Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 06:52

Nourredine Moussa a Affirmé
«553.000 constructions sont précaires
»



15% de ces logements sont concentrés dans quatre villes principales à savoir, Alger, Annaba, Oran et Constantine, a précisé le ministre.

Le logement précaire occupe, encore une fois, le devant de la scène et préoccupe le ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme. Nourredine Moussa, premier responsable du secteur, a souligné, jeudi, à l’APN, que le parc national de constructions précaires «compte 553.000 logements, soit 8% du parc global des logements en Algérie.»
Apostrophé sur la stratégie qui devait être menée pour endiguer ce problème des constructions précaires, le ministre de l’Habitat a indiqué que «l’Etat a pris les mesures nécessaires à même de venir à bout de ce phénomène».
Le département de l’Habitat compte atteindre la vitesse de croisière pour «bannir» définitivement ce genre de constructions, dans le paysage urbanistique algérien. A cet effet, un programme de logement, visant à résoudre progressivement le problème des constructions précaires a été tracé. Ce plan comporte 149.000 logements de type «socio-locatif» financés entièrement par l’Etat, indique M.Moussa. Et de préciser qu’une «moyenne de 70.000 logements seront réalisés chaque année et ce, jusqu’à l’éradication totale de ce phénomène». Etayant ses dires, M.Moussa, a précisé que la loi de finances 2008 «a consacré une enveloppe financière pour la réalisation de 70.000 logements».
Ce genre d’habitations existent-elles par monts et par vaux où sont-elles concentrées dans certaines wilayas? «15% de ces logements sont concentrés dans quatre villes principales à savoir, Alger, Annaba, Oran et Constantine, soit près de 85.000 logements précaires», a précisé le ministre.
Il a souligné, en outre, que le nombre des logements programmés dans ce cadre est de 164.000 dont 70.000 sont inscrits dans le cadre la loi de finances complémentaire 2007. Plus explicite, il ajoutera qu’en plus des 24.000 logements inscrits auparavant, 70.000 autres sont également inscrits au titre du budget 2008.
Evoquant les vieilles constructions ou celles qui menacent ruine, le représentant du gouvernement a affirmé que «les autorités ont consacré 840 millions de dinars pour effectuer des opérations d’expertise, avant de procéder à la restauration».
Dans un autre contexte, le ministre a opposé un niet catégorique concernant les dépassements pouvant être enregistrés dans l’attribution de logements, au niveau des commissions de daïra, créées récemment et chargées de la distribution des logements.
A ce sujet, rappelons-le, une information faisant état de la mise à l’écart des élus locaux a fait le tour du pays. Catégorique, le ministre l’a démentie, affirmant que «les présidents d’APC sont des membres à part entière de ces commissions et les présidents d’APW  sont  membres des commissions de recours». Il enchaînera qu’«aucun de ces membres n’a été mis à l’écart».

Source El Watan

 

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires