Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 23:06

Tindouf - Lancement de plusieurs projets pour le développement de la culture de l'arganier

 

Plusieurs projets de plantation et de préservation de l'arganier ont été lancés dans la wilaya de Tindouf, a-t-on appris auprès des services de la Conservation des forêts de cette collectivité. Cette espèce d'arbre, qui joue un rôle important dans l'équilibre écologique voire économique de la région et qui produit une huile aux qualités gustatives et curatives reconnues, est menacée d'extinction par des aléas naturels et des actes de prédation, a indiqué le chef de service de développement des ressources et de préservation de la faune et la flore de la Conservation des forêts de cette wilaya. "Le secteur a accordé, cette année, une grande importance à la préservation de cette espèce végétale rare, endémique à cette wilaya du sud-ouest du pays", a souligné la même source. La Conservation des forêts a affecté, dans le cadre de la campagne de reboisement 2007-2008, un montant de 30 millions DA pour développer la culture de l'arganier qui a connu un net recul ces dernières années, en raison des conditions climatiques, de l'arrachage et du pacage illicites. Ce programme vise, dans sa première phase, la mise en terre de plants de cette espèce arboricole sur une superficie de 20 hectares, eu égard à l'expérience menée avec succès, il y a trois années de cela, au niveau de la pépinière de "Oued Djez" qui a permis la production de 3000 arbrisseaux d'arganier. Pour réussir ce programme, plusieurs opérations ont été enregistrées, à l'instar de la réalisation d'un forage hydraulique et de plusieurs bassins de retenue d'eau dans la région de "Oued El-Ma" qui compte une superficie arganière de 300 ha, avec une densité de 10 à 20 arbres/ha. L'arganier est considéré comme l'une des espèces les plus nobles de la région. L'huile extraite de ses fruits est utilisée dans des préparations pharmacologiques, l'industrie des cosmétiques et la gastronomie. Elle peut favoriser le développement de l'économie locale et nationale, a-t-on expliqué. La présence de l'arganier, une espèce rustique et "saponifére" dans la wilaya est jugée "faible" par les services de la Conservation des forêts, la majorité des arbres, parfois séculaires, étant signalés sur les berges de "Oued El-Ma". L'arganier, un arbre à feuilles caduques, ressemblant à l'olivier, fournit une essence de bois très robuste. Son tronc peut atteindre parfois un diamètre de 8 à 10 mètres. Ses feuilles et les coques de ses fruits, très riches en matières organiques, peuvent servir à l'alimentation du bétail, alors que son bois est considéré comme une essence noble, a-t-on expliqué. Dans le cadre du programme de développement rural, une étude de la Conservation des forêts a montré que l'intérêt économique de l'arganier réside essentiellement dans son huile qui peut favoriser l'installation d'une industrie spécialisée dans la région. L'utilisation de cette huile par la population locale a totalement disparue, ce qui a conduit les services concernés à envisager des projets de proximité, destinés à réhabiliter l'exploitation de cette richesse locale, a-t-on soutenu.

 

Source Actu-Dz.com

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires