Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 07:46

Plus de 400 000 bidonvilles recensés en Algérie

 

 

Plus de 400 000 bidonvilles recensés en Algérie avec près de deux millions et demi de personnes qui y habitent. C’est ce qui nous a été annoncé par la responsable de communication du ministère de l’Habitat L. Meriem, en se référant aux dernières statistiques de son département.

Cela étant dit, le taux de croissance anarchique de l’urbanisme est la cause principale de ces chiffres alarmants, mais cette prolifération vertigineuse du phénomène s’explique surtout par l’exode rural massif dans les années 90 provoqué par la vague terroriste qui s’est abattue sur l’Algérie causant une crise démographique néfaste.

Pour ce qui est des villes abritant le plus grand nombre d’habitations précaires, Alger vient en pole position avec plus de 40 000 bidonvilles dont les premiers qui sont apparus quelques années après l’Indépendance, suivie de Skikda 22 000 bidonvilles et de Annaba 15 000 bidonvilles. «Le nouveau programme quinquennal du million de logements participatifs, locatifs et ruraux permettra de réduire leur nombre au courant de l’année 2008, cette prolifération s’explique par la crise du logement qui règne, la demande est plus forte que l’offre, la politique du gouvernement sert justement à satisfaire toutes les demandes dans des délais raisonnables.»

Ainsi, le phénomène est à l’origine de l’apparition de divers fléaux sociaux tels que la toxicomanie, prostitution, la criminalité, les agressions ainsi que des réseaux de la mafia du foncier au sein de ces bidonvilles, menaçant, ainsi, la quiétude et la stabilité des espaces urbains qui se situent aux alentours, ajouté à celà toutes les maladies qui y règnent. Quand au taux d’analphabétisme, il atteint les 50 %.

D’après L.Meriem, une politique de la ville sera mise en place « et qui visera le renforcement de la cohésion sociale et l’élimination des poches de pauvreté au sein des agglomérations, la participation des habitants à la gestion de leurs nouvelles cités à travers une politique urbaine de proximité, la sensibilisation et la mobilisation des acteurs autour de projets ambitieux et collectifs dans le cadre du développement rural et durable.» Ainsi pas moins de 15 villes seront incluses dans cette étude ce qui permettra une réelle approche auprès des citoyens vivant dans ces gourbis où les conditions de vie d’un être humain sont dramatiques.

Source : la Dépêche de Kabylie

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires