Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 23:21

Réouverture des frontières entre l'Algérie et le Maroc

 

 

Cette fermeture des frontières avec le Maroc n’a pas d’incidences économiques sur l’Algérie.

Par le biais de la presse officielle et de certains de ses hommes politiques proches des centres décisionnels, le Maroc a plusieurs fois exprimé son voeu de rouvrir ses frontières avec l’Algérie. La dernière demande en date a été formulée lundi dernier, par le chef de la diplomatie marocaine, M.Taïeb Fassi Fihri, en recevant le chargé d’affaires algérien à Rabat. «Le Maroc appelle, de nouveau, à la réouverture de la frontière terrestre entre les deux pays, fermée depuis 1994, et à la reprise de la coopération bilatérale dans ses différents volets.»

Il faut dire que le problème de la fermeture des frontières n’est pas algérien, il est d’abord et avant tout marocain. Parce que cette fermeture des frontières avec le Maroc n’a pas d’incidences économiques sur le pays. D’une certaine manière, elle est même positive pour l’Algérie.

Qu’on en juge: actuellement, il y a une réelle baisse du trafic d’armes, de la contrebande et de la drogue sur nos frontières ouest. On se rappelle du début des années 90, quand des produits alimentaires achetés à coup de devises et subventionnés, traversaient la frontière pour être ensuite vendus dans les souks d’Oujda. En fait, s’il s’agit uniquement de transférer des milliards de dollars d’Alger vers Rabat, la réouverture des frontières n’est pas une opportunité intéressante pour l’Algérie.

Des sources diplomatiques algériennes indiquent que cette demande est prise très au sérieux du côté algérien, pour peu que le Royaume chérifien surmonte le complexe politique et accepte d’assainir une certain nombre de dossiers, indépendamment de la question du Sahara occidental. Pour cette dernière, il est entendu qu’il s’agit d’une question de décolonisation entièrement prise en charge par l’ONU. Pour ainsi dire, il s’agit d’un problème d’écologie politique. Il faut dire aussi que l’opportunité est propice depuis que le climat des relations est détendu après le travail accompli par l’ambassadeur d’Algérie au Maroc, Larbi Belkheir, qui a une bonne audience au Royaume. En revanche, l’ouverture des frontières est une question vitale pour le Palais royal. A l’heure actuelle, toute la partie orientale marocaine vit une profonde crise sociale. Une crise qui risque de s’aggraver avec la hausse des prix des produits alimentaires sur le marché mondial. Les villes frontalières marocaines dépendaient dans une large mesure de leurs relations avec l’Ouest algérien avec qui les échanges économiques, touristiques et surtout commerciaux étaient multiples. L’évolution de ces échanges a engendré une prospérité jamais égalée dans cette partie du territoire marocain.

C’est que la réouverture des frontières, évoquée avec insistance par les Marocains, est devenue un credo. Observée sous un certain angle, cette demande -non officielle-, découle du pragmatisme économique bien connu chez nos voisins marocains. Leur présence «agressive» dans les marchés européens et même américains est indéniable. C’est donc de bonne guerre qu’ils lorgnent les pétrodollars algériens. Près d’un million de touristes avaient visité le Maroc dans les années 90.

Connaissant les relations particulièrement fraternelles entre les deux peuples, ce nombre de touristes aurait triplé, voire même quadruplé si les frontières étaient ouvertes. Selon des statistiques non officielles, le manque à gagner pour le Maroc se chiffre à environ 5 milliards de dollars. Un montant dont le Royaume a tant besoin en ces moments de crise sociale. Cependant, reste toujours le fait que le Maroc, qui a accusé à tort les services spéciaux algériens dans l’attentat contre l’hôtel Asni, à Marrakech, ne s’est toujours pas excusé, comme le revendique l’Algérie.

Car, par la suite, il s’est avéré que les services algériens n’avaient rien à voir dans cet attentat. C’est le Maroc qui a voulu punir l’Algérie en décidant unilatéralement de fermer ses frontières. Certes, il est revenu par la suite sur sa décision mais il reste que le Maroc ne fait toujours pas l’effort d’admettre avoir commis une erreur. Et puis, l’Algérie trouvera-t-elle son compte en ouvrant ses frontières avec le Maroc? D’autant plus que l’Union du Maghreb est gelée par Rabat.

En novembre 1994, le Premier ministre marocain, M.Fillali, a adressé à Zine El Abidine Ben Ali, alors président en exercice de l’UMA, une lettre dans laquelle il demandait le gel des activités de l’UMA. Curieusement, cette demande intervient juste quelques mois après l’attentat de Marrakech

 

Source Actu-Dz.com

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires