Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 23:00

Histoire d’Alger


 

Un peu d histoire de notre pays aujourd hui je vous  parle d' Alger

La ville d'Alger fût fondée par le prince amazigh Bologhine Ibn Ziri entre 973-984. Elle fût construite sur l'ancienne Icosium, le territoire de la confédération des At Mezghena. Bologhine ibn Ziri est également le fondateur de la dynastie Amazigh Ziride régnant sur l'Afrique du Nord de 972 à 1152. A cette époque, tout le monde parlait tamazight à Alger. Certains endroits parlent encore cette langue vernaculaire tels que les toponymes Telemly (vient de Tala melal, fontaine blanche), Tamentefoust (vient de Tamenyefust, le rive droite), Bologguin (nom du prince ziride, fondateur d'Alger), etc...Kateb Yacin disait que « l'Algérie » devait s'appeler Mezghena.

On sait maintenant que ce sont les Kabyles (les Ketama) qui furent à l'origine de la création du 3ième Khalifat musulman : le Khalifat Fatimide. En effet, les Imazighen d'Afrique du Nord se sont alliés vers l'an 900 aux shiites Perses pour mettre fin à la tyrannie des Khalifes abbasside de Baghdad et Omeiyade de Damas. Ibn Khaldoun écrit "...Quand les Fatimides furent parvenus à établir leur domination en Ifrikia, Ziri (fils de Menad, gouverneur de Tamazgha sous l'autorité Abbasside) passa de leur cöté à cause des liens de clientèle qui attachaient sa famille à celle d'Ali Ibn Abi Taleb, et, dès lors, il se montra un de leurs partisans les plus dévoués...". Ziri devint chef des Sanhadja et bâtit la ville d'Achir sur le flanc de la montagne du Titeri. Il reçut le commandement de la ville d'Achir et de la province de Tahert. Ibn Khaldoun écrit :"...Quelques temps après, Ziri autorisa son fils Bologguin à fonder trois villes, l'une sur le bord de la mer et appelée Djazaïr-Beni-Mezghanna (les îles des enfants de Mezghanna), et l'autre sur la rive orientale du Chélif et appelée Miliana ; la troisième porta le nom de Lemdia (Médéa).

Bologguin fut investi par son père du gouvernement de ces trois places, qui sont encore aujourd'hui (à l'époque de Khaldun) les villes les plus importantes de Tamazgha centrale. Ziri perdit la vie en juillet 971 dans un combat qui opposait les Fatimides aux Maghraoua (des partisans des Oméïades d'Espagne). Son fils Bologguin lui succèda et réussit à assoir son autorité sur toute Tamazgha et à faire disparaître la domination des Oméïades.

Après avoir établi leur autorité sur toute l'Afrique du Nord, les Ketama s'emparent de la Sicile et conquirent l'Égypte pour établir leur capitale au Caire en 973. Ils laissent le gouvernement de Tamazgha (Afrique du Nord) à leur lieutenant Bologguin, fils de Ziri, fils de Menad. Bologguin mourut en mai 984 , à Ouarekcen, localité située entre Sidjilmessa et Tlemcen, pendant qu'il rentrait d'une longue expédition. En 1045, les Zirides rejetèrent l'autorité du Khalifat Fatimide et proclamèrent la souveraineté de Tamazgha avec un retour à l'orthodoxie sunnite. Gabriel Camps écrit "...Pour punir cette sécession, le Khalife fatimide "donna" Tamazgha aux tribus arabes, trop turbulentes, qui avaient été cantonnées dans le Saïs, à l'est du Nil, en Haute Egypte. Ces tribus, Djochem, Atbej, Zoghba, Riyah, Rebia et Adi, se rattachaient à un ancètre commun, Hilal, d'où le nom de l'invasion hilalienne ; les Beni Hilal, bientôt suivis des Beni Solaïm et des Beni Mâqil, pénètrent en Tamazgha vers 1051...". Ibn Khaldoun avait dépeint ces Arabes bédouins comme une armée de sauterelles détruisant tout sur son passage. En tout leur arrivée devait transformer radicalement le visage de Tamazgha et l'arabiser en grande partie.

C'est de cette époque du Khalifat Fatimide que nous vient la célébration, jusqu'à maintenant, de l'Achoura (taâchurt)d'un bout à l'autre de Tamazgha. Dans les pays shiites, le 10 Moharram commémore l'anniversaire de la bataille de Kerbala en l'an 60 de l'Hégire (680 de notre ère) au cours de laquelle tomba Sidna l-Hocein fils de Sidna Ali Abu Thaleb et petit-fils du Prophète. La veille est marquée par le jeûne des ascètes shiites et le jour de l'achoura est un jour de deuil pour la shiaâ. Ce dernier élement est de très loin celui qui contribue le le plus à donner à cette fête, dans les populations rurales de Tamazgha, un caractère de gravité, inchangé depuis les Fatimides. Qui sont les At Mezghena (Beni Mezghanna) ?

Le grand historien Ibn Khaldoun nous apprend que les At Mezghena, fondateurs d'Alger, appartiennent à la lignée Amazigh des Sanhadja de la première race qui, de temps immémorial, occupait la partie centrale de l'Afrique du Nord, depuis la Méditerranée jusqu'au Sahara. La tradition locale indique que les Imazighen placèrent leurs premières habitations précisément à l'endroit où s'élève aujourd'hui Jamaâ El Kébir, c'est-à-dire dans le quartier de la basse Casbah, sur les ruines de la cité romaine Icosium. El Bekri, géographe du 11e siècle, est le premier à nous avoir renseigné sur la ville et ses occupants. Bologhine Ibn Ziri

L'opinion est largement répandue auprès des historiens qui ne constestent pas cette " paternité " à Bologhine Ibn Ziri, ce prince Ziride, originaire de la tribu des At Mezghena, qui occupaient déjà les " ruines " du petit port " romain " Icosium. C'est dans la seconde moitié du Xe siècle que Bologhine réhabilite, pour les uns, fonde, pour les autres, la ville qui prendra le nom d'Alger. C'est donc ce prince amazigh qui, non seulement, redonnera vie à celle qui deviendra la capitale de l'Algérie contemporaine, mais perpétuera également une véritable dynastie,celle des Zirides, née avec son père. Une dynastie qui imposera sa puissance sur Tamazgha centrale pendant plus d'un siècle. Avec la création d'Alger, de Miliana et de Médéa, le renforcement des positions stratégiques de l'Etat Ziride à l'est, au sud et à l'ouest, ce sont véritablement les premiers jalons de l'Algérie moderne qui prennent énergies autour de lui, de constituer une armée et de fonder une puissance nord-africaine.
On sait que cette dimension amazigh de la capitale a été occulté par un pouvoir central d'idéologie arabo-islamiste depuis 1962. Poursuivant cette démystification, nous présentons ici trois grandes figures Kabyles d'Alger médiévale : Le Roi d'Alger (1520-1527) et les deux grands saints patrons d'Alger (1385 et 1770).

 Source Actu-Dz.com

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires