Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 23:16
Gouvernement. après une série de dissonances, le président se fâche.
« Au prochain couac, la porte »

 «La prochaine fois, c'est la porte. » Devant les ministres et le bureau politique de l'UMP réunis hier à l'Élysée, Nicolas Sarkozy n'a pas mâché ses mots : « Il n'y aura pas de nouvel exemple » de couac sans sanction et celui ou celle qui manque à la solidarité gouvernementale devra sortir. C'est la dernière fois que j'accepte cela. François et moi estimons que ça suffit ! Je ne supporte plus que certains se fassent leur cote au détriment de l'équipe. On accepte les arbitrages et si on n'est pas content, on quitte le gouvernement. » Le Président n'a cité aucun nom, mais Nathalie Kosciusko-Morizet était principalement visée. Tibet, OGM, carte « famille nombreuse » : sur ces trois sujets sensibles, des ministres ont donné le sentiment de tirer chacun de leur côté. Aussi Sarkozy a tapé du poing sur la table alors que la majorité part à vau-l'eau depuis plusieurs semaines. « Le Président était très calme. Mais on sentait qu'il en avait discuté avec le Premier ministre » et que pour eux, c'en était « fini d'être gentils », a expliqué l'un des participants. Il faut dire que la cacophonie règne ces derniers temps et que les parlementaires ne cachent plus leur mécontentement devant les dysfonctionnements de l'équipe gouvernementale.

Hier la journée a été marquée par un nouveau couac concernant les allocations familiales (voir ci-dessous). Et comme si la coupe n'était pas pleine, Chantal Brunel, porte-parole de l'UMP, a apporté un cadeau sur un plateau à la gauche en questionnant, à l'Assemblée, le gouvernement sur sa politique fiscale.

Une sortie inattendue qui lui a valu une scène surréaliste : une standing ovation des députés de gauche qui s'estimaient confortés dans leurs propres critiques de la politique gouvernementale. En nommant, un de ses proches, Thierry Saussez, au poste de délégué interministériel à la communication, et en faisant la leçon à sa majorité, Sarkozy a voulu montrer qu'il était un patron qui ne tolérerait plus d'autres défaillances.

[QFORUM] Les ministres doivent-ils prendre la porte s'ils ne sont pas d'accord?

Fausses notes et marches arrière en série

Nathalie Kosciusko-Morizet et les OGM. La jeune secrétaire d'Etat à l'Ecologie s'est emportée alors que la loi OGM du gouvernement avait été détricotée par les députés du Palais Bourbon. Énervée, NKM a traité Jean-Louis Borloo et Jean-François Copé de «lâches». Devant les remous provoqués dans les rangs de l'UMP François Fillon est intervenu en personne pour ramener le calme et lui a demandé de retirer ses propos. Aujourd'hui l'amendement Chassaigne, qui vise à protéger les cultures « sans OGM » risque d'être vidé de son sens.

Les lunettes de Roselyne Bachelot. La ministre de la Santé a mis le feu aux poudres en révélant son intention d'un possible désengagement de la Sécurité sociale pour le remboursement des soins optiques. Assurés et mutuelles sont montés au créneau le jour même dénonçant une privatisation de la Sécu. Même l'UMP a grincé des dents en demandant que la couverture par une mutuelle pour tous les Français soit un préalable. Face à la polémique, Roselyne Bachelot a dû reculer devant l'Assemblée nationale en précisant qu'elle «n'excluait pas un désengagement ».

Bernard Laporte et la flamme. Dans le dossier brûlant de la flamme olympique, le ministre de la Jeunesse et des Sports a joué les francs tireurs en soutenant la démarche des athlètes de porter le badge pour le Tibet en parlant de «geste fort» et de «plus belle des réponses». Mais après les manifestations à Paris sur le parcours de la flamme et sous la pression de la Chine, il estime que les valeurs de l'olympisme ont été bafouées.

Rama Yade et le Tibet. La secrétaire d'État aux Affaires étrangères a très vite confié que Nicolas Sarkozy se rendrait à la cérémonie d'ouverture «sous conditions». Bernard Kouchner a dû rectifier son propos auprès de l'ambassade de Chine.

Valérie Létard. La secrétaire d'état à la solidarité a déclaré hier qu'avec un ministre de tutelle comme Xavier Bertrand, il était «difficile d'exister». Ce dernier est détesté par Fillon et au moins la moitié des membres du gouvernement.

Eric Woerth. Le très sévère ministre du Budget a annoncé que l'Etat ne prendrait plus en charge la subvention de la carte familles nombreuses de la SNCF afin d'économiser 700 millions d'euros par an. Un véritable tollé des associations familiales, de l'opposition, de députés UMP et de la Secrétaire d'Etat Nadine Morano a vite fait reculer le locataire de Bercy. «Je ne suis pas rentrée au gouvernement pour laisser faire ça ! ». Nicolas Sarkozy a, une fois de plus, dû s'emparer du dossier en personne: il a annoncé le maintien d e la carte et même son extension aux familles monoparentales.

Source la dépêche du Midi

  Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires