Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 23:57

Le tourisme, économie d'avenir




Dans un monde qui bouge sans une minute de répit, les grands pays se livrent à une course effrénée. Et malheur aux retardataires et aux perdants, surtout à ceux qui gaspillent le temps qui n’a pas de prix ! Il est doublement compté à de nombreux pays du Sud qui collectionnent tous les retards dans la gouvernance, la recherche scientifique, l’indépendance alimentaire, la formation, l’égalité des sexes, l’extension des libertés démocratiques, etc. L’économie est de plus en plus gérée par la connaissance et le savoir, le politique par l’autonomie et la décentralisation de la décision, le sport est managé par des professionnels, des spécialistes de la nutrition et des tenues qui élèvent le niveau des performances, le tourisme et la culture le sont par des industries, des banquiers en devenant des économies à part entière et hautement rentables. Après des décennies d’une léthargie préjudiciable pour tout le pays, le secteur du tourisme bouge et annonce des changements, initie des mutations qui peuvent, sur la durée, insérer l’Algérie dans l’économie du tourisme, du moins au Maghreb et, éventuellement, dans le pourtour méditerranéen riche en puissances touristiques qui s’imposent comme destinations prisées. La Tunisie, le Maroc sont aujourd’hui, à juste raison, considérés comme des directions appréciées par des touristes du monde entier, qui y trouvent exactement ce qu’attend le visiteur occidental ou le riche «frère» arabe frustré de beaucoup de plaisirs dans son propre pays.
Le 7 mai 2008, M. Cherif Rahmani, ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et du Tourisme, a installé le comité national du plan qualité tourisme. Conscient de l’évolution qualitative du tourisme dans le monde, le ministre a fortement insisté sur exactement ce qui fait la différence entre les entreprises et les pays qui ont une vocation touristique, parmi lesquels il y a ceux qui réussissent, ceux qui échouent et d’autres qui ont de sérieux atouts mais qui sont dilapidés, inexploités, ou qui ne sont plus des atouts avec le temps. Les possibilités de l’Algérie ont été récitées depuis 1962 par des générations de cadres, depuis l’époque où le Club Med était à Tipasa. Depuis de l’eau de mer a coulé et des bunkers hideux ont remplacé les complexes dessinés par M. Pouillon. Le béton et les herses caractérisent de nombreux bords de mer d’où sont bannis les nationaux et, bien entendu, les touristes étrangers. On défigure avec enthousiasme ! Avec le reflux considérable du terrorisme, le prix du baril qui atteint chaque semaine un nouveau record, l’Algérie semble vouloir considérer la question du tourisme pour ce qu’elle est, une économie dont les ressources sont : les premières sont éternelles, et les secondes sont renouvelables en termes de flux touristique et d’apports en devises. La nature a doté le pays d’un nombre de sites d’une grande beauté, diversifiés et accessibles. Que manque–t-il ? Juste l’essentiel qui doit être le produit du travail et de la création humaine. Un réseau d’infrastructures d’une à cinq étoiles, des transports performants (TGV, métro, bus, avions, bateaux), des festivals culturels permanents dans tous les genres sur tout le territoire, la plus grande ouverture et toute la tolérance pour séduire la clientèle étrangère et conserver la nationale qui sort chaque été… Les ingrédients sont connus en Tunisie, au Maroc, en Espagne, en Turquie, en France pour satisfaire le tourisme intérieur et attirer les consommateurs étrangers.
Cependant, «le réseau de la qualité» dont parle M. Cherif Rahmani ne dépend pas de son seul département. Le secteur privé et la totalité du gouvernement sont concernés pour convaincre un, deux ou cinq millions de touristes par an. Ces derniers sont comptés et comptabilisés comme les barils, et il y a un seuil de crédibilité.

 

 

Source : El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires