Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 16:27

 Chine: un puissant séisme dans l'ouest fait des milliers de morts


Un puissant séisme d'une magnitude de 7,8 sur l'échelle de Richter a fait des milliers de victimes lundi dans des régions peuplées de l'ouest de la Chine, selon un bilan qui croît dramatiquement au fil des heures.

Selon Chine Nouvelle et la télévision chinoise, citant un bilan du Centre national des secours à 22h00 (14h00 GMT), 7.651 personnes ont trouvé la mort dans la seule province du Sichuan (sud-ouest).

Le séisme a fait également 10.000 blessés et détruit 80% des immeubles du district Beichuan habité par plus de 160.000 personnes et situé à 160 kilomètres au nord de Chengdu, capitale de la province. du Sichuan.

Beichuan se trouve à environ 90 kilomètres au nord-est de Wenchuan (118.000 habitants), l'épicentre du séisme qui s'est produit peu avant 14h30 (06h30 GMT) à seulement 10 km de profondeur.

L'agence officielle chinoise a d'autre part confirmé que 850 lycéens se trouvaient lundi soir pris au piège des décombres de leur établissement dans la province du Sichuan, tandis que 50 ont été confirmés morts dans ce drame.

Toujours dans cette province, a priori la plus affectée, deux usines chimiques se sont effondrées, ensevelissant des centaines d'employés et conduisant à l'évacuation de 6.000 riverains, a indiqué Chine Nouvelle.

Avant même d'en connaître toute l'ampleur, le Premier ministre Wen Jiabao a qualifié le tremblement de terre de "désastre", lors d'un entretien à la télévision centrale.

Outre le Sichuan, ont aussi été touchées les provinces du Gansu (nord-ouest), du Yunnan et la vaste municipalité de Chongqing (sud-ouest).

Les autorités redoutent que le bilan ne s'aggrave alors que de nombreux témoignages font état de bâtiments effondrés dans toute cette zone.

Selon un employé du Bureau sismologique, des "alignements de maisons" se sont écroulés, faisant craindre de nombreuses victimes, dans la ville de Dujiangyan, près de l'épicentre, où les communications étaient très difficiles.

Des habitants de Chengdu, contactés au téléphone par l'AFP, ont expliqué avoir ressenti une violente secousse, qui a brisé les vitres.

L'aéroport international de cette ville de plus de 10 millions d'habitants a été temporairement fermé. Mais, selon la télévision chinoise CCTV, les transports publics et l'électricité fonctionnaient normalement.

Le président Hu Jintao a ordonné une mobilisation maximale des secours: l'armée a été dépêchée pour "assister le gouvernement local du district de Wenchuan afin d'évaluer la situation et de l'aider dans les opérations de secours", a expliqué Tian Yixiang, un officier de l'Armée populaire de libération (APL), membre du département des situations d'urgence.

Le tremblement de terre a été ressenti à des milliers de kilomètres, comme à Shanghai et Pékin, où, peu après la pause déjeuner, des immeubles de bureaux se sont brutalement vidés de leurs occupants, pris de peur.

"Cela a beaucoup bougé et j'ai senti comme un vertige", a expliqué Lilian Wu, qui travaille dans la plus haute tour de Shanghai, la Jinmao Tower. Et un employé de banque, Shen Jie, a témoigné d'un mouvement de panique dans la tour où il travaille au 19e étage, la Shanghai Bank Tower.

A Pékin, des centaines de cols blancs se sont précipités hors de leurs bureaux, téléphone portable à l'oreille, pour tenter de joindre leurs proches.

 

 

 

 


Source AFP

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires