Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 mai 2008 3 07 /05 /mai /2008 06:02

Union Pour la Méditerranée et lutte contre le terrorisme

Michèle Alliot-Marie en éclaireur à Alger pour déblayer le terrain de la confiance

La ministre française de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités locales, Mme Michèle Alliot-Marie, arrivée hier à Alger pour une visite de deux jours, ne semble pas percevoir la présence des Etats-Unis dans la région du Maghreb et du Sahel comme une menace au « pré carré » de son pays.

Mme Alliot-Marie privilégie, en effet, une coopération « internationale » dans la lutte contre le risque terroriste. « Le terrorisme comme d’ailleurs la grande criminalité dépassent aujourd’hui très largement nos frontières. » Ces domaines de la sécurité intérieure et de la sécurité extérieure se rejoignent. Ainsi, il est indispensable de pouvoir travailler à l’échelle internationale, c’est-à-dire avec plusieurs pays, pour pouvoir lutter contre le risque terroriste », a-t-elle affirmé hier dans un point de presse animé à l’aéroport international d’Alger. Mme Alliot-Marie, qui a évité de commenter l’institution d’un nouveau commandement américain pour l’Afrique, baptisé « Africom », a tout de même nuancé son propos estimant qu’« il faut des ensembles pour pouvoir y arriver ». La France pourrait donc piloter un dispositif similaire à l’Africom américain pour mener la chasse au terrorisme au niveau de la rive sud de la Méditerranée. L’invitée de Yazid Zerhouni évoque même l’esquisse d’un tel projet en concédant que « l’Europe est en train de s’organiser sur ce point ». A ce titre, elle a exprimé le vœu d’avoir le maximum de partenaires dans cette entreprise, précisant qu’elle préfère associer des pays avec lesquels la France « a des liens de confiance étroits ». Cette approche bilatérale devrait être le prélude à un regroupement plus important des autres pays des deux rives de la Méditerranée. Sans le dire clairement, Mme Alliot-Marie fait sans doute allusion à cette union pour la Méditerranée dont l’acte de naissance devra être signé le 13 juillet prochain à Paris à la faveur du sommet des chefs d’Etat. Ce « front » méditerranéen contre le terrorisme et le crime organisé pourrait être le pendant sécuritaire des accords bilatéraux sur l’émigration clandestine que la France a d’ores et déjà signé avec le Maroc et la Tunisie.

Pallier la défection de Kouchner

Mais avant d’en arriver là, les deux pays doivent déblayer le terrain de la confiance qui ne semble pas tout à fait au niveau souhaité par Alger et Paris. C’est d’ailleurs sur ce point précis qu’a embrayé le ministre de l’Intérieur, Yazid Zerhouni, pour qui la visite de son homologue française « sera l’occasion d’approfondir la coopération et l’amitié algéro- françaises que nous voulons bâtir sur la confiance ». Il y a donc forcément des sujets qui fâchent ! M. Zerhouni le confirme par ce message sibyllin : « Cette visite permettra d’élaborer un bon programme pour améliorer davantage les relations algéro-françaises. » Un programme qui sera « cadré » par le tête-à-tête ce matin entre le président de la République et Mme Alliot-Marie qui sera, à l’occasion, la messagère du président Sarkozy pour lever les derniers malentendus sur les contours de l’union pour la Méditerranée. Un projet aux contours géopolitiques encore flous, aux yeux des autorités algériennes, mais qui ne pourrait se faire sans l’Algérie. Et à quelques semaines de sa proclamation, Paris devra convaincre Alger de rejoindre ce club. Mais l’Algérie n’entend point jouer les seconds rôles, surtout que les première « fuites » ne sont pas très emballantes, notamment au sujet de la répartition des tâches côté sud. Quoi qu’il en soit, Mme Alliot-Marie pourrait servir d’éclaireuse à son collègue des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, dont la visite a été ajournée à la dernière minute pour un problème de calendrier ( ?). Sarkozy pourrait compter surtout sur son Premier ministre, François Fillon, qui sera l’hôte de Bouteflika avant la tenue du sommet de Paris. D’ici là, tout peut arriver.

Source El Watan

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires