Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 23:49

 

Hussein-dey -  24 juillet2004 suite

 

chez-moi-a-trottier-1944.jpg

 

A 17h00 j’étais chez les Messili comme convenu…Là nous avons été reçus comme des princes. Samson le frère cadet était là…Il m’a remémoré nos matchs de foot et  m’a rappelé mon surnom « Déléo tête d’or » il est vrai que je n’étais pas très mauvais de la tête…c’était là bien ma seule qualité car j’étais trop individuel pour réussir au foot.

 Je récupérai l’adresse du site Internet de L’AEHD  et je me promettais d’adhérer à l’Amicale dès mon retour en France. Mohamed est arrivé enfin et ce fut une discussion sans fin ( nous avions vécu prés de quinze ans dans le même quartier…)

Lui avait fait carrière dans la police et était maintenant à la retraite.

Nous aurions pu discuter des heures voire des journées entières…

Madame Debbar (sœur Messili) nous servit le thé, les rafraîchissements et les pâtisserie...qui nous comblèrent...

Nous avons discuté de tous les voisins, Vuidart, Cano, Reig, Bourgeois, Catala, Brotons, Dolorès, Ségarra, Pierrel, Delpech,

Paya, Zair, Cangémi, Moll…et j’en oublie…

C’est au comble de l’émotion que nous avons pris  congé…nous nous sommes promis de nous revoir le plus tôt possible….L’accueil avait été formidable et je me promettais de revenir.

De retour rue Louis Narbonne,  Nous nous sommes rendus chez les Mimouni qui avaient pris possession de la maison du Docteur Carnet…ils en avaient pris bien soin... C’est là que je me rendais lorsque j’étais malade…

Je profitais de quelques instants pour filer avec Anis et visiter La Place d’Hussein-Dey, le Cours Complémentaire Jules Ferry, la Daria, Le Dispensaire, le Stade de l'OHD avec sa piste en tartan, le cinéma « Le Royal »…

21h00 nous étions de retour chez Foudil qui nous fit servir un couscous somptueux.

Les discussions fusaient de toutes part.. Ces gens sont formidables…Nous étions accueillis comme des frères.

Nous avons ensuite filé Pointe Pescade dans la seconde maison de Foudil. Le lieu était magnifique:

Une très grande bâtisse récemment construite, des terrasses à chacun des trois niveaux, une vue directe sur l’ouest de la Pointe Pescade, …en parcourant 50 mètres dans la propriété, nous avions une vue plongeante sur le port de la Pointe Pescade et toute la baie d’Alger.

Ali le frère à Foudil nous présenta sa villa, avec également une vue dominante  sur toute la Baie d’Alger.

Des discussions animées fusaient de tout cotés, comme si nous nous connaissions depuis de nombreuses années…

La soirée se termina par une partie de dominos suivie d’une discussion qui ne s’est achevée  vers minuit trente.

La journée avait été harassante mais nous étions comblés.

Nous avons esquissé un programme pour le lendemain car cette journée promettait d’être également chargée.

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires