Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 04:11

L’Eden au Sahara

A proximité d'Adrar

 

Une maison d’hôte de charme dans le désert de la Mauritanie ? C’est à Chinguetti que Mahmoud et Djamila ont ouvert sept chambres dans leur belle maison. Un endroit confortable et chaleureux où se poser pour explorer la ville des livres et aller jusqu’à Ouadane, sur les pas de Théodore Monod. 

Parfois, alors qu'il n'espère plus rien du paysage inhumain où il trace lentement sa route, le voyageur aperçoit, posée comme un bijou sur la nudité vertigineuse du Sahara, une de ces roses de sable faites de silice blonde, nées du désert et de la caresse du vent", écrivait Odette du Puigaudeau, exploratrice française qui arpenta la Mauritanie dans les années trente…

Ainsi, la ville rose de Chinguetti surgit du plateau nu de l'Adrar, sur le fond des dunes molles de l'Erg Ouarane, rosies par la lumière du soir. C'est l'une des sept villes saintes de l'Islam, gardienne de bibliothèques anciennes, inattendues ici, au cœur du désert !

Et encore plus inattendue, la maison merveilleuse que Mahmoud a construite à l'orée de la ville, au calme ! Car, autant les endroits cosy et même luxueux, lodges et autres "camps" hauts de gamme abondent en Afrique anglophone, autant il était rare de trouver l'équivalent, en Afrique francophone, nettement moins sybarite. entre acacia et le baobab… Chinguetti

Un nouveau T.O. français a relevé le défi, sous un nom emblématique : Acabao. Ce mot réunit l'acacia et le baobab, deux arbres qui s'épanouissent même sur des terres peu propices... Et dans cette extraordinaire ville lettrée de Mauritanie connue pour ses bibliothèques, Frédérique Ribeaucourt, la fondatrice, a utilisé la formule du micro crédit pour encourager Mahmoud et Jamila ("jolie", en arabe), sa jeune femme, à créer la première maison d'hôtes du pays.

À l'écart de la ville, au-delà de l'oued, un porche s'ouvre dans un beau mur de pierres, construit suivant le style traditionnel, d'où débordent déjà les plantes et les arbres du jardin.

 


Mahmoud a la main verte ! On entre par une porte turquoise, entrouverte sur ce beau jardin qui promet la fraîcheur. On passe le porche pour entrer dans une première cour. Les chambres, suivant le plan arabe traditionnel, donnent sur la seconde, plus intime. Le charme est dans l'accueil et la cuisine de Jamila, dans la simplicité et le raffinement de la décoration, et dans un confort (plusieurs grandes salles de douche, eau chaude, espace, propreté) qui, ici, semble plus que luxueux. Des livres dans chaque chambre, une jolie véranda salon aérée pour les heures chaudes, une terrasse sur le toit pour le coucher du soleil… L'endroit porte bien son nom : l'Eden ! 
 

Infos pratiques : Acabao, le spécialiste de l’aventure douce en Afrique.0 820 82 55 24.

 

L'Eden, à Chinguetti.

 

Source Seniorplanet

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires