 787


 

 

WASHINGTON (AFP) - L'avionneur américain Boeing (NYSE: BA - actualité) a annoncé mercredi qu'il repoussait au troisième trimestre 2009 les premières livraisons de son nouvel appareil long-courrier 787 ("Dreamliner"), portant à près d'un an et demi le retard total du programme par rapport aux prévisions initiales.

Il s'agit du troisième report admis par Boeing, après les annonces d'octobre 2007 et de janvier 2008.

Outre les difficultés rencontrées pour travailler avec des sous-traitants répartis dans le monde entier, déjà évoquées en janvier, le constructeur aéronautique a justifié ce nouveau retard par des "modifications inattendues".

"Nous avons dû prendre un ensemble de décisions difficiles", a commenté le PDG de la division aviation commerciale Scott Carson, lors d'une conférence téléphonique.

Boeing avait admis, fin mars, devoir procéder à des améliorations sur le caisson central, une pièce majeure du 787.

L'avionneur table désormais sur 25 livraisons en 2009, contre 109 initialement.

Boeing estime désormais baser ses estimations "sur un plan de production plus conservateur" et a "réintroduit du temps pour faire face aux imprévus que peuvent révéler les tests avant le premier vol et pendant le programme d'essais".

"Je suis très confiant dans notre capacité à respecter ce plan", a affirmé le directeur général en charge du programme 787, Pat Shanahan.

M. Shanahan a expliqué qu'une attention particulière serait portée à "la capacité des sous-traitants" à respecter le programme de livraison, en réponse à une question sur les incertitudes susceptibles d'affecter encore le programme.

"A mesure qu'ils apprennent et s'améliorent, le système produira de plus en plus d'appareils", a-t-il ajouté.

Ce nouveau report, qualifié de "très contrariant" par M. Carson, expose encore davantage Boeing au risque de pénalités de retard. Le constructeur a indiqué avoir contacté ses clients "pour en atténuer les effets".

M. Shanahan a refusé de dire si le constructeur avait déjà passé des provisions pour faire face à ces pénalités éventuelles.

Le 787, qui se veut particulièrement économique à l'usage, est un très grand succès commercial, avec 857 commandes fermes à mi-février, alors que le programme n'a été lancé qu'en août 2004.

M. Carson a refusé mercredi de chiffrer l'impact que pourrait avoir les retards sur les résultats du groupe. Boeing s'est contenté de parler d'une "croissance forte du bénéfice par action en 2009", et a confirmé ses objectifs de résultat pour 2008.

Malgré l'annonce de ces nouveaux retards, le marché réagissait favorablement, l'action prenant 5,53% à 79,17 dollars vers 16H05 GMT à la Bourse de New York. Une hausse notamment attribuée au fait qu'"aucune commande n'a été annulée" sur le programme 787, selon les analystes de Briefing.com.

Le titre avait toutefois été chahuté depuis la première annonce de retards, abandonnant 30% entre début octobre et la clôture de mardi.

Le premier vol d'essai du Dreamliner avait été prévu à l'origine en août 2007 et les premières livraisons en mai 2008.

Malgré ce nouveau retard, le 787 devrait toutefois être livré avec plus de trois ans d'avance sur le modèle concurrent du rival Airbus (Paris: NL0000235190 - actualité) , la nouvelle version de l'A350 (baptisée XWB), prévue pour 2013.

Lancé en 2005 pour contrer le 787 de Boeing, l'A350, dérivé de l'A330, avait dû revenir sur la planche à dessin après des critiques de clients, qui réclamaient un appareil plus grand et moins gourmand en carburant.

Le grand rival de Boeing a dû faire face à un retard de 18 mois sur un autre programme, l'A380, la livraison du premier exemplaire intervenant finalement mi-octobre 2007.

Source Yahoo Finance

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires