Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 07:56
Ariege Pyrénées - L'emblématique « tarasconnaise » en vedette du 8 au 11 mai dans sa ville eponyme.

Tarascon: 750 ans de foire


Brebis ou bélier, tout le monde porte des cornes chez les Tarasconnaises. Ce n'est pas la seule particularité de cette race ovine « qui crapahute dans les Pyrénées depuis un millénaire », disent les historiens ariégeois. Haute sur pattes, la brebis Tarasconnaise est bien adaptée à de longues marches sur des pentes raides. Autant dire qu'elle a trouvé son royaume du côté du Pic des Trois Seigneurs (où se trouve actuellement l'ours Balou), du Montcalm ou des Cabannes. Pour les spécialistes, ces caractéristiques ne sont pas sans rappeler un certain cousinage avec la brebis du Maghreb. Brebis rustique , la Tarsconnaise passe ses dix mois dehors et peut se contenter de ronces s'il le faut », nous dit Joseph Bernadac, le berger d'Auzat, qui s'implique à 100 % dans la renaissance de la Foire de Tarascon. Son goût pour la frugalité fait aujourd'hui de la Tarasconnaise une brebis écolo : « Elle revitalise les espaces ruraux par le biais des associations foncières pastorales et groupements pastoraux. Gagnées par la forêt, les anciennes terrasses cultivées, ceintes en parcs de plusieurs hectares, sont désormais débroussaillées par les troupeaux. Outre la valorisation de ces parcelles, c'est une action de coupe-feu en direction des villages, lors d'incendie de forêt, qui est ainsi effectuée », précise Joseph Bernadac.

la plus importante foire de l'ariège

Originaire de Verdun, il a commencé à garder les moutons, à Beille, à l'âge de 13 ans. Aujourd'hui, son fils Cédric, 30 ans, a repris le bâton et le sentier des estives. Ces pâturages d'altitude où la Tarasconnaise assouvit son indépendance : « C'est une brebis qui sait trouver seule la meilleure herbe, se mettre à l'abri du vent et du mauvais temps ; se méfier des prédateurs ». Avant de grimper au Montcalm, le 10 juin, et en redescendant à la saint Matthieu, une partie du troupeau passera par les foires de Tarascon : simple question de marché pour une brebis que l'on élève pour sa viande.

Qui de la brebis ou de la foire a fait la renommée de Tarascon? L'une et l'autre sont indissociables depuis mille ans. Durant des siècles, les foires de Tarascon restèrent les plus célèbres et les plus importantes de l'Ariège ; servant de référence pour les prix pratiqués ailleurs. 

250 exposants et une kirielle d'animations q

Quand les «Pastous» célèbrent le patou





Relancé en 2002 en foire contemporaine, le traditionnel marché aux bestiaux du 8 mai est redevenu, en cinq ans, l'emblématique foire de l'Ariège. Avec 100 exposants de plus que l'an dernier, la foire qui monopolisait jusqu'ici la rive droite de Tarascon franchit le pont pour débarquer sur le quai de l'Ariège, l'avenue de la République et le Parvis du centre culturel (réservé aux enfants).

Les races rustiques de l'Ariège, brebis Tarasconnaises mais aussi Castillonaises (petite sœur laitière), les chevaux de Mérens et les vaches Gasconnes vont s'installer dans la rue des Remparts , jusqu'à l'esplanade. Les poules et lapins (races de collection) font cette année leur entrée. Pour la deuxième année, la Journée du chien de montagne occupe à elle seule la journée de clôture (11 mai ; au Foirail et place Garrigou). Une ferme de montagne est reconstituée au pied de la Tour Saint-Michel, où la vie pastorale est mise en scène avec ses artisans d'antan. En marge de la halle (lieu des dégustations), la jolie place des Consuls devient la vitrine des produits de l'Ariège (80 producteurs et artisans).

8 mai : grande foire traditionnelle ; 9 mai : journée de l'élevage de montagne et des races pyrénéennes ; 10 mai : journée des confréries ; 11 mai : journée du chien. Entrée gratuite. www.mairie-tarascon.com: La Dépêche du midi

 

Source La Dépêche du Midi

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires