Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 07:57

Toulouse - Le Capitole 
undefinedLa Croix occitane
undefined
Le Capitole

undefined
  Le Donjon

 

Les toulousains sont, à juste titre, fiers de leur mairie, point central de la ville. Moins qu'à une origine gallo-romaine peu sûre, le Capitole tient son nom de l'assemblée des représantants de la commune qui "tenaient chapitre", en latin, capitulum. D'où le nom Capitouls, magistrats de la cité.
Le premier bâtiment voit le jour en 1189. C'est la Maison Commune qui va s'agrandir au fur et à mesure des années par l'adjonction de bâtiments plus ou moins pratiques. Il faut attendre 1750 pour voir la première pierre posée de ce que l'on connaît de la façade actuelle. Elle sera terminée en 1760. D'une longueur de 128 m, elle est ornée en son centre de 8 pilastres de style ionique en marbre rose de Caune symbolisant les 8 Capitoulats (quartiers), la découpe administrative d'alors. Au-dessus sont deux statues représentant la Force et la Justice, à droite, côté théâtre, la Comédie et la Tragédie et à gauche, la statue de Clémence Isaure et Pallas.
L’Opéra de Toulouse date de 1736. Il a connu ses heures de gloire au XIXe siècle, époque où la ville est considérée comme la capitale du Bel Canto devant Milan et Paris. Le public d'alors doit s'apprivoiser et, comme le dit Jacques Boulo, un grand chanteur des années 1830, "Quand on a chanté à Toulouse, on peut chanter partout".
La place est ouverte en 1730. Trop petite pour cette imposante façade, les Capitouls demandent à Pierre Rivalz d'établir un plan. Celui-ci présente un projet qui associe la place et trois façades d'immeubles l'entourant afin de créer une harmonie d'ensemble. Faute d'argent le projet n'aboutit pas.  Il faut attendre 1811 pour la réalisation de l'immeuble côté rue Saint Rome, 1823 pour celui du côté de la rue du Taur et enfin 1850 pour les Arcades, face à la mairie. 
Si vous désirez en savoir plus sur la vie du Duc, je vous propose les liens  suivants : 
http://www.toulouse-renaissance.net/xxi_4.htm 
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires